Navigation – Plan du site
109 | 2010
Annuaire du Collège de France 2008-2009
Résumé des cours et travaux 109e année
Conférenciers invités

Archéologie et histoire de la Suisse antique : données récentes

Gilbert Kaenel
p. 1047-1050

Texte intégral

1L’extraordinaire développement depuis trois à quatre décennies de l’archéologie, en particulier préventive, livre une masse considérable de documents matériels et de données contextuelles qu’il s’agit d’aborder et d’analyser dans la perspective de l’histoire. Ayant pour objet l’étude de la Suisse actuelle, et plus concrètement le Moyen Pays entre Jura et Alpes, les conférences prononcées ont intégré ce territoire aux limites arbitraires à une dynamique de recherche plus large, en France et en Allemagne notamment. Les présentations ont fait appel à des études en cours, souvent inédites, dont les auteurs ont été dûment remerciés.

1. Les Celtes, les Helvètes et leurs voisins

2La première conférence, après un rappel de l’histoire des recherches dès le milieu du xixe s. et des points forts de l’archéologie en Suisse (dendrochronologie, nécropoles celtiques du ve au iie s. av. J.-C., site éponyme de La Tène…), a insisté sur les phénomènes de continuité dans l’occupation du sol durant le Ier millénaire avant notre ère, de la fin de l’âge du Bronze au début de l’époque romaine. Si la présence d’un Helvète est attestée par un graffito à Mantoue vers 300 av. J.-C., on ne peut préciser son origine : sud de l’Allemagne selon certaines sources antiques (Tacite notamment), ou Plateau suisse si l’on s’appuie sur les données de l’archéologie ? La « culture matérielle » (rituel funéraire, costume, mobilier archéologique…) permet en revanche de distinguer au ier s. av. J.-C. les peuples alpins du Valais (Nantuates, Véragres, Sédunes, Ubères), des Grisons et du Tessin au sud des Alpes (Rhètes, Lépontiens), des Helvètes du Plateau suisse ou encore de leurs voisins de Genève (Allobroges) et de la région bâloise (Rauraques). L’archéologie du territoire attribué aux Helvètes, en suivant le Bellum gallicum de César, présente deux zones de concentration de trouvailles distinctes, l’une occidentale, que l’on est tenté d’attribuer au pagus des Tigurins et l’autre orientale, marquées par l’absence flagrante de témoins entre elles.

2. Les oppida helvètes

3Le thème des premières villes des Helvètes a été abordé au cours de la deuxième conférence. En une génération la recherche a considérablement élargi l’horizon des réflexions : 4 nouveaux remparts, 2 nouveaux oppida, une révision en profondeur des interprétations… La chronologie affinée de la seconde moitié du iie et du ier s. av. J.-C., avec des séquences de l’ordre de la génération, n’est pas étrangère à ce renouvellement. Quelques exemples : Berne dans la partie occidentale du Plateau (Brenodurum comme nous l’apprend une inscription sur plaquette de zinc mise au jour en 1984), d’une superficie de 140 hectares, avec un rempart à poteaux frontaux, des couches d’habitat, des espaces à vocation cultuelle (dépôt, sanctuaires), quelques groupes de tombes hors les murs, est sans doute l’oppidum principal des Helvètes. Le Mont Vully, vaste place forte de quelque 50 hectares aménagée vers 120 av. J.-C., dominant les lacs de Morat et de Neuchâtel (La Tène à ses pieds), reste en revanche quasi inoccupé. Yverdon-les-Bains sur un cordon littoral à l’autre extrémité du lac de Neuchâtel, site d’une ampleur restreinte (3-4 hectares) occupé dès le ive s. av. J.-C., est fortifié en 80 av. J.-C. par un puissant rempart à poteaux frontaux (comme celui du Vully). À l’instar de Berne, cet oppidum (Eburodunum) se transformera en vicus durant les premiers siècles de notre ère. En Suisse orientale, mentionnons le double oppidum d’Altenburg (Allemagne) et de Rheinau sur le Rhin, ou encore Zurich, dont les récentes trouvailles en plein tissu urbain médiéval permettent d’affirmer que sous le vicus de Turicum existait bel et bien une occupation de la fin de La Tène, contrairement à ce qui est écrit depuis des décennies. De même, le rempart de l’oppidum de Windisch, n’a été découvert qu’en 2003, après plus de 100 ans de fouilles dans les camps romains de Vindonissa ! Les établissements agricoles et les fermes sont en revanche peu connus dans le territoire attribué aux Helvètes ; si, suivant les chiffres donnés par César, l’on arrive à identifier une douzaine d’oppida, pour les 400 vici et nombreux privata aedificia on est encore loin du compte !

3. Sépultures et lieux de culte : ruptures et traditions

4Troisième conférence. Les informations apportées par le monde des morts, malgré la rareté des sépultures, permettent d’accéder à l’individu et à son appartenance identitaire par le biais de l’évolution du costume et des parures. Une rupture dans l’occupation des sites funéraires intervient au cours de la première moitié du iie s. av. J.-C, allant de pair avec le retour de l’incinération ; comme pour les habitats, une bipartition du Plateau suisse est mise en valeur par l’archéologie, mais gardons-nous d’assimiler de facto de tels changements dans les pratiques funéraires à des ruptures dans le peuplement (même si l’on aurait souhaité confirmer par l’archéologie certaines sources antiques évoquant l’« arrivée » des Helvètes sur le Plateau suisse, venant du sud de l’Allemagne…).

5Quant à la sphère cultuelle au sens large, de nouvelles recherches et découvertes alimentent un dossier qui ne cesse de s’étoffer : le site de La Tène, au bord de la Thielle à l’extrémité orientale du lac de Neuchâtel, dont les 150 ans de la découverte ont été célébrés en novembre 2007, a joué un rôle éminent (au même titre qu’Alésia puis Bibracte) dans la définition du Second Âge du Fer qui porte son nom. La Tène est aujourd’hui interprétée, dans le sillage des sanctuaires de Gaule belgique (Gournay-sur-Aronde en premier lieu), comme un lieu sacré où étaient exposés des trophées guerriers à la fin du iiie s. av. J.-C., mais aussi tout un cortège de parures et objets de la vie domestique dont l’inventaire (plus de 4 000 objets) et l’analyse sont en cours. Crânes de chevaux fichés sur des piques, crânes humains portant les traces de coups et manipulations peri-mortem complètent cette mise en scène. Le site exceptionnel du sommet de la colline du Mormont, entre Jura et Léman, a été mis au jour en été 2006 (la fouille n’est d’ailleurs pas terminée) : quelque 300 fosses, véritables puits à offrandes implantés profondément dans le substrat, ont livré des dizaines d’animaux sacrifiés, basculés entiers tête la première dans les fosses, ou découpés en quartiers. Une trentaine de squelettes humains, certains inhumés accroupis dans des coffres (comme à Acy-Romance en Picardie), d’autres portant des traces de découpe ou de décharnement, partagent les ensembles d’os animaux et de mobilier archéologique interprétés comme des offrandes. Parmi les objets de parure (fibules, perles en verre…), les récipients métalliques et céramiques en nombre, les outils agricoles ou d’artisans et autres meules à grain (près d’une centaine), aucune trace d’armement ! Quel(s) événement(s), quelle ferveur ont pu justifier des sacrifices d’une telle ampleur, une ou deux générations avant la guerre des Gaules (alors que les Cimbres et les Teutons y effectuent des razzias) ? Quelle(s) divinité(s) honorait-on ? Chthonienne ? De la fertilité ? Difficile de répondre en l’absence de sources historiques.

4. L’après guerre des Gaules : la « Suisse » gallo-romaine

6La dernière conférence a évoqué la fin de l’indépendance des Helvètes et le passage progressif de leur territoire dans l’orbite de Rome. Les phénomènes de rupture au plan politique et administratif ne masquent en rien une continuité culturelle, manifestée en particulier au travers des pratiques religieuses. On ne retiendra ici que le cas exemplaire d’Aventicum-Avenches, future capitale de l’Helvétie romaine ; les témoignages laténiens se sont multipliés au cours des deux dernières décennies, en particulier dans un vaste secteur où seront érigés de nombreux temples : des incinérations de la seconde moitié du iie s. av. J.-C., des inhumés accroupis sous l’entrée, à l’est, d’un futur temple rond, des vestiges césariens probablement en relation avec des pratiques de banquets, bref autant de témoignages démontrant dès la fin de La Tène, la persistance d’une vocation sacrée de ce secteur, à l’est duquel se développera la ville gallo-romaine. L’oppidum du Bois de Châtel qui domine la plaine d’Avenches a livré une monnaie au nom de Vatico, liée par les coins à une trouvaille ancienne ; sans doute a-t-on affaire à un aristocrate helvète (tigurin ?), à l’image du célèbre Divico connu par l’histoire.

7Concernant les aspects militaires, des prospections en 2007/2008 au Col des Étroits, franchissement du Jura entre Pontarlier et Yverdon-les-Bains, ont mis au jour des clous de caligae de légionnaires (romains et/ou d’auxiliaires), quelques armes et différents objets qui se placent entre la défaite des Gaulois à Alésia et le début de l’époque augustéenne, soit dans le troisième quart du ier s. av. J.-C. Il conviendra d’expliquer leur présence. À l’est de la Suisse, au pied des Alpes et le long du Rhin, la datation et la signification de tours et camps connus depuis plusieurs décennies sont réévaluées, dans le sens de points d’appui stratégiques en prévision des opérations planifiées par Auguste en Germanie. Dans les Alpes, chez les Rhètes, le passage de troupes romaines dans le cadre des campagnes de Drusus et Tibère en 15 av. J.-C. est également attesté par des clous de chaussure, quelques armes et parures, des balles de fronde de la troisième, dixième et douzième légion. Des combats s’y sont déroulés avec une population locale bien en mal de s’opposer à la puissance de l’armée romaine.

8Les retouches à l’histoire apportées par l’archéologie au cours des trente à quarante années écoulées sont donc loin d’être négligeables ; elles illustrent le nécessaire dialogue entre différents aspects et approches complémentaires des sciences de l’Antiquité. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 109e année, Collège de France, Paris, mars 2010, p. 1047-1050. ISBN 978-2-7226-0083-6

Référence électronique

Gilbert Kaenel, « Archéologie et histoire de la Suisse antique : données récentes », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 109 | 2010, mis en ligne le 25 juin 2010, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/399

Haut de page

Auteur

Gilbert Kaenel

Professeur, directeur du Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page