Navigation – Plan du site
114 | 2015
Annuaire du Collège de France 2013-2014
Résumé des cours et travaux 114e année
II. Sciences humaines et sociales

Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire

Nicolas Grimal
p. 401-410

Texte intégral

Enseignement

Cours. Le temple d’Amon-Rê à Karnak : Héliopolis et l’Empire (suite et fin)

1On a repris et complété l’étude des monuments de Thoutmosis III dans l’enceinte d’Amon, en passant rapidement sur la chapelle Rouge et la wȝḏyt, déjà commentées précédemment. On a examiné ensuite le dossier du nṯrỉ mnw et des salles d’Hatshepsout, improprement appelées « palais de Maât », puis la zone du 6e pylône et l’enceinte du reposoir de barque, le secteur des Annales, les constructions de l’axe nord-sud, et, en particulier, l’ensemble de Thoutmosis III du Lac et le lac Sacré lui-même. À cette occasion, on a approfondi à la fois la chronologie relative de ces constructions et les voies de circulation cultuelles qui y sont liées. On a ensuite étudié le contre-temple oriental, ainsi que l’obélisque unique. À l’issue de cette revue, on a repris le dossier des voies de circulation cultuelles dans le temple de Thoutmosis III, augmentant l’étude précédemment faite des processions, au regard de la circulation « interne » du temple vers le sanctuaire principal.

2Cette étude nous a conduits à l’akhmenou, à la définition générale duquel on s’est d’abord intéressé, à commencer par le nom de ḥwt-nṯr que lui donnent les textes de fondation. On a ensuite étudié l’ensemble du monument, secteur par secteur : pour chacun d’eux, une description archéologique a été présentée, ainsi qu’une synthèse des sources et des travaux de terrain. On a également décrit et commenté les scènes représentées sur les parois.

3L’analyse ainsi faite a permis de mettre la géographie liturgique locale à l’échelle de celle du pays en établissant la correspondance entre Héliopolis-Memphis et la Thébaïde. En conclusion, on s’est attaché à la problématique du temple de Ptah, dont les fouilles actuelles confirment l’appartenance au plan d’ensemble premier, redessiné par Thoutmosis III.

Séminaire. Les Annales de Thoutmosis III (suite)

4On a terminé cette année l’étude de la 9e campagne, que Thoutmosis III a menée en l’an 34 :

Tribut de Chypre

ỉnw n wr n Ỉsy m ḥȝt-zp ṯ[n]

« Tribut du chef de Chypre de cet[te] année :

ḥmtỉ

ḏbt

108 ½

cuivre : 108 briques ½

stfw

dbn

2040

et 2040 deben de lingots fondus,

dḥty

ḏbt

5

plomb : 5 briques,

dḥty

nws

1200

plomb : 1200 lames,

ḫsbd

dbn

110

lapis-lazuli : 110 deben,

Ȝbw

nḥḏt

1

ivoire : une défense,

[ṯg]w

mȝwt

2

bois [tcheg]ou : deux perches.

   

Tribut de Koush

bȜk n Kš ḥst

Tribut du vil Koush :

nwb  dbn

300[+ X

or :

300[+X] deben,

ḥmw ḥmwt n]ḥsyw

60

servants et servantes nè]gres

60,

sȝ wr n Ỉrm

[4]

fils du chef d’Irem

[4].

(38) dmḏ

64

(38) Total

64.

ỉwȝ [wnḏw

105

bœufs iouâ [et oundjou

105,

ỉdḥ]

170

bœufs idehou]

170.

dmḏ

275

Total

275.

ḥrw-r [ʿḥʿ]w Ȝtp(w) m Ȝb hbny

Sans compter des bateaux chargés d’ivoire,

mȜʿw nb(w) n ḫȜst ṯn

ébène et toutes offrandes de ce pays, ainsi

[š]mw n Kš m-mỉtt

que la [ré]colte de Koush.

   

[Tribut de Wawat

Tribut] de Wawat :

[bȜk] n WȜwȜt

Nwb  dbn

[25]55

or

[25]55 deben,

ḥmw ḥmt nḥsyw

10

servants et servantes nègres

10,

ỉwȜw

Boeufs iouâ,

wnḏw

oundjou

[ỉdḥw

et [idehou,

dmḏ

[

au total

[   ,

ḥrw-r ʿḥʿw Ȝtp(w) m]

sans compter des bateaux chargés de]

(39) ḫt nbt nfrt n ḫȜs[t ṯn],

(39) toutes bonnes choses de [ce] pays,

[šmw n WȜw]Ȝt m-mỉtt

ainsi que [la récolte de Wa]wat. »

  • 1  Michael Rice Jones, Oxhide Ingots, Copper Production, and the Mediterranean Trade in Copper and Ot (...)
  • 2  Papyrus d’Orbiney 8, 6 - Gardiner LES, 18, 3-4 ; 12, 9-10 - Gardiner LES, 22, 10.
  • 3  Papyrus de Turin 1996 ro 2,2.
  • 4  Shelley Wachsmann, Aegeans in the Theban Tombs, OLA, 20, 1987. Norman de Garis Davies, The Tomb of (...)

5On a brièvement repris les dossiers de la localisation d’Isy et de Chypre, ainsi que la question du commerce du cuivre à l’époque de notre texte. On s’est ainsi attardé sur le lingot « cuir de bœuf », alors encore récemment apparu, très probablement à partir de Chypre. Son adoption va de pair avec une mutation technologique constatée sur les objets créés : le passage de l’alliage à base d’arsenic à l’alliage à l’étain. Les deux techniques ne sont pas pour autant exclusives l’une de l’autre. La grande différence numérique entre les deux formes attestées dans notre texte (108 ½ « briques » contre 2040 deben de stfw) semblerait indiquer que la nouvelle forme du minerai issu de la métallurgie lourde est dominante1. Le terme stfw, ici hapax pour désigner un métal fondu, est bien connu dans la littérature pour désigner un écoulement : du débordement de la bière2 aux flux de miel auquel est comparée la voix de l’aimée3. La représentation du tombeau de Rekhmirê montre que les deux formes vont directement en atelier pour la métallurgie légère4.

  • 5  Ibid., pl. XXI.
  • 6  Michael Rice Jones, op. cit., p. 78, fig. 8.

6Il en va de façon parallèle pour le plomb (ḏḥty), qui apparaît, lui aussi, sous forme de « briques » (ḏbt) et de « barres ». Le terme employé, nws, reçoit un déterminatif explicite – une longue barre percée d’un trou en permettant le transport explicite –, que confirment les représentations de Rekhmirê5, et, également, la représentation de la salle de trône de Shalmanasar III à Nimrud6.

  • 7  Jean-Loïc Le Quellec, Pauline et Philippe de Flers, Du Sahara au Nil. Peintures et gravures d’avan (...)

7On a également repris rapidement les grandes lignes du dossier de Iam, désormais clairement localisé dans le désert occidental, au sud-ouest des oasis de Dakhla et Kharga7.

8On a étudié ensuite la 10e campagne, celle de l’an 35 :

Ḥȝt-sp 35

« Année 35 :

ỉsṯ ḥm[⸗f ḥr] Ḏhy m wḏyt mḥ.t 10 nt nḫtw

[Sa] Majesté était [dans] le pays de Djahy, en sa 10e campagne victorieuse.

ỉst spr.n ḥmf r dmỉ n Ỉrỉnȝ

Sa Majesté atteignit la cité de Irina. Or le

ỉsṯ sḥwy.n ḫrw pf ẖsy <n>

vil ennemi de [Nahari]na avait rassemblé

[Nhr]nȝ ḥtrw ḥnʿ rmṯsn

chars et leurs desservants.

[……] (40) nw pḥw tȜ

[……] (40) des confins de la terre.

ʿšȜ⸗st [r šʿ n wḏbw] wȝ r ʿḥȜ ḥn ḥmf.

Ils étaient [plus] nombreux [que le sable du rivage], prêts à se battre contre Sa Majesté.

ʿḥʿ.n ṯḥ[n.n] ḥmf ḥnʿsn.

Alors, Sa Majesté les affronta.

ʿḥʿ.n ỉr.n mšʿ n ḥmf zp nhdhd

Alors, l’armée de Sa Majesté jeta

m ḫnw n ỉṯt ỉnt

l’effroi en criant : ‘Au pillage !’

ʿḥʿ.n sḫm.n ḥmf m [nn] n

Alors Sa Majesté s’empara de [ces]

ḫȝstyw m [bȝw][tf][mn]

barbares, grâce à la [puissance] de [son pè]re A[mon]….

[…] (41) n Nhrnȝ […]

(41) du Naharina […].

wn.ỉnsn ḥr bhȝ

Et eux de s’enfuir, tombant pêle-mêle l’un

gbgbw m wʿ ḥr wʿ ẖr ḥȝt ḥmf.

sur l’autre devant Sa Majesté.

   

Rḫ kfʿ ỉ[n.n] ḥm⸗f ḏs⸗f m nn n ḫȝstyw n Nhrynȝ

Liste du butin que Sa Majesté Elle-même [a] fait sur ces barbares du Naharina :

[… ḥsmn mss n] (42) ʿḥȝ

2

2 [cuirasses de] (42) combat [en bronze],

ḥsmn dbn [n tp…]

[…] casque en bronze […],

   

Rḫ kfʿ ỉn.n mšʿ n ḥm⸗f m [nn n ḫ]rwyw

Liste du butin que l’armée de Sa Majesté a fait sur [ces vain]cus :

sḳr-ʿnḫw

 10

10 prisonniers,

ssmt

180

180 chevaux,

wrryt

 60

60 (?) chars

[… (43) …] ḥsmn ḫnr sʿmʿ

 15

[… (43) …] bronze : 15 cuirasses

ḥsmn mss n ʿḥȝ

[…]

[…] tuniques de combat,

ḥsmn dbn n tp

  5

bronze : 5 casques,

pḏt Ḫȝrw

  5

5 arcs syriens

   

Ḥȝḳ iry m kt [ḫt]

Prise faite dans un [autre] endroit :

[… (44) ssmt]

246

[… (44)…] 246 [chevaux],

wrryt bȝk m nwb

  1

1 char plaqué d’or,

wrryt bȝk m ḥḏ nwb

 30

30 chars plaqués d’argent et d’or,

[nwb ḥnw]

[des vases en or],

nwb m [sšw]

de l’or en [disques],

[… (45) …

[… (45)…]

snṯr mn]

 84

84 [jarres d’encens],

bȝḳ mn

989

989 jarres d’huile de ben,

[ỉrp m]n

3099

3099 [jarres de vin, …]

[… (46) …

  

[… (46) …]

……. rnpt

année,

bȝkw n [Rmn m-mỉtt

tribut [du Liban également,

š]mw n Ḏȝhy m [….

la [ré]colte du Djahy :

… (47) …] ḥs[t]

[… (47) … un] vase,

nwb [… ]

or […],

ḫt n ṯgw

bois tchégou,

ḫȝw […

plantes

… (48) …] m ḫt nbt nfrt

[… (48) … ], toutes bonnes choses.

ỉw […]

Puis […] »

  • 8  D.B. Redford, The Wars in Syria and Palestine of Thutmose III, 2003, p. 85.

9L’évocation des « confins de la terre » (pḥw tȝ) est évidemment un rappel du début des Annales : « (Or, il advint, à l’époque d’une autre lignée, que les garnisons qui étaient là étaient cantonnées) dans la ville de Sharouhen et que, de Yursa jusqu’aux confins de la terre, on se révoltait contre Sa Majesté. » (col. 12-13). Le ton est ainsi donné d’un nouvel épisode, relaté sur un mode épique qui en souligne l’importance dans l’organisation générale du texte. C’est, en effet, la seconde campagne qui fait l’objet d’un véritable récit stratégique, multipliant figures de styles et vocabulaire du récit royal8. L’affrontement de la deuxième coalition mitanienne marque un tournant dans les campagnes de Thoutmosis : après la victoire des environs d’Alep, les Hittites paieront un tribut. On a étudié l’ensemble du passage, à la fois sur le plan militaire et stylistique.

  • 9  Annales V, col. 7 : nȝy⸗sn ỉt m tyw r wbn m ỉt ʿšȝ⸗st r šʿ n ỉdbw, « Leur blé sur les aires baig (...)
  • 10  H. Grapow, Die bildlichen Ausdrücke des Aegyptischen. Vom Denken und Dichten einer altorientalisch (...)
  • 11  N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne, de la XIXe dynastie à la conquête d’Alex (...)
  • 12  D.B. Redford, op. cit., p. 83, après A. Spalinger, Aspects of the Military Documents of the Ancien (...)
  • 13  Grgw n sspd ʿw⸗n r-ntt ỉw⸗tw r ṯḥn nʿ rw pf sy m dwȜw, « Préparez-vous, affutez vos armes, c (...)

10On y retrouve, en effet, combinées, quelques unes parmi les plus célèbres des figures de la rhétorique épique. En premier lieu la métaphore des grains de sable caractérisant la multitude (ʿšȜ⸗st [r šʿ n wḏbw]), déjà utilisée dans les Annales pour caractériser l’abondance du Djahy9, et dont la fortune ne se dément pas de dynastie en dynastie10, autant pour décrire, comme ici, le grand nombre des forces négatives que, tout au contraire, la pérennité du règne royal11. Le terme décrivant l’affrontement (ṯḥn)12 renvoie à l’ordre du jour de la bataille de Megiddo13.

  • 14  Ibid., p. 85-86.
  • 15  Urk. IV 1095 (réception des tributs étrangers par Rekhmirê) = N. de Garis Davies The Tomb of Rekh- (...)
  • 16  N. Grimal, La stèle triomphale de Pi(‘ânkh)y au Musée du Caire (JE 48862 et 47086-47089), Études s (...)

11Les combats sont évoqués sur le même mode épique : ʿḥʿ.n ỉr.n mšʿ n ḥm⸗f zp nhdhd m ḫnw n ỉṯt ỉnt, « Alors, l’armée de Sa Majesté jeta l’effroi en criant : ‘Au pillage !’ ». On préfèrera en effet l’interprétation de D. B. Redford, qui part des sens premiers de ỉṯỉ et ỉnỉ14. Hnw décrit très probablement le cri, c’est-à-dire, comme le montre l’exemple des courtisans accueillant le roi dans la tombe de Rekhmirê15, qu’il met en avant, aussi bien la clameur poussée par les soldats montant à l’attaque, – comparable au péan grec –, que l’acclamation que l’on retrouve, par exemple, dans la bouche des soldats du nome du Lièvre accueillant Pi(ânkh)y : « Et l’armée du nome du lièvre d’entonner ce chant d’allégresse (nhn ḫnw) : « ô combien beau est Horus posé dans sa ville, le Fils de Rê Piânkhy ! Fais pour nous un jubilée (ỉr⸗k n⸗n ḥb-sd), pour avoir protégé le nome du Lièvre !16 »

  • 17  Ỉmy n⸗n wȝt ʿȜ⸗n m šwt pš⸗k ȝmw ww.n⸗k pr hd⸗f nhdh n⸗f ʿšȜ, « Montre-nous le chemin, que nou (...)

12Le cri de l’armée jette « l’effroi » (nhdhd) dans les rangs de l’ennemi, comme le feront également plus tard les « recrues » de Pi(ânkh)y17.

  • 18  « Il ne s’y prend pas à deux fois pour tuer et nul ne peut détourner son trait, nul ne peut bander (...)
  • 19  […] (41) n Nhrnȝ […] wn.ỉn⸗sn r bhȝ gbgbw m wʿ r wʿ r ȝt m⸗f , « […] (41) du Naharina […]. Et (...)
  • 20  Entre autres, KRI II 135. 9-15 (bataille de Qadesh) ; 45.15 (Poème § 133) ; 89.1-5 (Poème § 293) ; (...)
  • 21  A.J. Spalinger, War in Ancient Egypt, Wiley-Blackwell, 2005, p. 220 ; S.C. Heinz, Die Feldzugsdars (...)

13La fuite de l’ennemi recourt au même fonds, commun aux œuvres littéraires et à la « Königsnovelle » : le verbe bhȜ renvoie à l’un des premiers classiques de l’éloge royal, l’hymne de Sinouhé au nouveau roi18 ; gbgb, déjà employé, associé à bhȝ à la col. 40-41dans une séquence analogue19, décrit l’amoncellement des cadavres des ennemis vaincus devant les sabots des chevaux royaux20, abondamment illustré à époque ramesside21.

  • 22  J. Janssen, Commodity Prices from the Ramessid Period: an Economic Study of the Village of Necropo (...)
  • 23  W. Wolf, Die Bewaffnung des altägyptischen Heeres, 1926, 97.
  • 24  N. de Garis Davies, op. cit., pl. XXXVII.
  • 25  N.M. Davies, N. de Garis Davies, A.H. Gardiner, The Tombs of Menkheperrasonb, Amenmose and Another (...)

14On remarquera l’abondance des produits métalliques énumérés dans le butin, notamment les cotes de mailles : mss n ḥȝ, litt., les « chemises de combat ». L’emploi de mss au sens de « tunique » (de tissu) est bien connu à Deir el-Medina et dans la poésie amoureuse22. Les représentations militaires23 montrent que ces « tuniques » servent à fixer des plaques métalliques protectrices. Cette technique les distingue de la « cuirasse » (ḫnr), qui est, elle, « travaillée » (sʿm). On remarquera également la présence de « casques » de bronze (dbn n tp), que l’on retrouve, entre autres, rangés parmi les objets métalliques dans la tombe de Rekhmirê24, et, peut-être, dans celle de Menkheperrêseneb25. La logique contextuelle des listes de produits des Annales laisse supposer que les « arcs syriens » (pḏt Ḫȝrw) sont, eux aussi, en bronze.

15Le reste de la paroi a disparu jusqu’au VIe pylône. Les onze fragments épars que l’on a pu retrouver ne permettent pas de reconstituer, fût-ce pour un seul signe, la 11e campagne, le texte étant entièrement perdu, de la fin de la col. 48 au début de la col. 84. On ne peut y retrouver que les traces d’un signe nwb, qui appartient probablement à l’énumération du butin. Étant donné que la colonne 84 (et la fin de la col. 83, en lacune) relate la 13e campagne, celle de l’an 38), et si le signe nwb appartient bien à une liste de tributs, la 12e campagne doit commencer plusieurs colonnes avant, sans qu’il soit possible de préciser combien.

16Après avoir présenté la méthode suivie pour relever, puis positionner les blocs épars en fonction de la taille supposée de la paroi aujourd’hui disparue, on a établi et commenté la relation de fin de la campagne de l’an 37 (12e campagne : col. 84 (- X)- 86) :

[…] nwb […] (85) šḳ[r dỉdỉ] ỉbhty

« […] or […] (85) sheqe[r, hématite, ]

msdmt nʿšʿ[…(?)

porphyre (?), galène, nâshâ[…

ʿw]t ḫȝst ḫt n sḏt

gi]bier du désert, bâton à feu.

   

Bȝ[kw n Kš ẖst

Imp[ôt du vil Kush :

nwb

dbn 70 qdt 1  

or :

70 deben et 1 kite,

ḥmw ḥmwt nḥsyw

3]0  

servants et servantes

3]0

ỉwȝw wnḏw

[ ]3  

bœufs iouâ et oundjou

[ ]3

ỉdhw

[     

bœufs idehou

[  ].

dmḏ

Total

[  ].

ḥrw-r ʿḥʿw ȝtp(w)] (86) m [hbny ȝbw]

[Sans compter des bateaux chargés

mȝʿw nb [nfr n] ḫȝst ṯn

(86)] d’[ébène, ivoire], de tous [bons] produits [de] ce pays,

ḥnʿ [šmw n ḫȜst ṯn.]

ainsi que [la récolte de ce pays].

   

[Bȝkw n WȜwȜt

[Impôt de Ouaouat :

nwb

dbn [   ]   

or

[  ] deben,

ḥmw] ḥmt nḥsyw

[34   

servants] et servantes nègres

[34,

ỉwȝw wnḏw ỉdḥw

94   

boeufs iouâ, oundjou et idehou

94

ḥrw-r ʿḥʿ]w ȝtpw m ḫt nb(t) nfrt

sans compter des ba]teaux, chargés de toutes bonnes choses,

šmw n Wȝwȝ[t m mỉtt]

et la récolte de Ouaouat également]. »

17On a, enfin, établi et commenté le texte du début de la campagne de l’an 38 (13e campagne) :

[ḥȝt-zp 38

« [An 38.

ỉst ḥm⸗f ḥr ḫȝst Ḏȝhy] (87) m [wḏy]t

Sa Majesté se rendit au pays de Djahy] (87)

mḥt 13 nt nḫt

dans la 13e campagne victorieuse.

ỉst ḥm⸗f ḥr sk […] dmỉ n Nwgs.

Sa Majesté dévasta […] la cité de Nuḫašše.

Rḫ [kfʿ ỉn.n mṣʿ n ḥm⸗f m pȝ w n Nwgs]

Liste[du butin emporté par l’armée de Sa Majesté du district de Nukhasse :]

sḳr-ʿnḫ

  50  

50 prisonniers,

ssmt [wrr]t [bȝk m nwb ʿprw m

des cheva[ux et des chars plaqués d’or et

ḫtsn] (88) nw r-ʿ ḫt

équipés de leurs armes] (88) de combat,

ḥtpyw n pȝ w n Nwgs [ḥmwt⸗sn

ceux du district de Nuḫašše qui ont fait la

ẖrdw⸗sn]

paix, [avec leurs femmes et leurs enfants).

   

[Rḫ] ỉnw ỉny [ỉn bȝw] n ḥm⸗f m ḥȝt-zp ṯn

[Liste] des tributs apportés [grâce à la puissance] de Sa Majesté cette année :

ssmt

[328

[328] chevaux,

ḥmw ḥmt

522

[522 servants et servantes,]

wrryt   bȝk m ḥḏ nwb]

  9

9 [chars plaqués d’argent et d’or],

nʿt

 61

61 peints,

dmḏ

 70

total : 70,

ḫsbd mȝʿ    wsḫ

  1

un collier large en lapis lazuli véritable

[…

[…,

ḥḏ] ỉkȝnw

un vase akanou et

ddt (89) ḥrw ʿwt ḥr n mȝḥs

des coupes dedet en argent] (89), pourvues de têtes de gibier et d’une tête de lion,

ḥnw m bȝk nb n Ḏȝhy

des vases travaillés dans toutes les techniques du Djahy,

[… dbn]

2821 qdt 3 [1/2

[…] 2821 [deben] et 3 qite [1/2,]

ḥmt] ḥr ḫȝst⸗f

dbt 27[6

27[6] lingots de [cuivre] provenant de sa montagne,

ḥḏt

dbt 26

26 lingots de plomb,

snṯr]

hbnt 6[26

626 vases heben [d’encens,

bȝḳ nḏm ḥr] bȝḳ wȝḏ

huile douce et] huile fraîche,

sfṯ

mn 1752

1752 vases men d’huile de lin,

ỉrp

155

155 de vin,

ỉwȝ

12

12 bœufs iouâ,

[… ʿȝ

46

[…, 46 ânes,

hnn

1]

1 cerf]. »

  • 26  N. de G. Davies, The Rock Tombs of Deir el Gebrâwi, I – Tomb of Aba and Smaller Tombs of the South (...)
  • 27  Voir, par exemple, A. Bounni, E. Lagarce, Ras Ibn Hani. Le palais nord du Bronze récent. Fouilles (...)
  • 28  I. Gelb et al., Assyrian Dictionary, 1964, p. 225.

18Le déterminatif de hnn restitué ici est purement hypothétique et suit la proposition de K. Sethe, qui est, apparemment, le seul à l’avoir vu. Présent dans les scènes de chasse des époques antérieures, le cerf, en tout cas ce type de cerf, probablement le cerf dit « de Perse » (Dama dama mesopotamica) ou le Cerf « rouge » (Cervus elaphus26), est devenu suffisamment rare à l’époque pour figurer parmi les prises notables. La symbolique qui lui est attachée en Syrie du Nord27 doit jouer un rôle également, d’autant plus que cette campagne met les Égyptiens directement au contact de ses zones d’habitat. On sait, en effet, d’après les sources assyriennes28, qu’il séjournait volontiers sur les bords de l’Euphrate.

Travaux et publications

Travaux collectifs

19En collaboration avec Emad Adly et Alain Arnaudiès, chroniques archéologiques : Bulletin d’information archéologique et « Fouilles et travaux en Égypte et au Soudan », pour la revue Orientalia.

Participation aux travaux de la Commission consultative des fouilles françaises à l’étranger, ministère des Affaires étrangères et européennes, 5-11 décembre 2011.

Participation au jury d’admission des boursiers et pensionnaires de la fondation Thiers (novembre 2013-janvier 2014).

Membre des conseils scientifique et d’administration, ainsi que de la commission de sélection de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire.

Membre du conseil scientifique du musée Rodin.

Membre du conseil scientifique de l’Institut für orientalische und europäische Archäologie (OREA) de l’Académie des sciences de Vienne (Autriche, 8-9 juillet 2014).

Travaux de terrain

20Missions à Byblos (Liban), en collaboration avec Martine Francis-Allouche : étude de résistivité dans la zone sud du tell antique (6-15 octobre 2013).

Prospections géomorphologiques dans la zone supposée du port antique (7-12 janvier 2014).

Prospection bathymétrique au large du tell antique (13-17 juin 2014).

Conférences, colloques et communications

21« Le cœur de l’homme, c’est sa balance », communication présentée dans le cadre du XXIVe colloque de la villa grecque Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, organisé par l’Académie des inscriptions & belles-lettres, sur le thème de la rhétorique dans l’Antiquité (4-5 octobre 2013).

Participation au colloque international « L’archéologie en France et à l’étranger : acteurs et enjeux », organisé par le ministère des Affaires étrangères et européennes et le ministère de la Culture (Paris, 14 et 15 octobre 2013).

« Guerre, économie et fiscalité en Égypte ancienne », dans le cadre des journées d’études consacrées à « Guerre et société », organisées par l’Académie des sciences morales et politiques.

Hommages présentés à l’Académie des inscriptions & belles-lettres : L’art du contour. Le dessin dans l’Égypte ancienne, catalogue édité sous la direction de Guillemette Andreu-Lanoë, avec la collaboration de Sophie Labbé-Toutée et Patricia Rigault, Louvre éditions & Somogy, éditions d’art, Paris, 2013 ; Jean-François Champollion, Notice descriptive des monuments égyptiens du musée Charles X, édition présentée et commentée par Sylvie Guichard, Louvre éditions & Éditions Khéops, Paris, 2013 ; Émile Prisse d’Avennes (1807-1879). Un artiste-antiquaire en Égypte au xixe siècle, sous la direction de Mercédès Volait, Institut français d’Archéologie orientale, Bibliothèque d’étude, 156, Le Caire, 2013 ; Jacques Mercier et Claude Lepage, Lalibela, Wonder of Ethiopia. The Monolithic Churches and Their Treasures, Ethiopian Heritage Fund, Paul Holberton publishing, London, 2012 ; eid Lalibela. Capitale de l’art monolithe d’Éthiopie, Éditions A. et J. Picard, Paris, 2013 ; Soleb VI, Hommages à Michela Schiff Giorgini, édité par Nathalie Beaux et Nicolas Grimal, Le Caire, Institut français d’Archéologie orientale, 2013 ; Bernadette Letellier et François Larché, La cour à portique de Thoutmosis IV, 3 volumes : un volume de texte de 554 p., un volume de planches, de 272 p., et un volume de dépliants, de 45 planches, Études d’égyptologie, 12, éditions Soleb, Paris, 2013.

Publications

22Grimal N., « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire », Annuaire du Collège de France. Cours et travaux, no 113, 2014, 387-397, http://annuaire-cdf.revues.org/​2477

Grimal N. et Adly E. (éd.), Bulletin d’information archéologique (BIA). Barque funéraire d’Abû Rawwâsh - Ie dynastie., vol. 46, juillet-décembre 2012, 122 p., http://www.egyptologues.net/​archeologie/​bia46/​bia46.htm.

Grimal N. et Adly E., Bulletin d’information archéologique (BIA), 2013, vol. 47,  janvier-juin 2013, http://www.egyptologues.net/​archeologie/​bia46/​bia46.htm.

Beaux N. et Grimal N. (éd.), Soleb VI. Hommages à Michela Schiff-Giorgini, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2013, 213 p.

Grimal N., « Diplomatie et écriture : à propos des inscriptions égyptiennes d’Ougarit », dans Bordreuil P., Ernst-Pradal F., Masetti-Rouault M.G., Rouillard-Bonraisin H. et Zink M. (éd.), Les écritures mises au jour sur le site antique d’Ougarit (Syrie) et leur déchiffrement, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2013, 187-202.

Grimal N., Hommages de Delange E. (éd.), Les fouilles françaises d’Éléphantine (Assouan), 1906-1911, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, coll. « Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », no 46, 2012, Monuments de l’Égypte et de la Nubie, par Champollion le Jeune (édition de 1835-1845), suivi des Notices descriptives (édition de 1844-1879) et des Lettres d’Égypte et de Nubie (édition de 1833), & Monuments égyptiens par É. Prisse d’Avennes (édition de 1847) ; Voyage dans la Basse et la Haute Égypte pendant les campagnes du général Bonaparte, par Vivant Denon, Paris, 1802 ; Fr. Cailliaud, Voyage à Méroé et au Fleuve Blanc & Voyage à l’oasis de Thèbes, Paris, 1802 ; J.-R. Pacho., Voyage dans la Marmarique, la Cyrénaïque et les oasis d’Audjelah et de Maradèh, Paris, 1827, Les grandes expéditions scientifiques du xixe siècle, collection dirigée par J.-Y. Empereur, vol. 2-5 

Grimal N., « Hommage de M. Valloggia, Entre imaginaire et égyptologie : la description de l’Égypte (Genève, La Baconnière Arts, coll. « Belles pages de la Bibliothèque de Genève », n° 8, 2012) », CRAI 2012, 2014, vol. 155, no 4, 1839-1843.

Grimal N., « Hommage de D. Valbelle, Les stèles de l’an 3 d’Aspelta, avec une annexe de Cl. Rilly (Le Caire, Institut français d’Archéologie orientale, coll. « Bibliothèque d’étude », 154, 2012) », CRAI 2012, 2014, vol. 155, no 1, 1839-1843.

Grimal N., « Hommage de La chapelle d’Hathor - Temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari, I, Vestibule et sanctuaires ([3 fasc. + 1 dvd]. Fasc. 1, texte : N. Beaux ; fasc. 2, figures : N. Beaux, N. Grimal et G. Pollin ; fasc. 3, planches : N. Beaux, J. Karkowski, E. Majerus & G. Pollin, Le Caire, Institut français d’Archéologie orientale, MIFAO, 129, 2012), CRAI 2013, 2014, vol. 156, no 1, 433-435.

Grimal N., « Orient, Afrique et classicisme : l’Égypte pharaonique face à l’histoire de l’art », CRAI 2012, vol. 155, no 4, 2014, 1741-1760.

23Les contraintes éditoriales de l’Annuaire du Collège de France ne permettant pas d’inclure dans ce compte rendu l’ensemble des activités de l’équipe et de la bibliothèque du Cabinet d’égyptologie, on trouvera la version exhaustive de ce rapport sur le site internet de la chaire (http://www.egyptologues.net/​chaire/​rapports/​rapports.htm).

Haut de page

Notes

1  Michael Rice Jones, Oxhide Ingots, Copper Production, and the Mediterranean Trade in Copper and Other Metals in the Bronze Age, 2007, p. 37 et 106 (pour la figure 16 montrant le moule de Ras Ibn Hani et pour la figure 1 montrant un lingot provenant de l’épave d’Uluburun) ; voir encore L. Garenne-Marot, Paléorient, 10, 1984, p. 1-30 ; 11, 1985, p. 85-100 ; Graciela Noemi Gestoso Singer, « El Pecio De Cabo Gelidonya : Una Introduccion », Kubaba, 2, 2011, p. 75-85, avec bibliographie.

2  Papyrus d’Orbiney 8, 6 - Gardiner LES, 18, 3-4 ; 12, 9-10 - Gardiner LES, 22, 10.

3  Papyrus de Turin 1996 ro 2,2.

4  Shelley Wachsmann, Aegeans in the Theban Tombs, OLA, 20, 1987. Norman de Garis Davies, The Tomb of Rekh-Mi-Re at Thebes, PMMA, 11, 1943, pl. LIII.

5  Ibid., pl. XXI.

6  Michael Rice Jones, op. cit., p. 78, fig. 8.

7  Jean-Loïc Le Quellec, Pauline et Philippe de Flers, Du Sahara au Nil. Peintures et gravures d’avant les pharaons, 2e édition, augmentée, Soleb, 7, 2012, p. XX-XXIII.

8  D.B. Redford, The Wars in Syria and Palestine of Thutmose III, 2003, p. 85.

9  Annales V, col. 7 : nȝy⸗sn ỉt m tyw r wbn m ỉt ʿšȝ⸗st r šʿ n ỉdbw, « Leur blé sur les aires baignées de blé, plus nombreux que les grains de sable du rivage. »

10  H. Grapow, Die bildlichen Ausdrücke des Aegyptischen. Vom Denken und Dichten einer altorientalischen Sprache, 1924, p. 59-60.

11  N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne, de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, Mémoires AIBL, 2008, vol. ns 6, p. 425, n. 456.

12  D.B. Redford, op. cit., p. 83, après A. Spalinger, Aspects of the Military Documents of the Ancient Egyptian, 1982, p. 87.

13  Grgw n sspd ʿw⸗n r-ntt ỉw⸗tw r ṯḥn nʿ rw pf sy m dwȜw, « Préparez-vous, affutez vos armes, car demain, nous allons affronter ce vil ennemi au matin ! »

14  Ibid., p. 85-86.

15  Urk. IV 1095 (réception des tributs étrangers par Rekhmirê) = N. de Garis Davies The Tomb of Rekh-Mi-Re at Thebes, 1943, pl. XVI.

16  N. Grimal, La stèle triomphale de Pi(‘ânkh)y au Musée du Caire (JE 48862 et 47086-47089), Études sur la propagande royale égyptienne, 1, 1981, p. 72 et n. 179.

17  Ỉmy n⸗n wȝt ʿȜ⸗n m šwt pš⸗k ȝmw ww.n⸗k pr hd⸗f nhdh n⸗f ʿšȜ, « Montre-nous le chemin, que nous combattions à l’ombre de ta puissance ! Les recrues que tu as envoyées, que vienne leur combat victorieux, et devant elles la multitude sera saisie d’effroi ! » (Stèle de Piânkhy, l. 15, passim, commentaire, n. 73d).

18  « Il ne s’y prend pas à deux fois pour tuer et nul ne peut détourner son trait, nul ne peut bander son arc. Les barbares fuient ses bras comme la puissance de la Grande Déesse. Il combat sans fin » (Sinouhé B 62-63 = R. Koch, Die Erzählung des Sinuhe, 1990)

19  […] (41) n Nhrnȝ […] wn.ỉn⸗sn r bhȝ gbgbw m wʿ r wʿ r ȝt m⸗f , « […] (41) du Naharina […]. Et eux de s’enfuir, tombant pêle-mêle l’un sur l’autre devant Sa Majesté. »

20  Entre autres, KRI II 135. 9-15 (bataille de Qadesh) ; 45.15 (Poème § 133) ; 89.1-5 (Poème § 293) ; 122.10 (Bulletin § 102) ; 134.19 (Reliefs § 18) ; etc.

21  A.J. Spalinger, War in Ancient Egypt, Wiley-Blackwell, 2005, p. 220 ; S.C. Heinz, Die Feldzugsdarstellungen des Neuen Reiches. Eine Bildanalyse, DÖAW, 18, 2001, p. 80 sq. ; N. Grimal, « Le roi, les ennemis et la pyramide », dans Heike Kuksch et Daniel Polz (éd.), Stationen. Beiträge zur Kulturgeschichte Ägyptens (Festschrift Stadelmann), 1998, p. 263-272.

22  J. Janssen, Commodity Prices from the Ramessid Period: an Economic Study of the Village of Necropolis Workmen at Thebes, 1975, p. 259-260, qui y voit l’ancêtre de la glalabiyah moderne.

23  W. Wolf, Die Bewaffnung des altägyptischen Heeres, 1926, 97.

24  N. de Garis Davies, op. cit., pl. XXXVII.

25  N.M. Davies, N. de Garis Davies, A.H. Gardiner, The Tombs of Menkheperrasonb, Amenmose and Another (n° 86, 112, 42, 226), 1933, pl. V. À moins qu’il ne s’agisse de casques en cuir : comparer avec W. Wolf, cité supra, n. 23.

26  N. de G. Davies, The Rock Tombs of Deir el Gebrâwi, I – Tomb of Aba and Smaller Tombs of the Southern Group, ASE Memoirs, 11, 1902, pl. XIP ; comparer avec les représentations du tombeau d’Oukhhotep, passim ; F. Houlihan, « Some Remarks on Deer (Cervidae) in Ancient Egypt », JEA, 73, 1987, 238-243.

27  Voir, par exemple, A. Bounni, E. Lagarce, Ras Ibn Hani. Le palais nord du Bronze récent. Fouilles 1979-1995. Synthèse préliminaire, 1998, p. 59.

28  I. Gelb et al., Assyrian Dictionary, 1964, p. 225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annuaire du Collège de France 2013-2014. Résumé des cours et travaux 114e année, Paris, Collège de France, juillet 2015, p. 401-410. ISBN 978-2-7226-0414-8

Référence électronique

Nicolas Grimal, « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 114 | 2015, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/11914

Haut de page

Auteur

Nicolas Grimal

Membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page