Navigation – Plan du site
114 | 2015
Annuaire du Collège de France 2013-2014
Résumé des cours et travaux 114e année
VI. Conférenciers invités

Nouvelles recherches sur les espaces publics et la colonisation en Grèce antique

Emanuele Greco
p. 976-979

Notes de la rédaction

Emanuele Greco a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur proposition du Pr John Scheid. Les conférences, données les 12, 19, 26 et 5 mars 2014, sont disponibles en vidéo et en audio sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/john-scheid/guestlecturer-2014-02-12-14h30.htm

Texte intégral

Athènes : histoire archéologique des espaces publics jusqu’à la chute des tyrans

1À la suite de récentes découvertes archéologiques (par exemple la restauration du parcours du Péripatos sur la pente orientale de l’Acropole), un débat riche de suggestions s’est ouvert au sujet de la localisation des espaces publics athéniens.

2Du point de vue méthodologique, il s’agit de comparer les quelques données matérielles des pentes orientales et l’autopsie de Pausanias avec la riche bibliographie suscitée par les grandes fouilles américaines de l’agora du Kerameikòs.

3Mais ce qui est en cause n’est pas seulement l’identification des lieux et la précision topographique. Dans mes conférences j’ai aussi proposé de nouvelles interprétations historiques sur la façon dont se structura l’espace public que nous connaissons comme l’agora d’Athènes.

4De fait, alors que nous pouvons dire peu de choses, presque rien en fait, de la place qu’on appelle agora archaia (qui se trouvait vraisemblablement à l’est, et dont nous réussissons à peine à percevoir l’existence, avec toute la prudence due à la recomposition des données par le biais des sources littéraires, mais aussi par Pausanias), la situation de la place sous le kolonòs agoraios est beaucoup mieux connue. Ici, une nouvelle lecture de la séquence archéologique permet de suivre l’évolution dans l’occupation de l’espace. Deux grandes phases sont visibles : d’une part le centre du pouvoir sous les tyrans, qui habitent dans cet espace et y concentrent fêtes, performances musicales, danse, compétitions sportives, et de l’autre la nouvelle grande agora qui naîtra après les réformes que nous connaissons sous le nom de démocratie à partir des dernières années du vie siècle av. J.-C.

À la recherche de l’agora de Sparte

5Quand l’on étudie l’agora des Lacédémoniens qui habitent Sparte, comme le dit Pausanias (III, 11, 2), en ajoutant qu’elle est axía théas (digne d’être vue), – ce qui veut dire qu’elle a passé l’examen sélectif du Périégète, qui s’arrête seulement sur ce qu’il juge digne de mémoire –, la première réflexion qu’il faut faire concerne la différence macroscopique actuelle entre le sort de Sparte et d’Athènes. Alors que l’agora d’Athènes a été quasi intégralement mise au jour, celle de Sparte est tout à fait inconnue. Nous avons essayé d’en comprendre les raisons, en partant de la célèbre comparaison faite par Thucydide (I, 10), qui est invoquée comme une sorte de condamnation a priori de l’archéologie d’une ville indigne d’être prise en considération, au point qu’elle a été presque intégralement effacée par l’urbanisation moderne. À notre avis, un rôle décisif a cependant été joué par un choix idéologique qui a eu comme résultat, au début des années 1930 et après une histoire compliquée, le début des fouilles américaines, réclamées comme un droit par ceux qui se proclamaient les héritiers de la démocratie athénienne. Heureusement toutefois, l’agora de Sparte, dont la connaissance est due à la seule description de Pausanias qui nous fait regretter notre ignorance archéologique, peut être située avec certitude sur la colline du Palaiokastro, à l’extrémité nord de l’habitat moderne.

6En cet endroit, dans une oliveraie touffue d’environ 4 hectares, nous pouvons étudier quelques monuments, même si ceux-ci sont seulement en partie fouillés. Nous avons décrit en détail ces monuments. La prétendue stoa romaine mise à part (il s’agit en réalité d’un énorme soubassement qui ferme la place au sud), nous avons analysé le bâtiment circulaire fouillé par Waldstein en 1892 et le portique fouillé par Ch. Christos en 1962. Les deux édifices semblent pouvoir être identifiés avec deux monuments éminents de l’agora de Sparte, celle qu’on appelle la Skiàs, et la Persiké Stoa. Grâce à l’identification de ces deux monuments, il est également possible d’établir les limites sud et ouest de la place.

Le débat en cours sur l’origine de la « colonisation » grecque en Occident

7Un débat intéressant s’est développé au cours des dernières quinze années sur la valeur historique de la colonisation grecque en Occident, que l’on a aujourd’hui tendance à définir comme « prétendue ». On a parcouru à nouveau les étapes du débat, qui voit d’un côté les révisionnistes, décidément réticents à reconnaître l’historicité de la colonisation, de l’autre, les spécialistes qui défendent la tradition, tout en reconnaissent la nécessité d’une mise à jour du débat suivant des catégories historiographiques mieux définies. De la critique du nominalisme, qui se fonde sur la définition conventionnelle et anachronique de la colonisation, (donc il n’y a en fait pas de colonisation grecque, mais un apoikismòs), on est passé au problème bien plus sérieux du rapport entre archéologie et histoire. Nous sommes partis des conclusions du 50e Colloque d’Études sur la Grande Grèce (Tarente 2010), et des prises de position récentes, comme celle de Michel Gras en 2012 qui donne une approche historiographique de la mobilité, des migrations et des fondations d’établissements grecs. J. Hall a exprimé un autre point de vue dans son essai sur les Foundation Stories (2008). Indépendamment de ses opinions sur le phénomène colonial en général, qui sont à revoir, il me semble que Hall a raison quand il affirme que l’archéologie est la seule source contemporaine de l’événement ou des événements qui sont à l’origine du ktisma. Par conséquent l’archéologue exégète a un rôle central à jouer dans l’enquête sur ce phénomène, et il est nécessaire d’aboutir à des formulations claires qui dépasent le pur empirisme. De cette manière, on pourra mettre l’archéologie à l’abri de l’accusation, que quelqu’un a récemment lancée, d’être asservie aux sources littéraires. Il est important que l’étude de la dimension matérielle des problèmes progresse iuxta propria principia, sans contaminations ni effets combinatoires.

8Nous avons donc utilisé la seule approche archéologique du problème, sans prendre en compte le rapport avec les sources, avec les récits de fondation et tous les détails que la tradition nous a livrés. Ces données doivent être soumises à une évaluation critique et non pas acceptées sans discussion.

De Sybaris à Thurioi

9Nous avons commencé par un bref bilan des connaissances archéologiques que nous avons acquises en un demi-siècle de recherches sur l’impressionnante stratification qui concerne deux cités protagonistes de l’histoire de l’Occident grec. Conformément à ce que nous avons affirmé dans la conférence précédente, nous avons essayé de nous en tenir rigoureusement aux témoignages archéologiques sans les mélanger avec les sources littéraires, bien que l’on ne puisse se passer d’utiliser comme points de référence fermes quelques dates fondamentales comme celle de la destruction de Sybaris (510 av. J.-C.) ou celle de la fondation de Thourioi (444 av. J.-C.), surtout quand elles semblent pouvoir être confirmées par la documentation matérielle.

10Dans la deuxième partie de la conférence j’ai examiné un cas d’étude qui concerne la fouille extensive que j’ai pratiquée à Thourioi. Les fouilles ont révélé au niveau le plus profond un plan hippodaméen avec des témoignages de l’époque « coloniale ». Et surtout j’ai trouvé un grand temple dédié aux divinités égyptiennes (sûrement Isis, attestée par une inscription, et peut-être aussi Sérapis) qui a été construit à l’époque julio-claudienne au-dessus d’un prédécesseur de la fin de la République qui, à son tour, s’est superposé à un sanctuaire de l’âge classique et peut-être à un lieu de culte de l’âge archaïque, attestant ainsi la présence de Grecs depuis le ve siècle av. J.-C.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annuaire du Collège de France 2013-2014. Résumé des cours et travaux 114e année, Paris, Collège de France, juillet 2015, p. 976-979. ISBN 978-2-7226-0414-8

Référence électronique

Emanuele Greco, « Nouvelles recherches sur les espaces publics et la colonisation en Grèce antique », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 114 | 2015, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/12022

Haut de page

Auteur

Emanuele Greco

Directeur de l’École italienne d’archéologie à Athènes (Grèce)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page