Navigation – Plan du site
109 | 2010
Annuaire du Collège de France 2008-2009
Résumé des cours et travaux 1009e année
Conférenciers invités

Mémoires et visions chrétiennes de Jérusalem en contexte juif et islamique

Guy Stroumsa
p. 1066

Texte intégral

1Le Mont du Temple, ou, sous son nom musulman, le Haram al-Sharif, à Jérusalem, offre l’exemple rare d’un lieu sacré auquel se réfèrent plusieurs traditions religieuses. Il constitue un cas très particulier pour l’historien des religions, qui peut suivre les traces des relations dialectiques, à travers deux millénaires, entre les attitudes croisées des juifs, des chrétiens et des musulmans envers la ville sainte.Depuis la destruction du Temple en 70 de notre ère, sa reconstruction devint pour les juifs l’épicentre de leurs représentations eschatologiques. Les choses étaient plus complexes pour les chrétiens, qui considéreront très vite la destruction du Temple comme la punition divine pour le crime de déicide commis par les juifs. Ainsi, la construction par Constantin de la basilique de l’Anastasis (le Saint-Sépulcre), à l’ouest de la ville, face au Mont du Temple laissé à l’abandon, souligneront du quatrième au septième siècle la nouvelle topographie du sacré. Mais les tensions eschatologiques, qui s’étaient estompées dans le christianisme post-apostolique aussi bien que dans le judaïsme rabbinique, ne disparaissent pas, elles refont surface au viie siècle, avec l’invasion perse et la prise en captivité de la Sainte Croix (en 614), et surtout avec la conquête musulmane de la Palestine et la prise de Jérusalem (en 638). Malgré la pauvreté de nos sources, il est possible de déceler, jusqu’à la fin du siècle, les relations complexes entre attentes eschatologiques juives et chrétiennes (le Messie attendu par les premiers est l’Antéchrist des seconds), et la cristallisation des conceptions musulmanes, jusqu’à la construction du Dôme du Rocher et de la mosquée Al Aqsa. À travers le Moyen Âge et jusqu’aux débuts de l’époque moderne, les métaphores mystiques de Jérusalem se multiplient, souvent fondées sur l’étymologie traditionnelle de Jérusalem (en hébreu Yerushalaim, indiquant la visio pacis [yr’eh shalom]). De même, la multiplication des églises censées reproduire le Saint-Sépulcre, ainsi que la reconstitution de la topographie hiérosolymitaine (par exemple à Bologne), permet à l’écho de Jérusalem de continuer à résonner dans la conscience chrétienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 109e année, Collège de France, Paris, mars 2010, p. 1066. ISBN 978-2-7226-0083-6

Référence électronique

Guy Stroumsa, « Mémoires et visions chrétiennes de Jérusalem en contexte juif et islamique », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 109 | 2010, mis en ligne le 25 juin 2010, consulté le 27 août 2014. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/421

Haut de page

Auteur

Guy Stroumsa

Professeur, université de Jérusalem (Israël)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page