Navigation – Plan du site
109 | 2010
Annuaire du Collège de France 2008-2009
Résumé des cours et travaux 1009e année
Équipes accueillies

Le monde indien : textes, sociétés, représentations

EA 2723 EPHE/Collège de France
Lyne Bansat-Boudon
p. 1108-1113

Texte intégral

1Membres EPHE : Lyne Bansat-Boudon, Gerdi Gerschheimer, Cristina Scherrer-Schaub (directeurs d’études), Rosita De Selva (ingénieur d’études), Martine van Woerkens (ingénieur de recherche), Silvia d’Intino (post-doctorante), Isabelle Ratié (post-doctorante).

Doctorants : Hugo David, Julia Estève, Katia Juhel, Vincent Tournier, Eva Szily, Seiji Kumagai (école doctorale franco-japonaise).

Membre hors EPHE : Judit Törzsök (maître de conférences, univ. Lille 3, chargée de conférences à l’EPHE).

L’équipe compte également 16 membres associés et 4 doctorants associés appartenant à d’autres institutions de recherche et d’enseignement.

Doctorante à Lille III, Marie-Hélène Gorisse, dont J. Törzsök a suivi les travaux, devrait rejoindre l’équipe en qualité de post-doctorante.

I Recherches

2Les recherches de l’équipe sont consacrées à l’Inde et aux espaces asiatiques concernés par la diffusion de sa culture (Asie centrale, Tibet, Asie du Sud-Est notamment) : savoirs, religions et systèmes politiques à travers les siècles. Centrés sur l’étude des sources textuelles et le repérage de manuscrits et autres documents inédits, les travaux de l’équipe portent sur les religions et philosophies indiennes (védique, brahmanique, çivaïte, jaina et bouddhique), les belles-lettres et l’histoire. Ils s’enrichissent d’enquêtes de terrain (anthropologie), de recherches comparatives (en histoire des religions par exemple) et de réflexions méthodologiques (histoire textuelle, technique éditoriale, théorie de la traduction, codicologie, etc.).

1. Philosophie, exégèse

1.1. Çivaïsme

3Trois membres de l’équipe poursuivent des recherches importantes dans le domaine du çivaïsme non dualiste du Cachemire et du tantrisme.

4L. Bansat-Boudon achève une édition et une traduction commentée du Pâramârthasâra (« L’Essence de la réalité ultime ») d’Abhinavagupta (xe-xie s. de n. è.) et de sa glose par Yogarâja (xie s.). Travaux de l’année 2008-2009: révision de la traduction (anglaise), rédaction de l’introduction, indices, vérification du texte sanskrit, après collation de manuscrits récemment obtenus (parution fin 2009 ou début 2010, dans la Tantric Traditions Series, Routledge). Le Paramârthasâra d’Abhinavagupta se présente comme la réécriture çivaïte d’un Paramârthasâra antérieur, œuvre d’Âdiçesha. La comparaison des deux textes contribuera au projet « la réécriture », inscrit au quadriennal de l’équipe. Les recherches de L. B-B. ont eu pour objet, cette année, la notion de jîvanmukti, la « délivrance en cette vie », dont elle a examiné, en particulier, le traitement çivaïte.

5Isabelle Ratié a soutenu sa thèse de doctorat (janv. 2009) : Le Soi et l’Autre. Identité, différence et altérité dans la philosophie de la Pratyabhijñâ (mention très honorable avec les félicitations à l’unanimité), et travaille actuellement à sa révision en vue d’une publication. Elle a présenté une communication au séminaire de L. B-B. (« La conscience de l’existence d’autrui dans la Pratyabhijñâ »).

6Les travaux de J. Törzsök se sont concentrés sur deux domaines : 1) la lecture, la traduction et l’analyse des inscriptions Gupta, en collaboration avec Cédric Ferrier, qui a soutenu son doctorat en décembre. Publication d’un article commun sur l’expression pâdânudhyâta (voir infra) ; 2) la poursuite de ses recherches sur l’histoire ancienne du çivaïsme tantrique et du culte des yoginîs – travail qui a grandement bénéficié de ses séminaires à l’EPHE sur le rapport entre le culte des yoginîs et le çivaïsme.

1.2. Védisme

7Ch. Malamoud examine la façon dont les instructions sur le rituel informent les idées de l’Inde védique et brahmanique sur le psychisme humain et divin, la création poétique et la vie sociale. Il s’intéresse notamment aux rapports paradoxaux entre rite et imagination, et aborde ainsi des œuvres extérieures au corpus védique : l’Épopée, la poésie savante, l’Arthashâstra. S. D’Intino a poursuivi ses recherches sur La tradition exégétique du Rigveda : l’exemple de Skandasvâmin (viie siècle).Projet réalisé avec le soutien de la Gonda Foundation et de l’International Institute for Asian Studies (IIAS), Leyde. Cette recherche doit aboutir à une monographie critique sur l’œuvre de Skandasvâmin et sur son époque.

1.3. Darçana

8Les recherches de G. Gerschheimer se sont concentrées sur le débat relatif à la signifiance des mantras, étudié à travers le « Chapitre des mantras » du commentaire de Çabara aux aphorismes de base de l’Exégèse védique (Mîmâmsâ). Çabara y prolonge et y renouvelle une controverse fameuse du traité de l’Étymologie (le Nirukta), controverse dite « de Kautsa », du nom d’un tenant de la non-signifiance des mantras, thèse combattue par la Mîmâmsâ. A. Clavel a soutenu (déc. 2008) une thèse de doctorat : « La théorie de la connaissance dans le Laghîyastraya d’Akalanka », docteur jaina du 8e s. de n. è.

1.4. Bouddhisme

9Dans le prolongement des recherches sur l’histoire du courant dit mahâyâna, les travaux de C. Scherrer-Schaub ont porté sur : 1) l’étude des Madhyamaka-hridaya-kârikâ de Bhavya/Bhâvaviveka (vie s. de n. è.), et de son commentaire, ouvrages d’histoire critique de la philosophie. DE invité, M.H. Krasser (Académie des sciences, Vienne) a présenté ses travaux sur l’école épistémologique bouddhique indienne et tibétaine ; 2) l’étude partielle du Saddharmasmrityupasthâna–sûtra (SSUS), conservé en traduction tibétaine et dont un manuscrit sanskrit, trouvé récemment au Tibet, confirme la fidélité de la traduction tibétaine. Ces recherches ont fait l’objet de travaux en commun d’un groupe de jeunes chercheurs, dont C. Moretti. K. Juhel a consacré deux exposés à la représentation des enfers bouddhiques en Asie, soulignant les caractéristiques (et les contraintes) des représentations plastiques. N. Schmid (universités de North Carolina et Duke, USA), conférencier invité par l’EA 2723, a analysé la problématique des « destinées » dans les manuscrits et les peintures de Dunhuang. V. Tournier a présenté une partie de ses travaux sur le Mahåvastu, ainsi que sur la tradition textuelle portant sur les Buddha du passé. Par ailleurs, les bouddhisants ont assisté au séminaire du Prof. G. Fussman et de son invité, le Prof. S. Karashima.

2. Épigraphie

10Le programme de Corpus des inscriptions khmères (CIK), dirigé par G. Gerschheimer, poursuit sur son forum électronique l’inventaire et l’édition des inscriptions du Cambodge ancien, majoritairement en sanskrit et en vieux khmer. Il participe aussi au programme d’Espace khmer ancien de Constitution d’un corpus numérique de données archéologiques et épigraphiques (EFEO/EPHE), financé par l’ANR « Corpus » (2008-2010). Le CIK a participé à la mise en place d’une nouvelle présentation des inscriptions préangkoriennes au musée national de Phnom Penh (Cambodge), inaugurée le 14 octobre 2008 par une demi-journée de conférences. Il a organisé un atelier pluridisciplinaire lors de la 12e conférence de la EurASEAA (European Association of South-East Asian Archaeologists). Deux doctorants rattachés à l’équipe, principalement (J. Estève) ou à titre d’associé (D. Soutif, Paris 3), ont soutenu leur thèse de doctorat en juillet 2009. La première est une « Étude critique des phénomènes de syncrétisme religieux dans le Cambodge angkorien », la seconde porte sur l’« Organisation religieuse et profane du temple khmer du viie au xiiie siècle ».

3. Anthropologie du monde indien

11Complémentaire des recherches précédentes, la réflexion anthropologique s’est articulée autour de ces nouveaux champs que sont l’anthropologie des savoirs et des pratiques d’écriture, l’anthropologie des objets, des images et de la mémoire afin de saisir les multiples dimensions du dialogue entre monde indien et français. L’enquête qu’a commencé de mener M. van Woerkens sur l’ethnologue Guy Poitevin (1934-2004) s’inscrit dans le projet de recherche franco-italien sur le « regard missionnaire » que dirige G. Charuty (EPHE). À paraître chez Albin Michel (mars 2010), l’ouvrage de M. van Woerkens sur les femmes indiennes.

II Activités, échanges internationaux

12Les activités des chercheurs et des enseignants chercheurs se caractérisent par deux traits principaux : 1) la collaboration suivie avec d’autres chercheurs, équipes et institutions (participation aux séminaires, voire organisation de journées d’étude, colloques, conférences dites « transversales »), tant en France qu’au niveau international ; 2) une grande mobilité des chercheurs (et en particulier des jeunes chercheurs, doctorants et post-docs), au niveau international, dans le cadre de stages d’étude et de recherche, colloques, congrès (en 2008/2009 : Angleterre, Autriche, France, Chine, Inde, Pays-Bas, Japon, Singapour, USA), de missions (collecte de manuscrits, étude de monuments, fouilles archéologiques, enquêtes de terrain en Inde et dans les régions himalayennes).

Collaborations nationales et internationales

13– L. Bansat-Boudon participe aux travaux de l’« Atelier Chicago-Paris sur les religions anciennes ».

– J. Törzsök a rédigé une quarantaine d’entrées pour le vol. 3 du Dictionnaire tantrique, publié à Vienne. Préparation d’une intervention sur « La déesse de l’alphabet, dans les anciens tantra çivaïtes », présentée à Pondichéry fin juillet 2009. Avec C. Kiss, post-doctorant du « Early Tantra Project » dirigé par D. Goodall et H. Isaacson, révision de son édition de deux longs chapitres du Brahmayâmala (24 et 44).

– Outre l’exposé présenté au séminaire de L. Bansat-Boudon, I. Ratié a présenté une communication à la SOAS (Londres : « Buddhists Arguments in a Çaiva Demonstration : the influence of Dharmakîrti’s School on the Pratyabhijñâ’s Idealism », et à Balliol College, Oxford : « How free is imagination ? An answer from Medieval Kashmir ». Elle a pour projet, supervisé par le prof. E. Franco (université de Leipzig, membre de son jury de thèse), l’édition critique et la traduction annotée du chapitre II, 4 de l’Îvarapratyabhijñâvimarçinî d’Abhinavagupta, en collaboration avec L. Bansat-Boudon, A. Sanderson (Oxford) et R. Torella (La Sapienza, Rome).

– Le programme du CIK s’inscrit de façon exemplaire dans cette dynamique des collaborations nationales et internationales.

– Enfin, les recherches des bouddhisants se signalent : 1) sur le plan local, par une collaboration suivie avec d’autres équipes (voir infra, les trois colloques internationaux, tenus à Paris) ; 2) sur le plan international, par la participation à deux colloques : Vienne, Shimla (C. S.-S.) ; et Singapour (V. T.). D’autre part, C. Moretti (EA CF 8155), qui achève une thèse (bouddhisme chinois) sous la direction de Mme Kuo Liying et M. J.‑P. Drège (EPHE, SHP), a participé aux travaux du Séminaire d’études bouddhiques.

III Organisation de colloques et journées d’étude

14Des colloques, ateliers ou journées d’études ont été (co)organisés par l’équipe : 1) Atelier organisé par le CIK lors de la 12e conférence de l’EurASEAA (Leyde, sept. 2008). Interventions de J. Estève, G. Gerschheimer, D. Soutif ; 2) Journée d’études sur les « Logiques indiennes » (EHESS, nov. 2008). Communications d’A. Clavel et de H. David ; 3) colloque international « Edition, éditions : l’écrit au Tibet, évolution et devenir » organisé par l’UMR 8155 (mai 2008, ENS). Co‑organisatrice, C. S-S. a présenté une communication : « Considération sur le travail de traduction et d’édition des textes indiens au Tibet » ; 4) Colloque International AIBL et Collège de France : « Paul Pelliot (1878-1945). De l’histoire à la légende ». Communication de C. S-S., co-organisatrice : « Lieux et écrits à découvrir : Le Tibet à l’époque de Pelliot » (disponible sur Canal Académie).

IV Publications

15Bansat-Boudon L., « Introduction au Çivaïsme non dualiste du Cachemire. Lectures du Paramârthasâra (2002-2007) », Annuaire de l’École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses. Résumé des conférences et travaux (2006-2007), 115, Paris.

Bansat-Boudon L., « Contribution du Shivaïsme non dualiste du Cachemire au débat indien sur la délivrance », Lettre du Collège de France, n° 25.

Colas G. & Gerschheimer G. (éd.), Écrire et transmettre en Inde classique, Paris, École française d’Extrême-Orient, Études thématiques, 23, 2009.

Gerschheimer G., « Sthitasya gatiç cintanîyâ ? À propos de la “Glose concise” (Laghuvrtti) du Shaddarçanasamuccaya de Haribhadra », in Colas G.& Gerschheimer G., 2009, 287-305.

D’intino S., tr. italienne, Milan, 2009 de S. Lévi, La doctrine du sacrifice dans les Brâhmanas [Bibliothèque de l’École des Hautes Études - Sciences religieuses, 118, 1898/1966], Turnhout, Brepols, 2003.

Kumagai S., « La classification indo-tibétaine de l’école Mâdhyamika selon le Shes bya kun khyab de ‘Jam-mgon Kong-sprul Blo/gros mtha‘-yas (1813-1899) », Journal of Indian and Buddhist Studies, Kyoto, 57(3), 2009, 131-135.

Malamoud Ch., « Joutes dharmiques. Note sur la volonté de donner, le refus de recevoir et la force contraignante de la vérité », Ateliers 33, La relation ethnographique, terrains et textes, Mélanges offerts à Raymond Jamous, mis en ligne le 18 mars 2009, 21 p.

Malamoud Ch., « The imaginary side of Kautilya’s Arthashastra », contribution au colloque The Imagination of the Political and the Politics of Imagination, University of Hyderabad and the Einstein Forum, 22-28 février 2009, en ligne sur le site de l’Einstein Forum, 5 p.

Ratie I., « Remarks on Compassion and Altruism in the Pratyabhijñâ Philosophy », Journal of Indian Philosophy, à paraître.

Scherrer-Schaub C., « Copier, interpréter, transformer, représenter, ou : Des modes de la diffusion des Écritures et de l’écrit dans le bouddhisme indien », in Colas G. & Gerschheimer G., 2009, 151-172.

Scherrer-Schaub C. & Gombrich R. (éd.), Buddhist Studies. Delhi, Motilal Banarsidass, 2008.

Scherrer-Schaub C. & Harrison P. (éd.), Tabo Studies III. A Catalogue of the Manuscripts Collection of Tabo Monastery, vol. I, [Serie Orientale Roma CIII.1], Roma, IsIAO, 2009.

Scherrer-Schaub C., « Scribes and Painters on the Road. Inquiry into Image and Text in Indian Buddhism and its Transmission to Central Asia and Tibet », in Pande A. (éd.), The Art of Central Asia and the Indian Subcontinent in Cross-cultural Perpsective, New Delhi, National Museum Institute/Aryan Books International, 2008, 29-40.

Scherrer-Schaub C., « Establishing a Typology of the Old Tibetan Manuscripts : a Multidisciplinary Approach » (avec Bonani G., Zürich E.T.H.) (réédition), suivi de Résumé en chinois, in Kellner B., Krasser H. & Tauscher H. (éd.), The Cultural History of Western Tibet. Recent Research from the China Tibetology Research Center and the University of Vienna, Beijing-Vienna, 2008, 299-337.

Soutif D., « La monture de conque inscrite du musée national de Phnom Penh. Relecture de l’inscription angkorienne K. 779 », Aséanie, 22, 2008, 47-61.

Törzsök J., « Meditating on the king’s feet ? Some remarks on the expression pâdânudhyâta. », Indo-Iranian Journal, 2008, 5, 93-113.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 109e année, Collège de France, Paris, mars 2010, p. 1108-1113. ISBN 978-2-7226-0083-6

Référence électronique

Lyne Bansat-Boudon, « Le monde indien : textes, sociétés, représentations », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 109 | 2010, mis en ligne le 25 juin 2010, Consulté le 24 avril 2014. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/465

Haut de page

Auteur

Lyne Bansat-Boudon

Responsable de l’équipe « Le monde indien : textes, sociétés, représentations » (EA 2723, EPHE/Collège de France), accueillie au Collège de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Collège de France

Haut de page