Navigation – Plan du site
109 | 2010
Annuaire du Collège de France 2008-2009
Résumé des cours et travaux 1009e année
Conférenciers invités

La correspondance du souverain hellénistique

Biagio Virgilio
p. 1069-1072

Texte intégral

1. Le roi écrit. Perception historiographique et autoreprésentation du roi

1À partir des définitions du roi médieval formulées par Jacques Le Goff, j’ai montré les analogies structurales et symboliques avec le basileus hellénistique. Dans son rôle de roi « administrateur », le roi hellénistique se montre accablé par les pratiques des audiences et de la correspondance qui alimentent le topos des doléances du roi pour la lourdeur de ses devoirs. Le poids de la correspondance est bien représenté par le bien connu passage de Plutarque(Mor. 790.a-b) relatant les plaintes attribuées à Séleucos Ier : « On dit que Séleucos répéta en toute circonstance que si les gens savaient combien il est fatiguant de seulement écrire et lire tant de lettres, ils ne ramasseraient pas pour eux un diadème jeté par terre. » Par contre, la tradition littéraire et l’épigraphie font d’Antiochos III un roi particulièrement enclin à l’activité épistolaire.

2Si le décret est l’instrument de l’autoreprésentation et de la communication de la cité, la lettre est l’instrument de l’autoreprésentation et de la communication du roi. À en juger par les formules des lettres officielles, s’en remettre au roi avec dévotion et confiance (eunoia et pistis) et persévérer dans de tels comportements sont les conditions demandées par le roi pour assurer sa protection et pour continuer à élargir sa grâce (charis), ses bienfaits.

3Le flux des informations du centre à la périphérie et vice-versa implique un système de communications que nous pouvons seulement imaginer. L. Robert (Hellenica VII, p. 5-29 ; OMS V, p. 469-484) a établi que les dates qui ont survécu différemment dans les trois copies (de Eriza en Phrygie, de Nahavand/Laodicée de Médie et de Kermanshah en Iran) de l’édit d’Antiochos III pour l’institution du culte dynastique de Laodice indiquent que le prostagma a été promulgué dans la 119e année de l’ère séleucide, le 3 ou le 10 de Xandikos ( = le 21 ou le 28 février 193) ; qu’en Phrygie Anaximbrotos a transmis la copie de l’édit le 19 Artémisios ( = le 6 mai) ; qu’en Médie Ménédémos a transmis deux copies de l’édit le 3 et le 10 Panemos ( = le 19 et le 26 juin). On peut disserter longuement pour savoir si ces temps de la transmission de l’édit sont l’indice d’une organisation bureaucratique efficace et de la rapidité de la communication d’un bout à l’autre de l’empire séleucide.

4Au-delà des circonstances dans lesquelles se vérifient les évergétismes royaux, et au-delà du langage bienveillant des rois, les lettres révèlent souvent que l’intervention du roi est demandée pour endiguer la crise des communautés et pour alléger le poids oppressant de la fiscalité royale.

5Les lettres d’Eumène au koinon des Ioniens (RC 54) et aux Toriaïtes (I. Sultan Dağı 393) contiennent des expressions personnelles en contraste avec le style bureaucratique de la majeure partie des lettres royales. De plus, les lettres attalides suivent rarement le parcours bureaucratique descendant du roi le long de la ligne hiérarchique des fonctionnaires jusqu’aux destinataires, mais sont en général adressées du roi aux intéressés en assumant de préférence la forme d’une communication épistolaire du roi plutôt que la forme péremptoire du prostagma. Il faut pourtant se demander si les lettres attalides reflètent une idéologie royale différente et une manière différente d’être roi.

2. Soixante-quinze ans après la Royal Correspondence de C.B. Welles

6L’étude de W. Schubart sur le style des lettres royales (APF 1920) et la dissertation de F. Schröter, De regum hellenisticorum epistulis in lapidibus servatae (1932) ont été oblitérées par la Royal Correspondence de C. B. Welles (1934). Welles observait que les lettres royales étaient caractérisées par l’absence de rhétorique, tout en n’excluant pas une formation rhétorique des secrétaires royaux et en observant aussi les formes rhétoriques de certaines lettres. Une nouvelle lettre d’Eumène II à la cité de Tabai en Carie (166-158) (F. Guizzi, MedAnt, 2006, p. 181-203) contient l’exemple le plus clair de l’usage de la rhétorique : Eumène, en notifiant à la cité les mérites de Koteies et les honneurs qu’il lui a accordés, ouvre la lettre par une longue phrase dominée par la figure rhétorique de la praeteritio.

3. la lettre royale du sanctuaire carien de sinuri à kalınağıl près de milas (Mylasa)

7Dans le dossier des lettres que je recueille et annote depuis dix ans environ, avec la perspective de la mise à jour de la Royal Correspondence de Welles, j’ai enregistré les lectures partiales données par L. Robert dans Le sanctuaire de Sinuri (1945), au sujet d’une lettre royale qu’il cherchait en vain à lire d’après les estampages que P. Devambez lui avait fournis à la suite de ses fouilles en 1935 à Kalınağıl près de Milas en Carie, là où Robert l’année avant avait identifié le sanctuaire du dieu carien Sinuri. Grâce à la bienveillance de M. Bowersock, j’ai étudié dans le Fonds L. Robert les documents concernant cette lettre : les quatre estampages n° 2403-2406 ; le Dossier n° 71 contenant les notes, les copies et les photos de P. Devambez ; les Carnets n° 34 et n° 39 relatifs aux voyages de L. Robert en Carie en 1934 et (avec J. Robert) en 1946.Dernièrement, j’ai pu disposer aussi des photos numérisées tirées par Mlle Adrienne Barroche des plaques originalles (découvertes par Mme Béatrice Meyer) des photos des estampages n° 2403, n° 2405, n° 2406.

8J’ai lu les notes de la main L. Robert dans le Carnet n° 34 (1934) et dans le Carnet n° 39 (1946), et présenté la transcripton de la lettre dans le Carnet n° 39 (voir L. Robert, Hellenica VII, 1949, p. 67 : « Nous avons vu, ma femme et moi, au sanctuaire de Sinuri, en septembre 1946, les quelques inscriptions qui sont restées sur place. Nous n’avons pu avancer, sur la pierre, le déchiffrement de la lettre royale »). En se fondant sur la « politique » du roi et de Zeuxis à l’égard des sanctuaires cariens, J. et L. Robert ont attribué la lettre à Antiochios III (Fouilles d’Amyzon, 1983, p. 140 et 187).

4. de kalınağıl à paris : la lettre royale d’après les estampages du fonds louis robert

9Les quatre estampages de la lettre royale sont très difficiles à lire. Les photos numériques et leur élaboration à l’ordinateur m’ont permis d’avancer un déchiffrement possible. Voici le texte de la lettre que j’ai proposé (la l. 9, dont la restitution est pratiquement sûre étant fondée sur les formules d’une lettre d’Antiochos III ou de Zeuxis à Amyzon : J. et L. Robert, Fouilles d’Amyzon, n° 9 ll. 9-11, permet de reconnaître que chaque ligne devait contenir 66-68 lettres) :

10« Le roi Antiochos le Grand à la suggeneia de Pormounos et au prêtre … ( ?), salut. Attendu qu’il est arrivé qu’au cours de … les gens de service consacrés ont été enlevés et maintenant vous demandez que ceux-là tous ensemble soient ramenés sains et saufs loin (ou : à l’abri) de …, nous vous accordons que … du domaine (en votre propriété) et de le marquer par des stèles de bornage. À cet égard, même précédemment Zeuxis avait écrit aux soldats en ordonnant que ce même domaine (en votre propriété)… et que … des gens qui ont été enlevés et ce qui leur appartient… Quant à nous, nous avons écrit directement aux fonctionnaires préposés à l’administration en ordonnant que les gens enlevés, tous ensemble, soient ramenés sains et saufs chez eux (e.g.) et, vu que vous êtes devoués et avez confiance envers nous, qu’ils ( = les fonctionnaires) ne permettent à personne de vous tourmenter et qu’ils s’occupent de vous avec zèle. Portez-vous bien. »

11Le titre du roi dans la forme Basileus Antiochos Megas date la lettre entre 203 et 201, à l’époque de la campagne séleucide en Carie. On lit dans l’inscription que « au cours de… » (un événement de la campagne militaire), un topos appartenant au sanctuaire a subi un saccage par l’armée séleucide et que des gens ont été enlevés et déportés ailleurs (sans doute des gens « consacrés » tels que les hierodouloi, les hieroi, devenus hiera somata par l’enlèvement).

12Le singulier suntãjaw (l. 5) et le pluriel gegrãfamen (l. 7) impliquent que l’affaire a été traitée à deux niveaux différents, par un haut fonctionnaire et par le roi. L’ordre du fonctionnaire concerne le topos et les gens enlevés (ll. 5-6). En ce qui concerne le topos, le fonctionnaire peut avoir ordonné qu’il soit libéré et restitué au sanctuaire ; en ce qui concerne les gens enlevés, le fonctionnaire peut avoir ordonné la sauvegarde de leur intégrité physique (voir A. Bielman, Retour à la liberté, 1994, n° 38) et la défense de s’approprier ce que leur appartient. Le fonctionnaire qui a donné ces ordres aux soldats ne peut être que Zeuxis, vu que Antiochos et Zeuxis, au cours de la campagne en Carie, se sont engagés dans la défense des sanctuaires contre les abus de l’armée, et que Zeuxis est spécialement chargé par Antiochos de « prendre soin des sanctuaires » (J. et L. Robert, Fouilles d’Amyzon, n° 10-11).

13Guerre, enlèvement et rapatriement de hiera somata représentent une situation de bouleversement dans le sanctuaire de Sinuri similaire à celle représentée par les inscriptions du sanctuaire d’Amyzon dans les circonstances mêmes de la campagne séleucide en Carie : je me réfère, e.g., à la lettre d’Antiochos III ou de Zeuxis à Amyzon (fin de mai 203) ; au décret d’Amyzon en l’honneur de Hermias (203‑202) (ll. 4-7 : « les hiera somata ayant été capturés pendant la guerre, il se rendit comme ambassadeur auprès d’Antiochos à ses frais et ramena les somata ») ; au décret d’Amyzon en l’honneur de Ménéstratos (novembre-décembre 201), qui a tout fait afin que les Amyzoniens récupèrent leur aposkeué retenue à Alinda (J. et L. Robert, Fouilles d’Amyzon, n° 9, 18, 15).

14Les documents d’Amyzon sur la aposkeué et sur les hiera somata apachthenta, la lettre de Sinuri sur l’occupation du topos et sur les [hiera somata] apachthenta sont des documents étroitement apparentés dans une Carie parcourue par l’armée séleucide en campagne en 203-201. Ces documents montrent que la discipline de l’armée et le respect des sanctuaires sont des attitudes souhaitées par Antiochos et par Zeuxis plutôt que pratiquées, à Amyzon comme à Sinuri.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 109e année, Collège de France, Paris, mars 2010, p. 1069-1072. ISBN 978-2-7226-0083-6

Référence électronique

Biagio Virgilio, « La correspondance du souverain hellénistique », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 109 | 2010, mis en ligne le 25 juin 2010, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/425

Haut de page

Auteur

Biagio Virgilio

Professeur, université de Pise (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page