Navigation – Plan du site
109 | 2010
Annuaire du Collège de France 2008-2009
Résumé des cours et travaux 109e année
Conférenciers invités

Savoir et pouvoir. Les rapports entre deux sortes d’incertitude

Daniel Innerarity
p. 1046-1047

Texte intégral

1La vieille question sur le rapport entre le savoir et le pouvoir, qui remonte à la théorie platonique du philosophe-roi, a été traduite à l’époque contemporaine dans deux figures qui représenteraient le type de savoir qui devrait guider la politique. Dans sa version de droite il s’agirait de la figure de l’expert ; dans la version de gauche, celle de l’intellectuel. L’expert incarne la soi-disant supériorité de la science et serait l’avocat de l’objectivité. L’intellectuel prétendrait faire valoir une supériorité morale et, plutôt que l’objectivité, il offrirait un savoir critique et engagé. Ces deux figures sont les deux versions d’un même modèle et dans cette coïncidence se trouve son profond anachronisme : le modèle du « speaking truth to power » (Wildavsky), comme si experts et intellectuels étaient au-delà de l’incertitude des mortels, genre auquel même les politiciens appartiennent. Je reconnais qu’on simplifie ainsi un peu les choses, mais ce schématisme peut nous aider à mieux comprendre pourquoi le modèle du savoir auquel la politique ne devrait qu’obéir fait partie du passé et ne répond plus aux rapports complexes entre savoir et pouvoir qui existent dans nos sociétés. Il nous faut aujourd’hui penser autrement les conditions dans lesquelles les idées politiques peuvent être mises en valeur dans le processus politique.

2Dans la société de la connaissance, le savoir est notamment devenu non seulement un élément de productivité économique mais aussi un élément d’importance croissante pour la légitimation sociale des décisions politiques. Rapports scientifiques, études, commissions d’experts font partie de notre paysage politique et social quotidien. Il est aussi certain que le transfert de connaissances est une tâche qu’il faut développer. Mais si nous voulons comprendre comment s’articulent actuellement savoir et pouvoir il faut nous se rendre compte du fait que le savoir a changé de statut et qu’il n’est pas entouré par ses signes traditionnels d’autorité mais que 1) il est de moins en moins un produit exclusif des experts et de plus en plus le résultat d’une construction sociale et que 2) il a une plus grande conscience de ses propres limitations et du fait qu’il est inévitablement accompagné d’un croissant non-savoir. Le savoir que requiert la gouvernance démocratique s’inscrit aujourd’hui dans ce nouveau contexte.

3Les conditions dans lesquelles on exerce actuellement la politique peuvent être résumées en disant que les faits sont incertains, les valeurs objet de disputes, ce qui est en jeu est important et les décisions sont urgentes(Ravetz). Les problèmes générés par le risque sont en train de redéfinir les limites entre la science, la politique et l’opinion publique. Le désaccord des experts, les différentes estimations scientifiques des risques et les innovations potentiellement menaçantes ont contribué à remettre en question l’image de la science en tant qu’instance qui fournirait un savoir objectif, fiable et de validité universelle. La science augmente en fait le savoir mais aussi l’incertitude et le non-savoir de la société. Il faut donc dire adieu à la science entendue comme base objective et indiscutable de la politique.

4Quand il s’agit de penser les relations entre savoir et pouvoir il faut être conscient du fait que ni l’un ne sait tellement ni l’autre ne peut tant. Tous les deux peuvent se consoler mutuellement d’avoir perdu leurs anciens privilèges et de partager la même incertitude, sous la forme de perplexité théorique dans le premier cas et comme vertige face à la contingence de la décision chez le deuxième. Quel privilège le pouvoir a-t-il perdu ? La prérogative de ne pas avoir à apprendre et de se limiter à commander. Et quel est celui que le savoir a perdu ? Il a justement perdu cette sécurité et évidence qui lui permettaient de s’épargner toute exigence de légitimation ; son inexactitude sociale est aujourd’hui plus visible que jamais. D’où le déplacement du problème : comment rendre compatibles un savoir sûr et un pouvoir souverain, et comment les articuler pour compenser leur faiblesse pour qu’il combattent ensemble la complexité croissante du monde ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 109e année, Collège de France, Paris, mars 2010, p. 1046-1047. ISBN 978-2-7226-0083-6

Référence électronique

Daniel Innerarity, « Savoir et pouvoir. Les rapports entre deux sortes d’incertitude », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 109 | 2010, mis en ligne le 25 juin 2010, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/397

Haut de page

Auteur

Daniel Innerarity

Professeur, université de Saragosse (Espagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page