Navigation – Plan du site
109 | 2010
Annuaire du Collège de France 2008-2009
Résumé des cours et travaux 109e année
Conférenciers invités

La justice linguistique en Europe et dans le monde

Philippe Van Parijs
p. 1067-1069

Texte intégral

1Un exemple local permet d’introduire ce thème global : deux personnes, un francophone et un néerlandophone, se rencontrent sur un trottoir à Bruxelles. Le francophone maîtrisant approximativement le néerlandais, la conversation s’engage, une fois n’est pas coutume, dans cette langue et le Flamand, reconnaissant mais décidément plus bilingue que son interlocuteur, le remercie et propose de poursuivre en français. Le bilinguisme de l’un se renforce tandis que le bilinguisme de l’autre régresse. Réitérée, cette situation, banale dans un contexte multilingue, crée les conditions par lesquelles l’usage d’une langue devient irrésistiblement dominant. La politesse du néerlandophone cède alors le pas devant le sentiment d’une injustice croissante, « comme si toujours les mêmes devaient céder leur place sur le trottoir ». L’Europe et le monde voient cette situation se jouer au profit de l’anglais.

  • 1 . Cf. P. Van Parijs, « Philosophie de la fiscalité pour le troisième millénaire », in T. Berns et a (...)

2La « justice linguistique », comme tout autre domaine où « cela a du sens de réfléchir ensemble à ce qui pourrait constituer un arrangement juste », met en jeu la sociabilité des hommes, l’harmonie de leurs interactions et, aussi, la profitabilité de leurs échanges. Les inégalités de fait, au contraire, révèlent un défaut de participation ou une privation d’opportunités. Pour cette raison, l’objet d’une théorie de la justice consiste à rechercher « la maximisation soutenable des possibilités ouvertes à celles et ceux qui en ont le moins, ou le maximin soutenable de liberté réelle 1 ». Durant la conférence, Philippe Van Parijs a exposé les cadres de sa théorie de la justice : toute conception « plausible » d’une société juste doit être à la fois libérale et égalitaire, c’est-à-dire consacrer un égal respect pour les conceptions de la vie bonne dans un égal souci des intérêts de chacun. Par conséquent, toute inégalité doit être justifiée sous deux principes et deux contraintes : les principes sont ceux de responsabilité individuelle (garantir l’égalité des chances) et d’efficacité (« le maximin soutenable de liberté ») ; les contraintes sont celles d’un respect égal de la liberté et de la dignité de chacun.

3Réaliser ces exigences de justice au niveau linguistique conduit Philippe Van Parijs à défendre des positions tranchées. Face à la diffusion massive de l’anglais et la domination de son usage, il faut, selon lui, non pas « regretter ou résister » mais « se réjouir et accélérer ». En réponse aux réticences légitimes à cette diffusion, il a fait valoir dans la conférence et dans la discussion un certain nombre de raisons. Contre l’objection d’une dimension idéologique inhérente à la domination de l’anglais, il répond que l’existence de la négation dans une langue suffit à garantir la possibilité de critiquer ou de contester. Dès lors, la maîtrise de l’anglais devient un enjeu de revendication, la dénonciation des injustices devant se saisir du « porte-voix » de la nouvelle lingua franca et non « murmurer » dans une langue nationale. Enfin, les coûts d’apprentissage de l’anglais cessent d’être un obstacle à mesure que sa maîtrise progresse car les occasions et la motivation pour l’apprendre augmentent. C’est ce que montre l’exemple d’une communauté linguistique réduite : ayant des ressources limitées, elle va encourager le sous-titrage des films plutôt que leur doublage ce qui, favorisant l’assimilation de l’anglais, contribue à en diminuer les coûts d’apprentissage, coûts qui se trouvent largement compensés par le fait que, plus cette communauté est restreinte, plus elle tire avantage de l’augmentation de ses possibilités d’échange et de rayonnement.

4Sur la base de ces raisons, nous pouvons nous convaincre que l’injustice linguistique peut être corrigée à l’échelle d’une ou deux générations par la généralisation du bilinguisme des non-anglophones. Mais l’argument ne couvre visiblement qu’une partie des exigences de justice : si le bilinguisme ne contrarie pas (voire garantit) l’expression de conceptions concurrentes de la vie bonne, l’égalité des chances à l’échelle mondiale et l’optimalisation des libertés, cela s’opère au préjudice des autres langues. La compétence linguistique apparaît sous cet angle comme une ressource très particulière. S’agissant de toute autre ressource, son allocation conforme au principe du maximin suffit à combler les exigences de la justice libérale et égalitaire définie par Philippe Van Parijs. Or la « justice linguistique » bat en brèche cette certitude selon laquelle la justice s’épuiserait dans sa dimension distributive. Philippe Van Parijs a ainsi précisé, au cours de sa conférence, que la réflexion sur la diffusion de l’anglais comme lingua franca mondiale l’a conduit à inclure dans sa conception de la justice une contrainte d’équité (ou d’égale dignité) qui lui semblait jusqu’alors superflue. Contraire-ment aux désavantages matériels qui peuvent être progressivement compensés, cette contrainte commande, selon lui, des mesures coercitives visant à imposer l’usage des langues vernaculaires pour certains actes publics (administration, justice, enseignement, etc.) ou symboliques (voir la communication des instances européennes, par exemple).

5Un tel principe de territorialité linguistique vise à corriger les effets d’une « justice linguistique » essentiellement réalisée sur la base de l’imposition de l’anglais comme langue véhiculaire globale. Mais il ne lève pas tous les problèmes. Deux en particulier sont apparus au cours de la conférence. Tout d’abord, ce principe ne saurait suffire pour enrayer la disparition de nombreuses langues parmi les 6 000 encore subsistantes. Selon Philippe Van Parijs, « les langues qui survivront sont celles qui mettront la main sur un territoire ». L’exemple local de la Belgique témoigne que la voie d’un fédéralisme linguistique n’est pas aisément praticable alors qu’elle serait nécessaire pour conserver un maximum de langues, donné le nombre limité d’États de par le monde. Si « mettre la main sur un territoire » devient un enjeu de la justice linguistique au niveau global, celle-ci semble alors devoir prendre un tour conflictuel. Par ailleurs, le principe de territorialité linguistique ne résout pas non plus la question de l’avantage comparatif des pays anglophones qui ne réclameront pas la maîtrise d’une autre langue que l’anglais pour s’y installer. Et certains pays, notamment ceux dont la langue est marginale, seront contraints de déroger à ce principe et de renoncer à protéger leur langue localement afin de conserver leur attractivité auprès des travailleurs les plus qualifiés.

6Cette conférence aura montré combien la « justice linguistique » appelle une réponse complexe. Philippe Van Parijs prépare sur ce sujet un ouvrage à paraître en 2010 (Linguistic Justice for Europe and for the World, Oxford University Press).

Haut de page

Notes

1 . Cf. P. Van Parijs, « Philosophie de la fiscalité pour le troisième millénaire », in T. Berns et alii, ss. dir., Philosophie de l’impôt, Bruxelles, Bruylant, 2006, p. 227-240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 109e année, Collège de France, Paris, mars 2010, p. 1067-1069. ISBN 978-2-7226-0083-6

Référence électronique

Philippe Van Parijs, « La justice linguistique en Europe et dans le monde », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 109 | 2010, mis en ligne le 25 juin 2010, consulté le 30 août 2014. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/423

Haut de page

Auteur

Philippe Van Parijs

Professeur, université catholique de Louvain (Belgique)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page