Navigation – Plan du site
109 | 2010
Annuaire du Collège de France 2008-2009
Résumé des cours et travaux 1009e année
Conférenciers invités

Hétérographies : formes de l’écrit dans le Siècle d’Or espagnol

Fernando Bouza
p. 1034-1036

Texte intégral

1Les quatre conférences rassemblées sous ce titre partagent la volonté de recréer les conditions d’usage de l’écrit dans le Siècle d’Or espagnol, à partir de perspectives qui n’ont pas toujours été considérées comme centrales par l’histoire classique du livre et de la lecture. Pour cela, elles s’attachent plus aux manuscrits qu’aux imprimés ; elles privilégient l’analyse de la relation sensorielle avec la matérialité des textes plutôt que sa lecture rationnelle ; elles placent le travail des traducteurs au-dessus de celui des auteurs et elles s’intéressent à quelques propositions qui visaient à abolir la paternité littéraire de l’imprimé et à modifier la forme même la présentation des livres.

2Une telle approche de la culture écrite du Siècle d’Or n’implique en aucune manière que soient ignorées la vigueur de l’imprimé ou les progrès de la paternité littéraire personnelle qui sont très importants dans le cas espagnol. On part toutefois de la conviction que, pour être complète, la reconstruction de la culture écrite européenne de l’âge moderne suppose aussi l’analyse des attitudes ici signalées, sans que ceci enlève de son importance ni à la force de l’imprimé, ni à l’affirmation du personnage de l’auteur. D’où l’attention portée à toutes les formes d’hétérographies qui révèlent le véritable statut de l’écrit dans une société qui était littéralement immergée dans l’écriture et pour laquelle les lettres pouvaient aller bien au-delà de la littérature ou de l’érudition lettrée.

3Sans aucun doute, les succès de la plume dans l’Espagne du Siècle d’Or permettent de considérer cette période comme l’un des moments de plus grande splendeur de la culture écrite européenne de l’âge moderne. Parmi un riche ensemble de poètes très honorables, d’historiens, d’auteurs de pièces de théâtre et de romanciers, Garcilaso, Cervantes, Lope de Vega, Góngora, Quevedo, Gracián o Calderón ne sont que les sommets d’une époque qui a été surprise elle-même par la qualité et la quantité de ses réussites littéraires.

4Un demi-siècle après l’apparition en Europe d’un ars artificialiter scribendi, la capacité de l’imprimerie à générer de nouveaux auteurs et à modifier leur relation avec le public semblait avoir atteint son apogée. En Espagne, s’ouvrait un siècle d’une multiplication impressionnante du nombre des auteurs puis que l’imprimerie était à la disposition de toutes les classes sociales ou presque. En plus des auteurs nouveaux, et parfois inattendus, de ces années, l’époque fut celle de la reconnaissance entière et consciente de l’existence d’un public qui était de plus en plus étendu grâce à l’imprimerie et dont la relation avec les auteurs se trouvait modifiée précisément parce que ceux qui lisaient ou ceux qui écoutaient lire étaient plus nombreux.

5La transformation du livre imprimé en une véritable affaire d’éditeurs a ravivé les conflits traditionnels entre les défenseurs de divers genres. De la même façon, les polémiques sur la nature des textes qu’il fallait offrir au public et sur la question de savoir si les auteurs devaient composer leurs œuvres pour satisfaire le goût du peuple, ou ses besoins, demeurèrent évidentes. Ce n’était pas la première fois que de semblables questions se posaient, mais il faut souligner qu’elles ont acquis une force renouvelée tout au long du Siècle d’Or.

6Les classiques Laudes litterarum adressées à l’auteur et au livre imprimé ont été entonnées avec une force similaire à celle que l’on pouvait entendre ailleurs en Europe et ont établi les formules du discours de célébration des Lumières. Cependant, les riches sources archivistiques de l’époque qui, heureusement, ont été conservées, nous indiquent des usages et des pratiques bien différents et qui, certainement, auraient énormément déplu aux hommes éclairés du xviiie siècle.

7Au temps du Siècle d’Or, les amants malheureux pouvaient boire des lettres d’amour dissoutes dans l’eau de leurs coupes avec l’intention de récupérer les faveurs de leurs dames ; quelques soldats des régiments d’infanterie ne pouvaient résister au désir de porter sur leur peau le testament d’un héros militaire, convaincus que, grâce à lui, ils sauveraient leurs vies. Pour les uns et les autres, l’écriture ne se réduisait ni à des auteurs ni à des imprimés ; il n’était même pas nécessaire de savoir lire pour que l’écrit réalise, à lui seul, les merveilleux effets que l’on espérait.

8Dans la première des hétérographies, « Pour les sens : toucher, goûter, voir et écouter l’écrit », on décrit ces usages particuliers des textes dans le Siècle d’Or espagnol. Le monde de la culture dite « populaire » et celui de la cour semblaient partager ces pratiques par lesquelles les mots s’entendent, se voient, se touchent et se mangent.

9La confiance accordée à la circulation de textes manuscrits pour la diffusion de n’importe quel genre, des textes spirituels aux textes politiques, constitue la seconde des hétérographies : « De main en main : le manuscrit comme forme de publication ». Le lieu privilégié de l’analyse est ici celui des bureaux publics, des boutiques où on pouvait acheter des textes et des copies et où venaient tant les illettrés que les auteurs eux-mêmes, brisant de façon catégorique la division entre le monde populaire et le monde des Lettres.

10La troisième hétérographie s’intitule « Livres sans auteur : le biblioclaste avisé et les lecteurs ». On y analyse les propositions visant à réduire le nombre des écoles où s’enseignaient les premières lettres ainsi que les avantages qu’il y aurait à ce que les livres se publient sans mention de leur auteur. Quelque peu apeurés par les progrès de la typographie, les responsables de ces initiatives disent agir pour protéger la communauté contre le danger d’une nouvelle langue, celle de l’écriture, et contre les désastreuses conséquences que l’ambition de devenir pouvaient provoquer pour le bon gouvernement du royaume.

11Enfin, dans « Plus auteur que l’auteur : traduire comme exercice royal et aristocratique », on considère la traduction comme moyen de faire reconnaître l’excellence des grands, et plus encore, comme un exercice où l’on apprend à commander. Les puissants montrent qu’ils le sont parce qu’ils se rendent maître du génie des auteurs, en maîtrisant le texte et, dans une certaine mesure, celui qui l’a écrit.

12L’Espagne du Siècle d’Or est devenue, sans doute, une civilisation écrite, mais les chemins par lesquels elle y est parvenue ne passèrent pas nécessairement par l’alphabétisation ou la compréhension rationnelle des textes. « Hétérographier » la culture écrite de ce temps, c’est montrer de multiples formes d’appropriation de l’écrit y ont coexisté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 109e année, Collège de France, Paris, mars 2010, p. 1034-1036. ISBN 978-2-7226-0083-6

Référence électronique

Fernando Bouza, « Hétérographies : formes de l’écrit dans le Siècle d’Or espagnol », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 109 | 2010, mis en ligne le 25 juin 2010, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/391

Haut de page

Auteur

Fernando Bouza

Professeur, université Complutense de Madrid (Espagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page