Navigation – Plan du site
114 | 2015
Annuaire du Collège de France 2013-2014
Résumé des cours et travaux 114e année
VIII. Vie de l’institution

Le Collège de France

Quelques données sur son histoire et son caractère propre
p. 5-71

Notes de la rédaction

Pour consulter cette rubrique dans sa version la plus actuelle, se reporter au dernier numéro paru de l’Annuaire du Collège de France.

Texte intégral

I. Les origines

1Les lecteurs royaux. – Le Collège de France doit son origine à l’institution des lecteurs royaux par le roi François Ier, en 1530.

2L’Université de Paris avait alors le monopole de l’enseignement dans toute l’étendue de son ressort. Attachée à ses traditions comme à ses privilèges, elle se refusait aux innovations. Ses quatre facultés : Théologie, Droit, Médecine, Arts, prétendaient embrasser tout ce qu’il y avait d’utile et de licite en fait d’études et de savoir. Le latin était la seule langue dont on fît usage. Les sciences proprement dites, sauf la médecine, se réduisaient en somme au quadrivium du Moyen Âge. L’esprit étroit de la scolastique décadente y régnait universellement. Les écoles de Paris étaient surtout des foyers de dispute. On y argumentait assidûment ; on y apprenait peu de chose. Et il semblait bien difficile que cette corporation, jalouse et fermée, pût se réformer par elle-même ou se laisser réformer.

3Pourtant, un esprit nouveau, l’esprit de la Renaissance, se répandait à travers l’Europe. Les intelligences s’ouvraient à des curiosités inédites. Quelques précurseurs faisaient savoir quels trésors de pensée étaient contenus dans ces chefs-d’œuvre de l’Antiquité, que l’imprimerie avait commencé de propager. On se reprochait de les avoir ignorés ou méconnus. On demandait des maîtres capables de les interpréter et de les commenter. Sous l’influence d’Érasme, un généreux mécène, Jérôme Busleiden, venait de fonder à Louvain, en 1518, un Collège des trois langues, où l’on traduisait des textes grecs, latins, hébreux, au grand scandale des aveugles champions d’une tradition sclérosée. L’Université de Paris restait étrangère à ce mouvement.

4François Ier, conseillé par le savant humaniste Guillaume Budé, « maître de sa librairie », ne s’attarda pas à la convaincre. Il institua en 1530, en vertu de son autorité souveraine, six lecteurs royaux, deux pour le grec, Pierre Danès et Jacques Toussaint ; trois pour l’hébreu, Agathias Guidacerius, François Vatable et Paul Paradis ; un pour les mathématiques, Oronce Finé ; puis, un peu plus tard, en 1534, un autre lecteur, Barthélémy Masson (Latomus), pour l’éloquence latine. Les langues orientales autres que l’hébreu firent leur entrée au Collège avec Guillaume Postel (1538-1543), l’arabe en particulier, avec Arnoul de L’isle (1587-1613).

5Le succès justifia cette heureuse initiative. Les auditeurs affluèrent auprès des nouveaux maîtres. Par là, un coup mortel venait d’être porté aux arguties stériles, aux discussions à coups de syllogismes, aux recueils artificiels qui avaient trop longtemps tenu la place des textes eux-mêmes. Par l’étude des langues, on remontait aux sources. On y retrouvait le pur jaillissement d’une pensée libre et féconde.

6Ainsi naquit le Collège de France. Ne relevant que du roi, dégagés des entraves qu’imposaient aux maîtres de l’Université les statuts d’une corporation trois fois séculaire, affranchis des traditions et de la routine, novateurs par destination, les lecteurs royaux furent, pendant tout le xvie siècle, les meilleurs représentants de la science française. Le Collège, pourtant, n’avait pas encore de domicile à lui. Il ne constituait même pas une corporation distincte, à proprement parler ; il n’existait, comme personne morale, que par le groupement de ses maîtres sous le patronage du grand aumônier du roi. Mais son unité résultait de leur indépendance même. Et déjà, il assurait son avenir par la valeur et l’influence de quelques-uns d’entre eux, tels qu’Adrien Turnèbe, Pierre Ramus, Jean Dorat, Denis Lambin, Jean Passerat, comme aussi par la reconnaissance qu’ils inspiraient à d’illustres auditeurs, un Joachim du Bellay, un Ronsard, un Baïf, un Jacques Amyot. Leurs méthodes d’enseignement étaient variées. Les uns faisaient surtout œuvre de critiques et d’éditeurs de textes ; d’autres commentaient, quelquefois éloquemment, comme Pierre Ramus, les orateurs ou les philosophes, les historiens ou les poètes de l’antiquité classique. Tous, ou presque tous, étaient vraiment des initiateurs en même temps que des érudits.

II. Le développement historique

7Cette bonne renommée de l’institution royale se soutint pendant les xviie et xviiisiècles. Le Collège vit alors se préciser son organisation et s’accroître ses chaires, au nombre d’une vingtaine à la fin de l’Ancien Régime.

8Depuis le xviie siècle, les lecteurs royaux forment vraiment un corps, symbolisé par l’apparition, sur les affiches de cours, du nom définitif, sous sa forme latine : Collegium regium Galliarum. En 1610, le projet d’une demeure propre, élaboré sous Henri IV, connaît un début de réalisation : Louis XIII, âgé de 9 ans, pose la première pierre du Collège royal. Mais c’est seulement à la fin du xviiie siècle que Chalgrin le mènera à terme sur des plans entièrement remaniés ; les lecteurs royaux possèdent désormais, sur la place de Cambrai, un lieu spécifique où enseigner et relèvent directement du secrétaire d’État chargé de la Maison du roi.

9En 1772, une décision royale réorganise entièrement la répartition des chaires de manière à intégrer les enseignements novateurs : physique de Newton, turc et persan, syriaque, droit de la nature et des gens, mécanique, littérature française, histoire, histoire naturelle, chimie – à côté des domaines de recherche déjà en place : médecine, anatomie, arabe, philosophie grecque, langue grecque, éloquence latine, poésie latine, droit canon, hébreu, mathématiques.

10Le Collège de France semble viser à justifier l’ambitieuse devise de son blason : Docet omnia et, de fait, il a « vocation à tout enseigner ».

11En même temps, son ouverture au monde et l’originalité de sa conception lui valent, presque seul entre les institutions de l’Ancien Régime, d’être épargné par la Révolution ; et, malgré plusieurs projets de réformation qui n’aboutirent pas, il se retrouve au temps de l’Empire, et par-delà, tel qu’il était auparavant, bénéficiant même d’une liberté accrue : la loi du 11 floréal an X (1er mai 1802) lui accorde en effet l’initiative de présentation des candidats, à l’origine de l’actuel système de cooptation. La souplesse de son organisation va lui permettre de s’adapter sans peine à des conceptions changeantes et de se prêter à tous les progrès.

12Ainsi s’expliquent son extension considérable au cours du xixe siècle et son rôle dans le développement d’un grand nombre de sciences. En fait, sous une apparence inchangée, il a subi une réelle transformation qui se continue au xxe siècle. Elle s’est accomplie, comme il est naturel, en accord intime avec celle qui se produisait simultanément au-dehors dans presque tous les ordres de connaissance. Mais il est à noter que, très souvent, c’est le Collège de France qui a frayé ou élargi les voies nouvelles, et qu’il continue de le faire.

13Pour compléter et préciser les données précédentes, on pourra se reporter à l’ouvrage d’Abel Lefranc, intitulé Histoire du Collège de France, Paris, 1893 ; au livre jubilaire Le Collège de France, publié en 1932, où vingt-cinq notices ont été consacrées à l’histoire de l’enseignement donné au Collège de France dans les principales disciplines de l’ordre littéraire et de l’ordre scientifique ; à la Revue de l’Enseignement supérieur qui a publié, sous la plume de Marcel Bataillon, dans son no 2 de 1962 (p. 1 à 50) un aperçu de l’histoire du Collège de France, de son fonctionnement institutionnel et de ses moyens d’action ; à la conférence d’ Yves Laporte publiée en 1990 sous forme de plaquette par le Collège de France ; à Christophe Charle et Éva Telkès, Les Professeurs du Collège de France, dictionnaire biographique 1901-1939, Institut national de Recherche pédagogique et Éditions du CNRS, Paris, 1988 ; Christophe Charle, « Le Collège de France », dans Les lieux de mémoire, sous la direction de Pierre Nora, II : La Nation, t. 3, p. 389-424. En 1998 est également publié le livre Les origines du Collège de France (1500-1560), sous la direction de Marc Fumaroli, aux Éditions Klincksieck, et en 2006 le premier tome de l’Histoire du Collège de France : I. La Création 1530-1560, sous la direction d’André Tuilier, avec une préface de Marc Fumaroli, aux Éditions Fayard.

III. Les chaires du Collège de France depuis le xixe siècle

14Antiquité grecque et romaine. – Dans la chaire de Langue et littérature grecques où s’étaient illustrés Jean-Baptiste Gail (1791-1829) et Jean-François Boissonade (1829-1855), Jean-Pierre Rossignol (1855-1892) eut comme successeurs Maurice Croiset (1893-1930) et Émile Bourguet (1932-1938). Une chaire d’Épigraphie et antiquités grecques a été instituée en 1877, et occupée successivement par Paul Foucart (1877-1926), Maurice Holleaux (1927-1932) et Louis Robert (1939-1974). Une chaire dénommée La Grèce et la formation de la pensée morale et politique a été créée en 1973 pour Jacqueline de Romilly, première femme à occuper une chaire au Collège (1973-1984), puis transformée, en 1984, en chaire de Tradition et critique des textes grecs pour Jean Irigoin (1986-1992). – Gabriel Millet, qui occupa de 1926 à 1937 la chaire d’Esthétique et histoire de l’art, l’orienta vers l’étude du byzantinisme, auquel fut consacrée une chaire d’Archéologie paléo-chrétienne et byzantine pour André Grabar (1946-1966) puis une chaire d’Histoire et civilisation de Byzance pour Paul Lemerle (1967-1973) ; elle est devenue Histoire et civilisation du monde byzantin pour M. Gilbert Dagron de 1975 à 2001. En 1992, a été créée une chaire d’Histoire économique et monétaire de l’Orient hellenistique pour Georges Le Rider (1993-1998), et en 2002, une chaire d’Épigraphie et histoire des cités grecques occupée par M. Denis Knoepfler (2003-2014).

15Une chaire de Philosophie grecque et latine eut comme titulaires Édouard Bosquillon (1775-1814), Jean-François Thurot (1814-1832), Théodore Jouffroy (1832-1837), Jules Barthélémy Saint-Hilaire (1838-1852), Émile Saisset (chargé de cours 1853-1857), Charles Lévêque (chargé de cours 1857-1860, titulaire 1861-1900), Henri Bergson (1900-1904). Une chaire d’Histoire de la pensée hellénistique et romaine a été créée en 1981 pour Pierre Hadot (1982-1991).

16Pour l’enseignement du latin, deux chaires existaient depuis l’Ancien Régime : l’Éloquence latine, tenue successivement par Pierre Gueroult (1809-1816), Jean-Louis Burnouf (1817-1844), Désiré Nisard (1844-1852), Wilhelm Rinn (1853-1854), Ernest Havet (1854-1885), et la Poésie Latine, par Jacques Delille (1778-1813), Pierre-François Tissot (1813-1821), Joseph Naudet (1821-1830), Pierre-François Tissot à nouveau (1830-1854), Charles-Augustin de Sainte-Beuve (1854-1869) qui, toutefois, ne put jamais enseigner. La prédominance de curiosités et de méthodes nouvelles se manifesta par la transformation de la chaire d’Éloquence latine en Philologie latine, avec pour titulaire Louis Havet (1885-1925), et de la Poésie latine en Histoire de la littérature latine, occupée par Gaston Boissier (1869-1906) et Paul Monceaux (1907-1934). Ces enseignements ont été complétés par ceux de disciplines qui attestaient l’élargissement de l’horizon scientifique ; une chaire d’Épigraphie et antiquités romaines, créée en 1861, pour Léon Renier (1861-1885) a été occupée par Ernest Desjardins (1886), et ensuite par René Cagnat (1887-1930), puis, sous le titre élargi de Civilisation romaine, par Eugène Albertini (1932-1941), André Piganiol (1942-1954), et Jean Gagé (1955-1972) ; elle est devenue, de 1975 à 1999, Histoire de Rome pour M. Paul Veyne. Une chaire d’Histoire de l’Afrique du Nord, où furent spécialement étudiées les périodes romaine et post-romaine, a eu pour titulaire Stéphane Gsell (1912-1932). Une chaire d’Histoire de la langue latine, occupée par Alfred Ernout (1944-1951), a été transformée en 1951 en chaire de Littérature latine pour Pierre Courcelle (1951-1980). En 2000, une chaire intitulée Religion, institutions et société de la Rome antique a été créée pour M. John Scheid et est occupée depuis 2001.

17Une chaire de Numismatique de l’Antiquité et du Moyen Âge, inaugurée en 1908 par Ernest Babelon, a été transformée, en 1924, en une chaire de Numismatique de l’Antiquité, que Théodore Reinach a occupée jusqu’en 1928.

18Philosophie. – Un enseignement de Philosophie moderne créé en 1874 a été assuré par Jean Nourrisson (1874-1899), Gabriel Tarde (1900-1904), Henri Bergson (1904-1921), Édouard Le Roy (1921-1940), Louis Lavelle (1941-1951), Maurice Merleau-Ponty (1952-1961). En 1962, fut créée une chaire de Philosophie de la connaissance pour Jules Vuillemin qui l’occupa jusqu’en 1990. Une chaire d’Histoire de la philosophie au Moyen Âge, tenue de 1932 à 1950 par Étienne Gilson, a été remplacée par une chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques pour Martial Guéroult (1951-1962), et dénommée ensuite chaire d’Histoire de la pensée philosophique pour Jean Hyppolite (1963-1968). Cette chaire a été transformée en chaire d’Histoire des systèmes de pensée pour Michel Foucault (1970-1984), puis, de 1985 à 1990, en chaire d’Épistémologie comparative pour M. Gilles-Gaston Granger. Une chaire de Philosophie du langage et de la connaissance, créée en 1994, est occupée de 1995 à 2010 par M. Jacques Bouveresse. Lui succède une chaire de Métaphysique et philosophie de la connaissance, confiée en 2010 à Mme Claudine Tiercelin. En 2012 est créée une chaire de Philosophie médiévale, confiée en 2013 à M. Alain de Libera.

19En 1999, ont été créées une chaire de Philosophie des sciences biologiques et médicales pour Mme Anne Fagot-Largeault (2000-2009) et une chaire de Philosophie et histoire des concepts scientifiques pour M. Ian Hacking (2001-2006).

20Linguistique générale. – L’enseignement de la Grammaire comparée fut inauguré au Collège de France par Michel Bréal (1866-1905), qui eut pour successeurs Antoine Meillet (1906-1936) et Émile Benveniste (1937-1972). Pendant un temps s’y trouva rattaché un Laboratoire de phonétique expérimentale, dont le premier directeur fut l’abbé Rousselot ; une chaire de Phonétique expérimentale fut occupée par ce savant de 1923 à 1924. Une chaire de Théorie linguistique est créée en 1986 pour M. Claude Hagège (1988-2006).

21Langues, histoire et littératures occidentales. – L’enseignement de la Littérature française fut d’abord représenté par Antoine de Cournand (1784-1814) et Stanislas Andrieux (1814-1833). Ce fut le début d’une tradition à laquelle se rattachent les noms de Jean-Jacques Ampère (1833-1864), de Louis de Loménie (1864-1878), de Paul Albert (1878-1880), d’Émile Deschanel (1881-1903), d’Abel Lefranc (1904-1937). La chaire a été transformée en une chaire de Poétique, occupée par Paul Valéry (1937-1945), puis en une chaire d’Histoire des créations littéraires en France pour Jean Pommier (1946-1964). Cette chaire a été ensuite consacrée à l’enseignement de la Littérature française moderne ; elle a été occupée par M. Georges Blin de 1965 à 1988. Une chaire de Sémiologie littéraire a été créée pour Roland Barthes (1976-1980). En 1986, a été créée une chaire intitulée Rhétorique et société en Europe (xvie-xviie siècles) pour M. Marc Fumaroli (1987-2002) ; et une chaire de Littératures modernes de l’Europe néolatine a été créée pour M. Carlo Ossola en 1998. En 2005 sont créées une chaire de Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie, occupée à partir de 2006 par M. Antoine Compagnon, et une chaire intitulée Écrit et culture dans l’Europe moderne, occupée depuis 2006 par M. Roger Chartier.

22Une chaire spécialement consacrée à la Langue et littérature françaises du Moyen Âge, a été inaugurée par Paulin Paris (1853-1872), qui eut pour successeurs Gaston Paris (1872-1903), puis Joseph Bédier (1903-1936). Remplacée ensuite par une chaire d’Histoire du vocabulaire français occupée par Mario Roques (1937-1946), elle a été rétablie sous son ancien titre pour Félix Lecoy, de 1947 à 1974, puis en 1993 sous le titre de Littératures de la France médiévale pour M. Michel Zink.

23En 1905, une chaire d’Histoire et antiquités nationales s’y ajouta pour Camille Jullian (1905-1930), tenue ensuite par Albert Grenier (1936-1948).

24En 1964, a été créée une chaire d’Archéologie et histoire de la Gaule pour Paul-Marie Duval (1964-1982), transformée en 1983 en chaire d’Antiquités nationales pour M. Christian Goudineau (1984-2010). En 2011, une chaire de Techniques et économies de la méditerranée antique a été créée pour M. Jean-Pierre Brun.

25D’autre part, deux chaires nouvelles instituées en 1925 et en 1932, concernaient l’Europe médiévale : l’une, occupée par Edmond Faral (1925-1954), s’intitulait Littérature latine du Moyen Âge, l’autre déjà mentionnée en philosophie, fut occupée par Étienne Gilson, de 1932 à 1950. En 1969 a été créée une chaire d’Histoire des sociétés médiévales pour Georges Duby, devenue en 1991 Histoire de l’occident méditerranéen au Moyen Âge pour M. Pierre Toubert, qui l’a occupée de 1992 à 2003.

26Consacrée à l’activité extérieure de la France, une chaire, fondée par les principales colonies d’alors, a été occupée sous le titre d’Histoire coloniale par Alfred Martineau (1921-1935), puis, sous le titre d’Histoire de la colonisation, par Edmond Chassigneux (1939-1946), et ensuite, sous le titre d’Histoire de l’expansion de l’Occident, par Robert Montagné (1948-1954).

27Enfin a été créée, en 1984, une chaire d’Histoire de la France contemporaine, pour Maurice Agulhon, qui l’a occupée jusqu’en 1997.

28La chaire de Langues et littératures slaves fut inaugurée en 1840 par le poète polonais, chargé de cours, Adam Mickiewicz (1840-1852) puis par Cyprien Robert (chargé de cours 1852-1857) et Alexandre Chodzko (chargé de cours 1857-1883), et occupée plus tard par Louis Léger (1885-1923), André Mazon (1923-1951) et André Vaillant (1952-1962). En 1992 a été créée une chaire d’Histoire moderne et contemporaine du monde russe pour M. François-Xavier Coquin (1993-2001).

29Une chaire de Langues et littératures de l’Europe méridionale, qui eut pour titulaires successifs Edgar Quinet (de 1841 à 1852 et de 1870 à 1875), Paul Meyer (1876-1906), Alfred Morel-Fatio (1907-1924), a été rétablie, en 1925, sous le titre d’Histoire des littératures comparées de l’Europe méridionale et de l’Amérique latine pour Paul Hazard (1925-1944). Depuis, deux des domaines qu’elle recouvrait ont été distingués par la création, en 1945 et en 1946, de deux chaires consacrées l’une aux Langues et littératures de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine, tenue par Marcel Bataillon (1945-1965), puis par Israël Révah (1966-1973) ; l’autre à l’Histoire de la civilisation italienne pour Augustin Renaudet de 1946 à 1950, transformée en chaire de Langues et civilisation italienne pour André Pézard de 1951 à 1963. En 1992, une chaire de Langues et littératures romanes a été créée pour M. Harald Weinrich, qui l’occupa jusqu’en 1998.

30Une chaire de Langues et littératures d’origine germanique eut pour premiers titulaires Philarète Chasles (1841-1873) et Guillaume Guizot (1874-1892). Celui-ci fut suppléé par Jean-Jules Jusserand, puis par Arthur Chuquet, qui devint titulaire de la chaire en 1893 et l’occupa jusqu’en 1925. Lui succédèrent Charles Andler (1926-1933), Ernest Tonnelat (1934-1948), Fernand Mossé (1949-1956), et Robert Minder de 1957 à 1973. En 1984 a été créée une chaire de Grammaire et pensée allemandes, pour Jean-Marie Zemb, qui l’occupa jusqu’en 1998.

31Une chaire de Langues et littératures celtiques a été occupée par Henry d’arbois de Jubainville (1882-1910) puis par Joseph Loth (1910-1930).

32Une chaire de Civilisation américaine, créée en 1931, pour Bernard Faÿ (révoqué en 1945), a été transformée pour Marcel Giraud, de 1947 à 1971, en chaire d’Histoire de la civilisation de l’Amérique du Nord.

33Une chaire d’Étude de la création littéraire en langue anglaise a été créée en 2001 pour M. Michael Edwards (2003-2008).

34Langues, histoires et littératures orientales. – L’enseignement de l’Hébreu, le plus ancien de tous, donné par Étienne Quatremère (1819-1857), puis par Louis Dubeux (chargé de cours 1857-1861), a été illustré ensuite par Ernest Renan (1862-1864 et 1870-1892), par Salomon Munk (1864-1867) et par Philippe Berger (1893-1910). Celui de l’Araméen a été assuré par Rubens Duval (1895-1907). Après un long intervalle, une chaire intitulée Hébreu et Araméen a été instituée de 1963 à 1971 pour André Dupont-Sommer ; puis pour André Caquot de 1972 à 1994. Une chaire d’Épigraphie et antiquités sémitiques a été créée pour Charles Clermont-Ganneau (1890-1923), une autre d’Histoire ancienne de l’Orient sémitique a été occupée par Isidore Lévy (1932-1941) et de 1995 à 2001, une chaire d’Antiquités sémitiques occupée par M. Javier Teixidor.

35L’égyptologie a fait son entrée au Collège avec son fondateur, Jean-François Champollion (1831-1832), dans une chaire d’Archéologie tenue ensuite par Jean-Antoine Letronne (1837-1848), puis par Charles Lenormant (1849-1859). Elle devint chaire de Philologie et archéologie égyptiennes avec Emmanuel de Rougé (1860-1872) et Gaston Maspero (1874-1916), fut reprise par Alexandre Moret (1923-1938), et occupée successivement par Pierre Lacau (1938-1947), Pierre Montet (1948-1956), Étienne Drioton (1957-1960), et Georges Posener (1961-1978). Elle a subsisté sous le titre d’Égyptologie pour Jean Leclant (1979-1990), puis pour M. Jean Yoyotte (1991-1997). En 1999, une chaire de Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire a été créée pour M. Nicolas Grimal.

36L’enseignement de l’assyriologie a été ouvert aussi par un fondateur, Jules Oppert (1874-1905), dans une chaire de Philologie et archéologie assyriennes où lui a succédé Charles Fossey (1906-1939). Après un intervalle, il a été repris par Édouard Dhorme (1945-1951) sous le titre de Philologie et archéologie assyro-babyloniennes et poursuivi sous celui d’Assyriologie par René Labat de 1952 à 1974, par M. Paul Garelli, de 1986 à 1995 et par M. Jean-Marie Durand, de 1999 à 2011.Une chaire de Civilisation mésopotamienne a été créée pour M. Dominique Charpin en 2013.

37Une chaire d’Archéologie de l’Asie occidentale a été créée en 1953 pour Claude Schaeffer-Forrer qui l’a occupée jusqu’en 1969. Enfin, en 1973 était créée une chaire de Langues et civilisation de l’Asie Mineure pour Emmanuel Laroche, qui l’a occupée jusqu’en 1985.

38Une chaire d’Histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre a été créée en 1998 pour M. Pierre Briant, qui l’occupe de 1999 à 2012.

39La chaire d’Arabe a été tenue successivement par Antoine Caussin de Perceval (1783-1833), Armand-Pierre Caussin de Perceval (1833-1871), Charles-François Defrémery (1871-1883), Stanislas Guyard (1884), Adrien Barbier de Meynard (1885-1908), Paul Casanova (1909-1926), William Marçais (1927-1943). Elle a été transformée en chaire d’Histoire du monde arabe pour Jean Sauvaget (1946-1950). Devenue chaire de Langue et littérature arabes, elle a été occupée par Gaston Wiet (1951-1959). À côté d’elle, furent fondées : en 1902, une chaire de Sociologie et sociographie musulmanes, inaugurée par Alfred le Chatelier (1902-1925), occupée ensuite par Louis Massignon (1926-1954), modifié en chaire de Sociologie musulmane pour Henri Laoust de 1956 à 1975, et transformée en 1976 en une chaire de Langue et littérature arabes classiques pour M. André Miquel, occupée jusqu’en 1997 – puis en 1941, une chaire d’Histoire des arts de l’Orient musulman pour Albert Gabriel (1941-1953). En 1956 était créée une chaire d’Histoire sociale de l’Islam contemporain, occupée par Jacques Berque jusqu’en 1981. Une chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe est créée en 2003 pour M. Henry Laurens.

40Les chaires de turc et de persan ont été réunies de 1784 à 1805 par Pierre Ruffin, qui abandonna à partir de 1805 le persan au plus illustre islamisant de l’époque, Isaac Silvestre de Sacy (1806-1838). Lui succédèrent : Amédée Jaubert (1838-1847), Jules Mohl (1850-1876), Adrien Barbier de Meynard (1876-1885), James Darmesteter (1885-1894). Après Pierre Ruffin (1805-1822) l’enseignement du turc seul a été assuré par Daniel Kieffer (1822-1833), Alix Desgranges (1833-1854), Mathurin-Joseph Cor (1854), Abel Pavet de Courteille (chargé de cours 1854-1861, titulaire 1861-1889). En 1997, a été créée une chaire d’Histoire turque et ottomane pour Gilles Veinstein, qui l’occupe de 1999 à 2012. En 2014 a été créée une chaire Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine.

41Les domaines de recherche nouveaux entrés dans l’enseignement du Collège au xixe siècle ont d’abord été ceux de l’Inde et de la Chine, dont l’étude avait été amorcée en Europe par plusieurs orientalistes du Collège au siècle précédent. En 1814, furent créées ensemble les chaires de Sanscrit et de Chinois.

42La première a été inaugurée par Léonard de Chézy (1814-1832), illustrée par Eugène Burnouf (1932-1852), et reprise après un intervalle de suppléances par Édouard Foucaux (1862-1894), puis Sylvain Lévi (1894-1935) et Jules Bloch (1937-1951). L’enseignement y débordant traditionnellement le domaine du sanscrit, elle a repris en 1951, la dénomination de chaire de Langues et littératures de l’Inde et a eu pour titulaire Jean Filliozat de 1952 à 1978. En 1983 a été créée une chaire d’Histoire du monde indien pour M. Gérard Fussman (1984-2011), et, en 1993, une chaire de Langues et religions indo-iraniennes pour M. Jean Kellens (1993-2014).

43La seconde, dont l’enseignement s’est, de son côté, constamment étendu à l’ensemble de la sinologie, a été tenue par Jean-Pierre Abel-Rémusat (1814-1932), Stanislas Julien (1832-1873), Léon d’Hervey de Saint-Denys (1874-1892), Édouard Chavannes (1893-1918), Henri Maspero (1921-1945), Paul Demiéville (1946-1964), M. Jacques Gernet (1975-1992) ; depuis 1991 une chaire d’Histoire de la Chine moderne est occupée par M. Pierre-Étienne Will (1991-2014) et une chaire d’Histoire intellectuelle de la Chine est confiée en 2008 à Mme Anne Cheng.

44Étendant le champ des enseignements aux pays d’influence indienne et chinoise et aux civilisations propres à ces pays, trois chaires ont été créées : la première de Langues, histoire et archéologie de l’Asie centrale pour Paul Pelliot (1911-1945), qui devait prendre le titre d’Histoire et civilisations de l’Asie centrale pour Louis Hambis, de 1965 à 1977, et se transformer en chaire de Sociographie de l’Asie du Sud-Est pour Lucien Bernot (1978-1985) ; la deuxième d’Histoire et philologie indochinoises pour Louis Finot (1920-1930), auquel ont succédé Jean Przyluski (1931-1944), puis Émile Gaspardone, de 1946 à 1965, et qui a été alors transformée en chaire d’Étude du monde chinois : institutions et concepts pour Rolf A. Stein (1966-1981) ; enfin la troisième, sous le titre de Civilisations d’Extrême-Orient, a été occupée par Paul Mus (1946-1969). Une chaire d’Étude du Bouddhisme a été créée en 1970 pour André Bareau, qui l’a occupée jusqu’en 1991. En 1979, a été créée une chaire de Civilisation japonaise pour Bernard Frank qui l’a occupée jusqu’en 1996. Enfin, en 2011, une chaire de Philologie et civilisation japonaise a été créée pour M. Jean-Noël Robert. En 2012 une chaire d’Histoire et cultures de l’Asie centrale pré-islamique a été créée pour M. Frantz Grenet qui l’occupe depuis 2013.

45Droit et sciences humaines. – Depuis l’Ancien Régime existait une chaire de Droit de la nature et des gens, tenue au xixe siècle par Pierre de Pastoret (1804-1821), Xavier de Portets (1822-1854), Adolphe Franck (1856-1887). En 1831 commençait, avec Eugène Lerminier (1831-1849), un enseignement d’Histoire générale et philosophique des législations comparées, qui fut continué par Édouard Laboulaye (1849-1883), et par Jacques Flach (1884-1919). En 1979, une chaire de Droit international est créée pour René-Jean Dupuy qui l’a occupée jusqu’en 1989. Une chaire d’Études juridiques comparatives et internationalisation du droit a été créée en 2001 pour Mme Mireille Delmas-Marty (2002-2011). En 2012, une chaire intitulée État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités est confiée à M. Alain Supiot.

46Dès 1831, était instituée pour Jean-Baptiste Say une chaire d’Économie politique, qui fut occupée après lui par Pellegrino Rossi (1833-1840), Michel Chevalier (1840-1879), et Paul Leroy-Beaulieu (1880-1916). Une chaire d’Histoire des doctrines économiques, créée en 1871 pour Émile Levasseur, fut transformée sur sa demande en 1885 en chaire de Géographie, histoire et statistiques économiques. En 1911, elle devint chaire d’Étude des faits économiques et sociaux pour Marcel Marion (1912-1932). De 1955 à 1974 une chaire d’Analyse des faits économiques et sociaux a été occupée par François Perroux ; en 1987 a été créée une chaire d’Analyse économique pour M. Edmond Malinvaud qui l’a occupée jusqu’en 1993. Une chaire de Théorie économique et organisation sociale a été créée en 1998 pour M. Roger Guesnerie (2000-2013). En 2014 est créée une chaire Économie des institutions, de l’innovation et de la croissance.

47En 1958 une chaire d’Anthropologie sociale était créée pour Claude Lévi-Strauss (1959-1982), et en 1971, une chaire d’Anthropologie physique pour Jacques Ruffié (1972-1992). En 1981, a été créée pour Mme Françoise Héritier une chaire d’Étude comparée des sociétés africaines (1982-1998) et en 1992 pour M. Nathan Wachtel une chaire d’Histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud-américaines (1992-2005). En 1999, une chaire d’Anthropologie de la nature a été créée pour M. Philippe Descola, qui l’occupe depuis 2000.

48En 1917, un cours complémentaire d’Assurances sociales fondé par Alfred Mayen, a été transformé, aux frais de la Ville de Paris et du Département de la Seine, en une chaire de Prévoyance et assistance sociales, qu’occupa Édouard Fuster (1917-1935).

49En 1920, une chaire instituée pour dix ans, à l’initiative de la Fédération des Sociétés coopératives, et affectée à l’Enseignement de la Coopération, a eu pour titulaire Charles Gide jusqu’en 1930.

50Dans le même ordre d’études, d’autres développements se sont encore produits. Une chaire de Philosophie sociale, créée pour Jean Izoulet (1897-1929), a été transformée en chaire de Sociologie pour Marcel Mauss (1931-1942), puis en chaire de Psychologie collective pour Maurice Halbwachs (1944-1945). Une chaire d’Histoire et structure sociales de Paris et de la région parisienne, fondée par la Ville de Paris en 1950, a été occupée par Louis Chevalier (1952-1981). Une chaire d’Histoire du travail, fondée en 1907 par la Ville de Paris, a été occupée par Georges Renard (1907-1930), par François Simiand (1932-1935), puis, de 1936 à 1957, par Émile Coornaert. Une chaire de Démographie sociale : la vie des populations, lui a succédé et a eu pour titulaire Alfred Sauvy de 1959 à 1969. Cette chaire a été transformée en chaire de Sociologie de la civilisation moderne pour Raymond Aron de 1970 à 1978. Enfin a été créée, en 1981, une chaire de Sociologie pour Pierre Bourdieu (1981-2001). Une chaire d’Histoire moderne et contemporaine du politique a été créée en 2001 pour M. Pierre Rosanvallon. En 2005 est créée une chaire de Rationalité et sciences sociales, occupée par M. Jon Elster (2006-2011). En 2012 est créée une chaire de Sociologie du travail créateur, occupée par M. Pierre-Michel Menger depuis 2013.

51Géographie. – Une chaire de Géographie humaine, créée grâce à une libéralité d’Albert Kahn, a été occupée de 1912 à 1930 par Jean Brunhes.

52En 1932 était créée la chaire de Géographie économique et politique, où enseigna André Siegfried (1933-1946). La Géographie historique de la France fut enseignée, de 1892 à 1911, par Auguste Longnon ; elle a été rétablie de 1947 à 1968 pour Roger Dion, puis transformée en chaire de Géographie du continent européen pour Maurice Le Lannou, de 1969 à 1976. Une chaire d’Étude du monde tropical (géographie physique et humaine) a été créée en 1946 pour Pierre Gourou (1947-1970).

53Histoire des religions. – Une chaire d’Histoire des religions, créée en 1880, a eu pour titulaires Albert Réville (1880-1906), Jean Réville (1907-1908), Alfred Loisy (1909-1932), Jean Baruzi (1933-1951) et Henri-Charles Puech (1952-1972).

54Une chaire d’Histoire des mentalités religieuses dans l’Occident moderne a été créée en 1973 pour M. Jean Delumeau qui l’a occupée de 1975 à 1994 et une chaire d’Étude comparée des religions antiques en 1973 pour Jean-Pierre Vernant, qui l’a occupée de 1975 à 1984.

55En 1977, a été créée une chaire intitulée Christianisme et gnoses dans l’Orient préislamique pour Antoine Guillaumont qui l’a occupée jusqu’en 1986 et en 1990 une chaire d’Histoire des syncrétismes de la fin de l’Antiquité pour M. Michel Tardieu (1991-2008). En 2006 est créée une chaire intitulée Milieux bibliques pour M. Thomas Römer. En 2014 est créée une chaire Histoire du Coran - Texte et transmission.

56Préhistoire. – Fut créée, en 1929 une chaire de Préhistoire, tenue par l’abbé Henri Breuil (1929-1947), discipline reprise de 1969 à 1982 par André Leroi-Gourhan, puis transformée en 1982 en chaire de Paléoanthropologie et préhistoire pour M. Yves Coppens (1983-2005), elle-même transformée en chaire de Paléontologie humaine en 2005 et occupée par M. Michel Brunet (2007-2011). En 1993, une chaire de civilisations de l’Europe au Néolithique et à l’Âge du Bronze a été créée pour M. Jean Guilaine (1994-2007).

57Histoire générale. – L’histoire générale était professée au Collège de France depuis le dernier tiers du xviiie siècle. On l’associait alors à la morale, et cette union persista, nominalement au moins, pendant tout le xixe siècle. À Pierre Daunou (1819-1830), succédèrent Jean-Antoine Letronne (1831-1837), et Jules Michelet (1838-1852), puis, un peu plus tard, Joseph Guigniaut (1857-1862), et Alfred Maury (1862-1892).

58Une chaire d’Histoire de la civilisation moderne tenue par Lucien Febvre (1933-1949), puis par Fernand Braudel (1950-1972), subsiste pour M. Emmanuel Le Roy Ladurie, qui l’occupa de 1973 à 1999. En 1997, une chaire d’Histoire de la France des Lumières créée pour M. Daniel Roche (1999-2005), transformée en chaire intitulée Écrit et cultures dans l’Europe moderne pour M. Roger Chartier (2006).

59Une chaire de Civilisation indo-européenne a été occupée de 1948 à 1968 par Georges Dumézil. Une chaire d’Histoire générale des sciences, créée en 1891, a été occupée par Pierre Laffitte (1892-1903), Grégoire Wyrouboff (1903-1913) et Pierre Boutroux (1920-1922). Une chaire d’Histoire globale de la première modernité a été créée en 2012 et est occupée depuis 2013 par M. Sanjay Subrahmanyam.

60Art. – Une chaire d’Esthétique et histoire de l’art, créée en 1878, a eu pour titulaires, successivement Charles Blanc (1878-1882), Eugène Guillaume (1882-1905) ; Georges Lafenestre (1905-1919), André Michel (1920-1925) (qui la spécialisa en Histoire de l’art français), Gabriel Millet (1926-1937), Henri Focillon (1938-1943). En 1970 a été créée une chaire d’Art et civilisation de la Renaissance en Italie pour André Chastel (1970-1984). Une des chaires fondées par la Ville de Paris, affectée en 1933 à l’Histoire de l’art monumental, a été occupée par Paul Léon (1933-1944). Une autre a été affectée à la Psychologie des arts plastiques pour René Huyghe de 1951 à 1976 ; désormais chaire d’État, elle a été transformée en 1976 en Histoire de la création artistique en France pour Jacques Thuillier, qui l’a occupée de 1977 à 1998. En 2000, une chaire d’Histoire de l’art européen médiéval et moderne a été créée pour M. Roland Recht qui l’occupe de 2001 à 2012.

61Une chaire d’Invention, technique et langage en musique a été créée en 1975 pour M. Pierre Boulez (1976-1995) ; elle fut transformée de 1996 à 1999 pour Jerzy Grotowski en chaire d’Anthropologie théâtrale. En 1980, a été créée pour M. Yves Bonnefoy, une chaire d’Études comparées de la fonction poétique (1981-1993).

62Mathématiques. – L’enseignement des mathématiques fut assuré par Antoine-Rémy Mauduit (1770-1815), Sylvestre-François Lacroix (1815-1843), Guillaume Libri-Carucci (1843-1848), Joseph Liouville (1851-1882), Camille Jordan (1883-1912), Georges Humbert (1912-1921), Henri Lebesgue (1921-1941). S’y ajoutait l’Astronomie, professée par Jérôme de Lalande (1768-1807), puis par Jean-Baptiste Delambre (1807-1822) et Jacques Binet (1823-1856). La chaire d’Astronomie fut transformée, en 1856, en une chaire de Mécanique céleste pour Joseph Serret (1861-1885). Elle devint chaire de Mécanique analytique et mécanique céleste pour Maurice Lévy (1885-1908), et Jacques Hadamard (1909-1937). Une chaire de Mathématique et mécanique a été occupée de 1938 à 1972 par Szolem Mandelbrojt, puis transformée en chaire d’Analyse mathématique des systèmes et de leur contrôle pour Jacques-Louis Lions (1973-1998). Une chaire de Théorie des équations différentielles et fonctionnelles a été occupée par Jean Leray de 1947 à 1978. Une chaire d’Algèbre et géométrie occupée par M. Jean-Pierre Serre de 1956 à 1994 a été transformée, en 1995, en chaire intitulée Équations différentielles et systèmes dynamiques pour M. Jean-Christophe Yoccoz. Une chaire de Théorie des groupes a été créée pour M. Jacques Tits (1973-2000) ainsi qu’une chaire d’Analyse et géométrie depuis 1983 pour M. Alain Connes. En 1999, une chaire de Théorie des Nombres a été créée pour M. Don Zagier qui l’occupe depuis 2000. Une chaire d’Équations aux dérivées partielles et applications a été créée en 2001 pour M. Pierre-Louis Lions qui l’occupe depuis 2002.

63Sciences numériques. – En 2011 est créée une chaire intitulée Algorithmes, machines et langages, confiée en 2012 à M. Gérard Berry.

64Physique. – En 1769, une chaire de Physique mathématique remplaça l’ancienne chaire de Philosophie grecque et latine ; Jacques-Antoine Cousin l’occupa jusqu’en 1800 ; il eut pour successeur Jean-Baptiste Biot, à la fois physicien et mathématicien (1801-1862).

65Devenue chaire de Physique générale et mathématique, elle fut occupée par Joseph Bertrand (1862-1900), Marcel Brillouin (1900-1931) ; sous le titre de Physique théorique, elle a été occupée par Léon Brillouin (1932-1949) et par Jean Laval (1950-1970), puis transformée en 1971 en chaire de Physique de la matière condensée pour Pierre-Gilles de Gennes (1971-2004). Cette chaire est occupée par un nouveau titulaire en 2009, Antoine Georges. D’autre part, en 1786, fut créée une chaire de Physique générale et expérimentale, occupée par Louis Lefèvre-Gineau jusqu’en 1823, André-Marie Ampère (1824-1836), Félix Savart (1836-1841), Henri-Victor Régnault (1841-1871), Élie Mascart (1872-1908), Paul Langevin (1909-1946). À la chaire de Physique générale et expérimentale, tenue par Maurice de Broglie de 1942 à 1944 et sur laquelle fut réintégré Paul Langevin, révoqué en 1940, succéda une chaire de Physique atomique et moléculaire par transformation de la chaire de Physique mathématique créée en 1933 pour Albert Einstein et qu’il n’avait jamais occupée. Elle eut pour titulaire de 1946 à 1972 Francis Perrin auquel succéda M. Claude Cohen-Tannoudji, de 1973 à 2004. Une nouvelle chaire de Physique mathématique a été créée en 1951 pour André Lichnerowicz (1952-1986). Une chaire de Chimie nucléaire occupée par Frédéric Joliot (1937-1958) a été transformée de 1958 à 1972 en chaire de Physique nucléaire pour Louis Leprince-Ringuet puis en chaire de Physique corpusculaire de 1973 à 2004 pour M. Marcel Froissart. Une chaire de Physique cosmique, occupée de 1944 à 1962 par Alexandre Dauvillier, a été transformée en 1962 en chaire d’Astrophysique théorique pour M. Jean-Claude Pecker (1964-1988), puis, en 1989, en chaire d’Astrophysique observationnelle pour M. Antoine Labeyrie (1991-2014). Une chaire de Magnétisme nucléaire, créée en 1959, a été occupée par Anatole Abragam jusqu’en 1985 et une chaire de Méthodes physiques de l’astronomie par André Lallemand de 1961 à 1974. En 1982, une chaire de Physique statistique a été créée pour M. Philippe Nozières (1983-2001).

66Une chaire nouvelle, créée par la loi de Finances de 1964, et portant le titre de Physique théorique des particules élémentaires a été occupée par Jacques Prentki jusqu’en 1983. En 2000, une chaire de Physique quantique a été créée pour M. Serge Haroche qui l’occupe depuis 2001. M. Gabriele Veneziano occupe de 2004 à 2013 la chaire de Particules élémentaires, gravitation et cosmologie, créée en 2003. En 2005 est créée une chaire de Physique mésoscopique, occupée par M. Michel Devoret (2007-2012). En 2012, une chaire Atomes et rayonnement est confiée à M. Jean Dalibard. En 2013, une chaire Galaxies et cosmologie est créée pour Mme Françoise Combes (2014). En 2014 est créée une chaire de Physique statistique.

67Chimie. – Une chaire de Chimie et une chaire d’Histoire naturelle, fondées en 1774, furent quelque temps réunies, sous le titre de chaire de Chimie et histoire naturelle pour Jean Darcet, qui d’ailleurs limita son enseignement à la première de ces deux sciences. Le titre primitif de la chaire de Chimie fut repris quand la chaire fut attribuée à Nicolas Vauquelin (1801-1804) auquel succéda Louis-Jacques Thénard (1804-1845). En 1845, elle se spécialisa sous le titre de Chimie minérale, et elle eut pour titulaires Théophile-Jules Pelouze (1845-1850), Antoine-Jérôme Balard (1851-1876), Paul Schützenberger (1876-1897), Henri Le Chatelier (1898-1907) et Camille Matignon (1908-1934). Une autre chaire, attribuée à la Chimie organique, eut pour premier titulaire Marcelin Berthelot (1865-1907), auquel succédèrent Émile-Clément Jungfleisch (1908-1916), Charles Moureu (1917-1929), Marcel Delépine (1930-1941) et Charles Dufraisse (1942-1955) ; elle a été transformée en 1955 en chaire de Chimie organique des hormones, pour Alain Horeau (1956-1980). En 1979 a été créée pour M. Jean-Marie Lehn une chaire de Chimie des interactions moléculaires (1979-2010), et de 1996 à 1998 pour Jean Rouxel une chaire de Chimie des solides. En 2000, une chaire de Chimie de la matière condensée a été créée pour M. Jacques Livage qui l’a occupé jusqu’en 2009. En 2007 est créée une chaire de Chimie des processus biologiques pour M. Marc Fontecave. En 2011, une chaire de Chimie des matériaux hybrides a été créée pour M. Clément Sanchez. Une chaire Chimie du solide et énergie, créée en 2012, est occupée par M. Jean-Marie Tarascon depuis 2013.

68Histoire naturelle et sciences biologiques. – L’enseignement de l’histoire naturelle fondé en 1774 n’étant pas effectivement donné par Jean Darcet, une chaire consacrée à la seule Histoire naturelle fut créée en 1778 et attribuée à Louis Daubenton (1778-1799), puis à Georges Cuvier (1800-1832). Cette chaire nouvelle ne tarda pas à être elle-même dédoublée. D’une part, une chaire d’Histoire naturelle des corps inorganiques fut donnée à Léonce Élie de Beaumont (1832-1874) et fut ensuite occupée par Charles Sainte-Claire Deville (1875-1876), Ferdinand Fouqué (1877-1904), Auguste Michel-Lévy (1905-1911). À cette chaire succèdent une chaire de Géologie, occupée par Lucien Cayeux (1912-1936) puis une chaire de Géologie méditerranéenne pour Paul Fallot (1938-1960) et une chaire de Géodynamique pour M. Xavier Le Pichon (1986-2008). En 2000 est créée une chaire d’Évolution du climat et de l’océan pour M. Édouard Bard, et en 2011, une chaire de Physique de l’intérieur de la Terre pour Mme Barbara Romanowicz. Entre-temps, une création temporaire de chaire consacrée aux Études coloniales, protistologie pathologique a eu pour titulaire Louis Nattan-Larrier (1923-1943). D’autre part, une seconde chaire fut consacrée à l’Histoire naturelle des corps organisés : elle eut pour titulaires Georges Duvernoy (1837-1855), Pierre-Jean-Marie Flourens (1855-1867), Étienne-Jules Marey (1869-1904), Nicolas François-Franck (1905-1921) et André Mayer (1922-1946) ; elle a été transformée pour Jean Roche, de 1947 à 1972, en chaire de Biochimie générale et comparée, puis en chaire de Biochimie cellulaire pour M. François Gros (1973-1996) et enfin en 1996 en chaire d’Immunologie moléculaire pour M. Philippe Kourilsky (1998-2012). En 1980, une chaire de Bio-Énergétique cellulaire a été créée pour M. Pierre Joliot (1981-2002). En 1995 a été créée pour M. Armand de Ricqlès (1995-2010) une chaire de Biologie historique et évolutionnisme (1995-2010).

69En 1844 fut créée une chaire d’Embryogénie comparée, tenue par Victor Coste (1844-1873), Édouard Balbiani (1874-1899), Félix Henneguy (1900-1928), puis par Emmanuel Fauré-Frémiet (1928-1954). Consacrée ensuite à l’Embryologie expérimentale, elle a été occupée de 1955 à 1974 par Étienne Wolff. Depuis 1974 elle a été transformée en chaire de Communications cellulaires pour M. Jean-Pierre Changeux (1976-2006).

70Enfin, en 1964, une chaire nouvelle a été créée par la loi de Finances sous le titre de Génétique cellulaire pour François Jacob (1965-1991). Elle a été transformée en chaire de Génétique moléculaire pour M. Pierre Chambon (1992-2002), puis en chaire de Génétique humaine pour M. Jean-Louis Mandel (2003). En 1967 était créée pour Jacques Monod une chaire de Biologie moléculaire, qui l’occupa jusqu’en 1973. Une chaire de Génétique et physiologie cellulaire a été créée en 2000 pour Mme Christine Petit, qui l’occupe depuis 2001, et une chaire de Processus morphogénétiques est créée en 2006, occupée à partir de 2007 par M. Alain Prochiantz. En 2012, une chaire d’Épigénétique et mémoire cellulaire est confiée à Mme Edith Heard.

71Médecine. – La médecine, enseignée au Collège dès le xvie siècle, disposait de quatre chaires, progressivement spécialisées.

72L’anatomie fut professée par Antoine Portal de 1773 à 1832, tandis que la médecine dite pratique était attribuée à d’autres titulaires, parmi lesquels Jean-Nicolas Corvisart (1796-1804), Jean-Noël Hallé (1805-1822), René-Théophile Laennec (1822-1826), et Joseph Récamier (1827-1830). François Magendie (1830-1855) eut pour successeurs Claude Bernard (1855-1878), Charles Brown-Séquard (1878-1894), Arsène d’Arsonval (1894-1930) et Charles Nicolle (1932-1936). Une chaire d’Épidémiologie fut créée pour Hyacinthe Vincent (1925-1936). La chaire de Médecine a été occupée par René Leriche (1937-1950) ; transformée ensuite en chaire de Médecine expérimentale, elle a été occupée par Antoine Lacassagne (1951-1954), Charles Oberling (1955-1960), Bernard Halpern (1961-1975), M. Jean Dausset (1977-1987), et subsiste sous cette même dénomination pour M. Pierre Corvol (1989-2012) et M. Alain Fischer à partir de 2013. En 2014 est créée une chaire Oncologie cellulaire et moléculaire, confiée à M. Hugues de Thé.

73Furent encore créées successivement plusieurs chaires nouvelles : en 1875, une chaire d’Anatomie générale, occupée par Louis-Antoine Ranvier (1875-1911), et transformée d’abord en chaire d’Histologie comparée pour Jean Nageotte (1912-1937) puis en chaire de Morphologie expérimentale et endocrinologie pour Robert Courrier, de 1938 à 1966, puis en chaire de Physiologie cellulaire de 1967 à 1993 pour François Morel ; enfin en chaire de Biologie moléculaire des plantes pour Joseph Schell de 1994 à 1998. En 1903, une chaire de Pathologie générale et comparée fut créée pour Albert Charrin (1903-1907). Cette chaire fut transformée en chaire de Biologie générale, successivement occupée par le physiologiste Émile Gley de 1908 à 1930 et par le physico-chimiste Jacques Duclaux de 1931 à 1948. Elle fut remplacée par une chaire de Neuro-physiologie générale pour Alfred Fessard, de 1949 à 1971, et modifiée en 1971 en chaire de Neurophysiologie pour Yves Laporte, de 1972 à 1991. Elle est devenue chaire de Physiologie de la perception et de l’action pour M. Alain Berthoz (1992-2010). En 1925, une chaire d’Histophysiologie, attribuée à Justin Jolly (1925-1940), a été remplacée par une chaire de Radiobiologie expérimentale, occupée par Antoine Lacassagne de 1941 à 1951 où il devint titulaire de la chaire de Médecine expérimentale mentionnée au paragraphe précédent ; cette chaire a repris de 1951 à 1966, son ancienne affectation pour Jacques Benoit ; elle est devenue en 1973 chaire de Physiologie du développement pour Alfred Jost (1974-1987), puis, chaire d’Embryologie cellulaire et moléculaire pour Mme Nicole Le Douarin (1988-2000). En 1993, une chaire de Fondements et Principes de la reproduction humaine a été créée pour M. Étienne-Émile Baulieu (1993-1998), transformée en 1998, en chaire de Biologie et génétique du développement pour M. Spyros Artavanis-Tsakonas qui l’occupe de 2000 à 2012. En 2006 est créée la chaire de Microbiologie et maladies infectieuses pour M. Philippe Sansonetti.

74En 1929, une chaire de Mécanique animale appliquée à l’aviation, attribuée à Antoine Magnan (1929-1938), a subsisté de 1939 à 1955 sous le titre d’Aérolocomotion mécanique et biologique, et a été occupée par Étienne Oehmichen.

75À ces disciplines s’ajoutèrent, en 1887, l’enseignement alors nouveau de la Psychologie expérimentale et comparée, confié successivement à Théodule Ribot (1888-1901) et à Pierre Janet (1902-1934), puis les chaires de : Physiologie des sensations, attribuée à Henri Piéron (1923-1951), Psychologie et éducation de l’enfance occupée par Henri Wallon (1937-1949) ainsi que Neuropsychologie du développement créée en 1975 pour Julian de Ajuriaguerra qui l’occupa jusqu’en 1981 et qui a été transformée, en 1982, en chaire de Neuropharmacologie pour M. Jacques Glowinski (1983-2006). En 2005 est créée la chaire de Psychologie cognitive expérimentale, confiée à M. Stanislas Dehaene la même année.

76Chaire européenne. – Cette chaire destinée à une personnalité scientifique originaire d’un pays membre de la communauté économique européenne, pour une année académique, a été créée en 1989. Elle a été occupée par M. Harald Weinrich, Professeur à l’Université de Munich qui a traité de la Mémoire linguistique de l’Europe pendant l’année 1989-1990. Le Professeur Cesare Vasoli, de l’Université de Florence, nommé pour l’année 1990-1991, n’a pu assurer son enseignement à la suite d’un accident de santé. En 1991-1992, M. Wolf Lepenies, Professeur au Wissenschaftskolleg de l’Université libre de Berlin a traité du sujet suivant : Les intellectuels et la politique de l’esprit dans l’histoire européenne ; en 1992-1993, M. Umberto Eco, Professeur à l’Université de Bologne, de La quête d’une langue parfaite dans l’histoire de la culture européenne ; en 1993-1994, M. Werner Hildenbrand, Professeur à l’Université de Bonn, du Contenu empirique des théories économiques ; M. Norbert Ohler, Professeur à l’Université de Fribourg, en 1994-1995, de l’Apport des pèlerins à la formation de l’Europe ; M. Klaus Rajewski, Professeur à l’Université de Cologne, en 1995-1996, des Nouvelles approches génétiques chez la souris ; M. Pieter Westbroek, Professeur à l’Université de Leyde, en 1996-1997, de Géophysique : esquisse d’une nouvelle Science de la Terre ; M. Abram de Swaan, Professeur à l’Université d’Amsterdam, en 1997-1998, de Langue et culture dans la société transnationale ; M. Thomas W. Gaehtgens, Professeur à l’Université libre de Berlin, en 1998-1999, de l’Image des collections en Europe au xviiie siècle ; M. Hans-Wilhelm Müller-Gärtner, Professeur à la Faculté de Médecine de Düsseldorf, en 1999-2000, des Bases neuronales de la conscience : apport de l’imagerie cérébrale ; M. Michael Edwards, Professeur à l’Université de Warwick, en 2000-2001, de Poétiques de l’anglais et du français ; M. Claudio Magris, Professeur à l’Université de Trieste, en 2001-2002, de Nihilisme et mélancolie. Jacobsen et son Niels Lyhne ; M. Hans Belting, Professeur à l’Université de Heideberg, en 2002-2003, de L’histoire du regard. Représentation et vision en Occident ; M. Theodor Berchem, Professeur émérite de l’Université de Wurzbourg, de L’Avenir de l’Université – l’Université de l’Avenir, en 2003-2004 ; M. Sandro Stringari, Directeur du Research and Development Center on Bose-Einstein Condensation à Trente, de Condensation de Bose-Einstein et superfluidité, en 2004-2005. Les titulaires de cette chaire ont été ensuite, en 2005-2006, M. Maurice Bloch : L’anthropologie cognitive à l’épreuve du terrain ; en 2006-2007, M. Daniele Vitali : Les Celtes d’Italie ; en 2007-2008, M. Manfred Kropp : Études coraniques. En 2008-2009, cette chaire est thématisée « Développement durable-Environnement, énergie et société » et est confiée à M. Henri Leridon : Démographie, fin de la transition. Elle est occupée par M. Nicolas Stern en 2009-2010 : Gérer les changements climatiques, promouvoir la croissance, le développement et l’équité ; par M. Jean-Marie Tarascon, en 2010-2011 : Enjeux et défis du stockage et de la conversion de l’énergie dans le contexte du développement durable ; par M. Paul Colonna en 2011-2012 : Enjeux et défis pour le développement durable, par Mme Annie Cazenave en 2012-2013 : Étude de la terre et de l’environnement depuis l’espace ; par M. Gilles Boeuf en 2013-2014 : La biodiversité, son évolution et ses croisements avec l’humanité.

77Chaire internationale. – Créée en 1992 pour accueillir, pendant une année académique, des personnalités scientifiques originaires des pays de l’Europe de l’Est ou appartenant à d’autres continents, cette chaire a eu pour premier titulaire Bronislaw Geremek, Professeur à l’Académie des sciences de Varsovie, qui a traité en 1992-1993 du sujet suivant : Histoire sociale : exclusions et solidarités. En 1993-1994, M. Zhang Guangda, Professeur à l’Université de Pékin, a traité de La Chine et les civilisations de l’Asie centrale du viie au xie siècle ; M. Orest Ranum, Professeur à l’Université Johns Hopkins de Baltimore, en 1994-1995, de La France des années 1650 ; histoire et historiographie ; M. Harris Memel-Fotê, Professeur à l’Université d’Abidjan, en 1995-1996, de L’esclavage lignager africain et l’anthropologie des Droits de l’Homme ; M. Igor Mel’čuk, Professeur à l’Université de Montréal, en 1996-1997, de Linguistique « Sens-Texte » ; M. Brian Stock, Professeur à l’Université de Toronto, en 1997-1998, de La Connaissance de soi et la littérature autobiographique au Moyen Âge ; M. Patrice Higonnet, Professeur à l’Université d’Harvard, en 1998-1999, des Mythes de Paris, des Lumières au Surréalismes ; M. James Watson Cronin, Professeur à l’Université de Chicago, en 1999-2000, du Développement de la physique des particules et des grandes expériences ; M. Miklós Szabó, Professeur à l’Université Eötvös Loránd de Budapest, en 2000-2001, de l’Histoire des Celtes danubiens et leur romanisation ; M. Paul Farmer, Professeur à la Harvard Medical School de Boston, en 2001-2002, de La violence struturelle et la matérialité du social ; M. Stuart Edelstein, Professeur à l’Université de Genève, en 2002-2003, des Mécanismes de la transduction du signal en biologie. M. Jayant Vishnu Narlikar, Professeur à l’Inter-University centre for Astronomy and Astrophysics de Pune (Inde) a traité en 2003-2004 de Cosmology : Theory and Observations ; M. A. M. Celâl Şengör, Professeur à l’Université technique d’Istanbul, en 2004-2005, de L’histoire de la tectonique depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’apparition de la tectonique des plaques : une étude épistémologique. Les titulaires de cette chaire ont été ensuite, en 2005-2006, M. Thomas Pavel : Comment écouter la littérature ? ; en 2006-2007, M. Guy Orban : La vision, mission du cerveau ; en 2007-2008, à M. Pierre Magistretti : Cellules gliales, neuroénergétique et maladies neuropsychiatriques. En 2008-2009, cette chaire est thématisée « Savoirs contre pauvreté » et confiée à Mme Esther Duflo : Pauvreté et développement dans le monde. Elle est occupée par M. Peter Piot en 2009-2010 : L’épidémie du Sida et la mondialisation des risques ; par M. Ismail Serageldin, en 2010-2011 : La faim et la sécurité alimentaire dans le monde ; par Mme Mannuela Carneiro da Cunha en 2011-2012 : Savoirs autochtones : nature et apports ; par Mme Dominique Kerouedan en 2012-2013 : Géopolitique de la santé mondiale ; par M. François Bourguignon en 2013-2014 : Pauvreté, développement et mondialisation.

78Chaire de création artistique. – Créée en 2004 pour accueillir, pendant une année académique, une personnalité illustrant la création artistique contemporaine, et consacrée à toutes les formes de création artistique, cette chaire a eu pour premier titulaire, en 2005-2006, M. Christian de Portzamparc, architecte, qui a traité de : Architecture : figures du monde, figures du temps. La chaire est ensuite occupée, en 2006-2007, par M. Pascal Dusapin, compositeur, dont le cours a pour titre : Composer : musique, paradoxe, flux. En 2007-2008, la chaire est confiée à Mme Ariane Mnouchkine (non occupée) ; en 2008-2009 à M. Pierre-Laurent Aimard : Paramètres et dimensions de l’interprétation musicale ; en 2009-2010 à M. Jacques Nichet : Le théâtre n’existe pas ; en 2010-2011 à M. Anselm Kiefer : Lart survivra à ses ruines ; en 2011-2012 à M. Gilles Clément : Jardin, paysage et génie naturel ; en 2012-2013 à M. Karol Beffa : Musique : art, techniques, savoirs ; en 2013-2014 à M. Tony Cragg : Sculpture et langage.

79Chaire d’innovation technologique Liliane Bettencourt. – Créée en 2007, en partenariat avec la fondation Bettencourt-Schueller, cette chaire a pour vocation d’accueillir, pour chaque année académique, un nouveau titulaire chargé de proposer un enseignement à la pointe de la recherche dans les secteurs hautement innovants des nanotechnologies, de l’informatique, des réseaux de communication, du transfert et du cryptage de données, des sciences du vivant. Le premier titulaire, en 2006-2007, a été M. Jean-Paul Clozel, chercheur et P.-D.G. de la société ActelionLtd, qui a traité de : La biotechnologie : de la science au médicament. En 2007-2008, la chaire est occupée par M. Gérard Berry, directeur scientifique de Esterel Technologies, qui s’est consacré à la question : Pourquoi et comment le monde devient numérique. Lui succèdent, pour 2008-2009, M. Mathias Fink, professeur à l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris et directeur du Laboratoire Ondes et acoustique : Ondes et images et pour 2009-2010, M. Patrick Couvreur, professeur des universités : Les nanomédicaments. En 2010-2011, M. Elias Zerhouni, professeur à la Johns Hopkins University (États-Unis), occupe la chaire et son cours porte sur les Grandes tendances de l’innovation biomédicale au xxie siècle. En 2011-2012, M. Jean-Paul Laumond, directeur de recherche au CNRS lui succède avec un cours intitulé Robotique : les fondations d’une discipline. En 2012-2013, M. Yves Bréchet, professeur à Grenoble-INP propose un cours portant sur : La science des matériaux : du matériau de rencontre au matériau sur mesure. En 2013-2014, M. Philippe Walter, directeur du laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale à l’université Pierre et Marie Curie, propose un cours portant sur : Chimie analytique et histoire de l’art.

80Chaire d’informatique et sciences numériques. – Créée en 2009, en collaboration avec l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) et reposant sur une convention entre l’Inria, la Fondation du Collège de France et le Collège de France, cette chaire accueille chaque année un nouveau titulaire. Le premier titulaire en 2009-2010, a été M. Gérard Berry, directeur scientifique d’Esterel Technologies, dont le cours a porté sur : Penser, modéliser et maîtriser le calcul informatique. En 2010-2011, M. Martin Abadi, professeur à l’Université de Californie (Santa Cruz), occupe la chaire et son cours porte sur La Sécurité informatique. Lui succède en 2011-2012 M. Serge Abiteboul, directeur de recherche en informatique et en automatique, avec un cours intitulé Sciences de données : de la logique du premier ordre à la Toile. M. Bernard Chazelle, professeur à l’université de Princeton, l’occupe en 2012-2013 pour un cours intitulé L’algorithmique et les sciences. M. Nicolas Ayache, directeur de recherche à Inria, lui succède en 2013-2014 avec un cours intitulé : Le patient numérique personnalisé : images, médecine et informatique.

81Chaires pluriannuelles. – À l’assemblée des professeurs du 30 juin 2013 est décidée une nouvelle formule d’invitation de professeurs sur chaires pluriannuelles. La première chaire pluriannuelle est confiée, en 2013-2014, à M. Jean-Louis Cohen, architecte et historien, pour un cycle de cours intitulé : Architecture et forme urbaine.

IV. Le rôle propre et l’organisation du Collège de France

82De cet historique des chaires, il ressort que le Collège de France a servi souvent, selon l’esprit de son royal fondateur, à des enseignements nouveaux qui n’avaient pas encore reçu ailleurs droit de cité. C’est ce qui a fait dire à Ernest Renan qu’« à côté des établissements où se garde le dépôt des connaissances acquises, il est donc nécessaire qu’il y ait des chaires indépendantes où s’enseignent, non les branches de la Science qui sont faites, mais celles qui sont en voie de se faire ».

83Le Collège de France recrute sans condition de grades universitaires ; et par là, il lui est possible d’appeler à lui des savants qui ne sont pas des professeurs de carrière mais qui se sont signalés par des découvertes, par des vues personnelles, par des travaux originaux. Il suffit qu’on soit en droit d’attendre d’eux, dans le domaine de leurs recherches propres, des résultats nouveaux.

84D’autre part, il ne prépare à aucun examen et, par conséquent, ses enseignements ne sont assujettis à d’autre programme que celui défini chaque année par le titulaire de la chaire et approuvé par l’Assemblée des Professeurs. Nulle part, la recherche scientifique ne jouit d’une indépendance aussi large. De plus en plus, cette liberté est devenue sa loi, parce qu’elle est sa raison d’être ; et, de plus en plus, elle a déterminé son organisation.

85N’étant pas enfermé dans un cycle d’études invariables, le Collège de France n’a pas, en principe, de chaires permanentes. Selon que les sciences diverses se modifient et selon que se produisent des hommes aptes à les faire progresser, les enseignements anciens peuvent disparaître ou se transformer, des enseignements nouveaux peuvent être institués.

86Le nombre des chaires de professeurs titulaires est actuellement de cinquante-deux (décret du 22 juin 1934, loi de finances du 24 mai 1951, du 4 août 1956, du 30 décembre 1957 et de 1964 ; à partir de 1969 intégration des trois chaires municipales dans le budget de l’État). Chaque fois qu’un de ces traitements devient disponible par retraite, démission ou décès d’un titulaire, l’Assemblée des professeurs est appelée, de droit, à décider à quel enseignement il conviendrait d’affecter le crédit qui se trouve ainsi sans emploi. Elle peut demander au Ministre le maintien de l’enseignement dont le titulaire vient de disparaître ; elle peut, si elle juge préférable, l’inviter à y substituer un enseignement différent. Dans un cas comme dans l’autre, dès que sa proposition est acceptée, elle désigne deux candidats, l’un en première ligne, l’autre en seconde ; et, comme il a été dit plus haut, elle n’est liée, dans cette désignation, par aucune condition de grade. Elle transmet les procès-verbaux de ses délibérations et ses votes au Ministre, qui communique les documents à l’une des cinq Académies de l’Institut de France : celle-ci présente, à son tour, et dans les mêmes formes, deux candidats. Il appartient au Ministre de choisir, entre les candidats proposés, le futur professeur ; celui-ci est nommé par un décret du Président de la République.

87À partir de 1970 le principe de chaires de « professeur associé » a été admis, et deux crédits de chaire ont été ouverts à cet effet au budget de l’État. Des savants étrangers sont ainsi invités chaque année par l’Assemblée à venir au Collège donner, pendant un ou deux mois, un enseignement relatif à leurs recherches.

88En outre deux chaires permettant l’accueil de savants étrangers pour la durée d’une année académique ont été créées :

– en 1989, une chaire dite européenne, destinée à une personnalité scientifique originaire d’un pays membre de la Communauté économique européenne ; cette chaire est thématisée à partir de 2008 : Développement durable – Environnement, énergie et société ;

– en 1991, une chaire dite internationale, destinée à une personnalité originaire des pays de l’Europe de l’Est ou d’autres continents : cette chaire est thématisée à partir de 2008 : Savoirs contre pauvreté.

89Puis, en 2004 est créée une chaire de création artistique, consacrée à toutes les formes de création artistique, qui accueille chaque année un professeur différent.

90Les années suivantes voient la création de nouvelles chaires annuelles. En 2007, est créée une chaire d’Innovation technologique Liliane Bettencourt, en partenariat avec la fondation Bettencourt-Schueller et en 2009 une chaire d’Informatique et sciences numériques, en collaboration avec l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) et reposant sur une convention entre l’Inria, la Fondation du Collège de France et le Collège de France. En 2013, l’Assemblée des professeurs crée une nouvelle formule d’invitation de professeurs sur chaires pluriannuelles. Ce dispositif permet d’inviter au Collège de France pour un enseignement relativement long des professeurs qui ne souhaitent pas renoncer à leur poste permanent dans une autre institution et ne peuvent donc pas occuper une chaire permanente.

91Dans la pratique, sans doute, la liberté de transformation, qui est un élément constitutif de l’institution du Collège, ne saurait être absolue ; l’Assemblée des Professeurs cherche à conserver une juste proportion entre chaires de Sciences exactes et chaires de Lettres et Sciences humaines. En outre, il arrive qu’on juge nécessaire de conserver une chaire, bien que de nombreuses chaires de même titre existent dans les Universités, s’il y a lieu de faire place à un maître original.

92Dans l’enseignement aussi prédomine le même principe de liberté. Chaque professeur choisit, d’année en année, le sujet de son cours dans le domaine scientifique qui lui est propre, et généralement dans l’ordre particulier de recherches auxquelles il s’applique à ce moment. Il le soumet ensuite à l’approbation de l’Assemblée des professeurs du Collège, comme il a été indiqué plus haut. Une partie de l’enseignement peut être donné dans des institutions françaises en dehors de Paris, en France ou dans d’autres pays ; cette possibilité a été étendue à l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur européens à partir de 1989, extraeuropéens à partir de 1992.

93Quelle qu’en soit la forme, les enseignements ont pour règle commune de viser au développement de la science. La simple vulgarisation en est exclue. Les professeurs s’accordent à prendre comme point de départ ce qui est connu et se proposent toujours d’y ajouter quelques éléments nouveaux : faits d’expérience, éclaircissements personnels, vues ou interprétations propres, analyses plus exactes ou synthèses plus suggestives. Il est entendu, au reste, que cet enseignement même n’est que l’une des formes extérieures de leur activité scientifique, laquelle se traduit aussi bien, ou mieux, par des publications, par des missions, par les travaux divers qu’ils font eux-mêmes ou qu’ils suscitent et dirigent.

94C’est pourquoi, aux leçons proprement dites, viennent s’adjoindre les directions données aux recherches individuelles qui se font dans les divers laboratoires. Bien entendu, ces recherches comportent toujours, de la part de ceux qui les font auprès des professeurs, un travail personnel et vraiment scientifique. Il ne s’agit en aucun cas de préparation aux examens universitaires, exception faite pour les doctorats, qui ne sont pas assujettis à des programmes. Elles sont surtout l’affaire de chercheurs déjà engagés dans une voie déterminée, qui viennent demander les conseils de savants connus, se familiariser avec leur méthode, profiter de leurs suggestions et des ressources spéciales qu’ils ont pu réunir.

95Les cours du Collège étant ouverts à tous, il n’y a ni immatriculation ni droits à payer. L’accès des salles d’enseignement est entièrement libre, dans la limite des places disponibles.

96Le Collège de France ne fait pas partie des Universités de Paris. Il relève directement de son protecteur, le Chef de l’État, et, par délégation, du ministre ayant en charge l’Enseignement supérieur et la Recherche.

97C’est à l’Assemblée des professeurs qu’appartiennent, sous réserve de l’approbation ministérielle, toutes les décisions relatives aux intérêts généraux de l’établissement. L’exécution de ces décisions et la direction des services sont confiées à un Administrateur. Celui-ci doit être pris parmi les professeurs. Il est présenté par ses collègues et nommé par trois ans par décret du Président à la République, sur la proposition du Ministre. Il préside l’Assemblée, dont le bureau comprend, à côté de lui, un vice-président, nommé selon les mêmes règles, et un secrétaire, choisis l’un et l’autre parmi les professeurs.

98Par une loi du 31 décembre 1932, l’établissement, qui déjà était investi de la personnalité civile, a été également doté de l’autonomie financière. Un décret du 5 octobre 1990 portant organisation du Collège de France, modifie les textes antérieurs (décrets de 1911 et 1935). Il stipule notamment que « le Collège de France est administré par l’Assemblée du Collège de France. Il est dirigé par un administrateur assisté de deux directeurs adjoints, l’un chargé des affaires culturelles et des relations extérieures, l’autre chargé des affaires administratives et financières. Il est doté d’un Conseil d’établissement ».

99L’Assemblée du Collège de France comprend les 52 professeurs titulaires avec voix délibérative ; les professeurs associés dans les chaires annuelles peuvent y siéger avec voix consultative. Elle détermine la politique scientifique de l’établissement et joue également le rôle d’un Conseil d’administration. L’avis du Conseil d’établissement — qui comprend, outre l’Administrateur, neuf professeurs, quatorze représentants élus des personnels et quatre personnalités extérieures — doit précéder la délibération de l’Assemblée dans les matières énumérées par le décret. Créé le 18 avril 2010 par un arrêté de l’Administrateur après une délibération à l’unanimité de l’Assemblée des Professeurs du 21 mars 2010, le comité technique paritaire (CTP) constitue le lieu privilégié du dialogue social au sein du Collège de France. Cet organe consultatif est composé de dix membres titulaires et présidé par l’Administrateur. Il se réunit deux fois par an et ses avis sont transmis à l’Assemblée des Professeurs.

100Voici la liste des Administrateurs du Collège, depuis l’institution de ce titre :

101Louis Lefèvre-Gineau (1800-1823), Isaac Silvestre de Sacy (1824-1838), Louis Thénard (1838-1840), Jean-Antoine Letronne (1840-1848), Jules Barthélémy Saint-Hilaire (1848-1852), Xavier Deportets (1852-1853), Wilhelm Rinn (1853-1854), Stanislas Julien (1854-1873), Édouard Laboulaye (1873-1883), Ernest Renan (1883-1892), Gaston Boissier (1892-1894), Gaston Paris (1894-1903), Émile Levasseur (1903-1911), Maurice Croiset (1911-1929), Joseph Bédier (1929-1936), Edmond Faral (1937-1954), Marcel Bataillon (1955-1965), Étienne Wolff (1966-1974), Alain Horeau (1974-1980), Yves Laporte (1980-1991), André Miquel (1991-1997), Gilbert Dagron (1997-2000), Jacques Glowinski (2000-2006), Pierre Corvol (2006-2012), Serge Haroche.

102Le Comité international d’orientation scientifique et stratégique (COSS), créé par l’Assemblée des professeurs en 2003, a pour rôle d’analyser les orientations scientifiques et stratégiques du Collège de France et les conditions d’exercice de ces missions, afin de proposer des recommandations d’évolution ou de mise en valeur de celles-ci. Il examine également la cohérence de la stratégie de l’institution, la signification et l’exploitation de la multidisciplinarité des chaires, la politique internationale, l’adéquation des moyens de recherche aux objectifs fixés ainsi que l’optimisation des structures administratives. Ses membres, au nombre de 12, exercent leur activité dans des universités ou institutions étrangères et ont été renouvelés à deux reprises. Le COSS est composé, en 2013, des membres suivants : Riccardo Barbieri, SNS de Pise (Italie), Suzanne Berger, MIT (États-Unis), Lorraine Daston, Institut Max Planck (Allemagne), Luiz Davidovich, Universidade Federal do Rio de Janeiro (Brésil), François Diederich, ETH Zurich (Suisse), Anne Ephrussi, EMBL, Heidelberg (Allemagne), Didier Fassin, Institute for Advanced Study, Princeton (États-Unis), Jonathan Hay, NYU (États-Unis), Helmut Hofer,  Institute for Advanced Study, Princeton (États-Unis), Ann Jefferson, Université d’Oxford (Royaume-Uni), Dominique Lambert, Université de Louvain-la-Neuve (Belgique), Suzanne Preston-Blier, Sackler Museum, Harvard University (États-Unis).

V. Legs

103Les ressources mises à la disposition du Collège par divers donateurs lui permettent, chaque année, de favoriser certains efforts de la pensée scientifique.

Singer-Polignac

104Le Collège de France a reçu depuis 1950, en souvenir de Winnaretta Singer, princesse Edmond de Polignac, des dons importants dont les revenus doivent servir, de façon générale, « au progrès des connaissances ». L’affectation précise des fonds est déterminée chaque année par l’Assemblée des professeurs.

Gustave Schlumberger

105Par décret du 24 juin 1932, l’administrateur du Collège de France a été autorisé à accepter les legs faits au Collège par Gustave Schlumberger. Les revenus des sommes provenant de ces legs doivent être affectés d’une part à des études d’histoire et d’archéologie byzantines, d’autre part à des études de numismatique.

Jean Ébersolt

106Mme Jean Ébersolt a fait une donation en 1968 dont les arrérages doivent être affectés au développement des études d’Histoire et civilisation de Byzance.

Voronoff

107Par décret du 28 septembre 1920, l’administrateur du Collège de France a été autorisé à accepter, au nom du Collège, la donation faite à cet établissement par Mme Frances Évelyn Bostwick, épouse Voronoff, pour la création et l’entretien d’une « Station de chirurgie expérimentale, fondation Voronoff ».

108Depuis le décès de la donatrice, et selon sa volonté, le revenu annuel est attribué aux laboratoires de biologie, d’histologie ou autres laboratoires similaires, selon l’avis de l’Assemblée des professeurs.

Paul Delheim

109Par décret du 5 juin 1956, l’administrateur du Collège de France a été autorisé à accepter le legs fait au Collège de France par Mme J. Dellheim « pour aider les jeunes savants peu fortunés qui, après avoir fait de fortes études, seront jugés aptes à poursuivre leurs travaux dans les laboratoires du Collège de France, en vue de recherches scientifiques susceptibles de contribuer au soulagement de l’humanité ». Le prix Dellheim pour l’année 2004 est attribué à M. Fazilleau, pour l’année 2005 à M. Liyuan et pour l’année 2006 à M. Mariano Sigman. Le prix Delheim est attribué en 2007 à M. Stéphane Romero, en 2010 à M. Franck Lebrin et à M. Raoul Torero-Ibad et en 2011 à M. Thomas Mativet. Il est attribué en 2013 à M. Elphège-Pierre Nora.

Antoine Lacassagne

110Par décret du 6 janvier 1964, l’administrateur du Collège de France a été autorisé à accepter le don fait au Collège de France par Antoine Lacassagne, qui fut titulaire de la chaire de Médecine expérimentale (de 1951 à 1954), du montant du prix de 10 000 dollars que lui a décerné l’organisation des Nations Unies pour ses travaux sur le cancer.

111Les revenus de cette somme permettent d’inviter de jeunes biologistes français ou étrangers à venir chaque année au Collège exposer, en français, les résultats de leurs recherches.

112L’Assemblée des professeurs du 20 février 1977, a décidé que désormais serait attribué un prix Antoine Lacassagne auquel seraient associées deux conférences ; son montant est de 1 600 €.

113Des conférences ont été données en 1966, par le Docteur J. Harel ; en 1967, par M. François Gros ; en 1968, par le Docteur Patrick Derome ; en 1970, par M. Georges N. Cohen ; en 1971, par le Docteur Michel Boiron ; en 1972, par M. François Chapeville ; en 1973, par Mme Nicole Le Douarin ; en 1974, par M. Claude Kordon ; en 1975, par M. Luc Montagnier ; en 1976, par M. Jean- Paul Lévy ; en 1977, par M. Robert M. Fauve.

114Prix décerné en 1977 à Mme Andrée Tixier-Vidal, en 1978 à M. Serge Jard, en 1979 à M. Michel Imbert, en 1980 à M. Jacques Glowinski, en 1981 à M. Guy Blaudin de Thé, en 1982 à M. Jean Girard, en 1983 à M. Pierre Freychet, en 1984 à M. François Cuzin, en 1985 à M. Michel Hamon, en 1986 à M. Dominique Stehelin, en 1987 à M. Emmanuel Pierrot-Deseilligny, en 1988 à M. Pierre Tiollais, en 1989 à M. Jean-François Nicolas, en 1990 à M. Philippe Kourilsky, en 1991 à Mme Françoise Dieterlen, en 1992 à Mme Anne-Marie Thierry, en 1993 à M. Gérard Couly, en 1994 à M. Alain Doucet, en 1995 à M. Antonio Coutinho, en 1996 à M. Jean-Antoine Giraud, en 1997 à M. Alexeï Grantyn, en 1998 à Mme Marie-Aimée Teillet, en 1999 à M. Jules-Alphonse Hoffmann, en 2002 à M. Werner Graf, en 2004 à M. Michel Bornens, en 2005 à Mme Ana Cumano, en 2006 à M. Philippo Rijli, en 2007 à M. Thomas Bourgeron, en 2011 à Mme Clotilde Théry, en 2013 à Mme Sonia Garel.

Antoine Meillet

115Par décret du 1er septembre 1937, l’administrateur du Collège de France a été autorisé à accepter le legs fait au Collège par Antoine Meillet, qui fut titulaire de la chaire de Grammaire comparée (de 1906 à 1936). Les revenus de ce legs sont affectés à des études de linguistique théorique, suivant les vœux du donateur.

Claude-Antoine Peccot

116Plusieurs donations successives (en 1886, en 1894, en 1897, en 1902) ont permis de créer d’abord des bourses, transformées par la suite en prix ; puis, en outre, à partir de 1900, une charge de cours, au bénéfice de mathématiciens âgés de moins de trente ans et s’étant signalés dans l’ordre des mathématiques théoriques ou appliquées.

117Voici, depuis l’origine, la liste des personnes qui ont bénéficié des prix ou ont reçu la charge du cours :

Bourses et prix

118À partir de 1885 : L. Bortniker, Jacques Hadamard, Élie Cartan, Jules Bocquet, Jules Drach, Louis-Emmanuel Leroy, Adolphe Bühl, Gabriel Mesuret, Pierre Fatou, René-Maurice Fréchet, Henri Galbrun, Osée Marcus, Jean Chazy, Albert Laborde-Scar, Paul Frion, Gabriel Pélissier, René Garnier, Emmanuel Fauré-Fremiet, Émile Terroine, Roux, Maurice Gevrey, F. Lafore, Joseph Marty, Georges Giraud, Maurice Janet, Coty, Paul Lévy, Gaston Julia, Léon Brillouin, Marcel Courtines, Szolem Mandelbrojt, Yves Rocard, Wladimir Bernstein, Henri Cartan, André Weil, Jean Dieudonné, Paul Dubreil, René de Possel, Jean Leray, Georges Bourion, Jean-Louis Destouches, Jacques Solomon, Claude Chevalley, Frédéric Roger, Daniel Dugué, Gérard Petiau, Hubert Delange, Jacques Dufresnoy, Laurent Schwartz, Jacqueline Ferrand, Roger Apéry, Jacques Deny, Jean-Louis Koszul, Jean Combes, Jean-Pierre Serre, Paul Malliavin, Maurice Roseau, Bernard Malgrange, François Bruhat, Pierre Cartier, Paul-André Meyer, Marcel Froissart, Michel Demazure, Gabriel Mokobodzki, Hervé Jacquet, Haïm Brézis, Alain Connes, Grégory Choodnovsky, Jean-Pierre Demailly, Jean-Benoît Bost, Noam Elkies, Laurent Lafforgue, Philippe Michel, Vincent Lafforgue, Cédric Villani, Gaëtan Chenevier, Alessio Figalli, Peter Scholze, François Charles.

Chargés de cours

1900

Émile Borel

1901

Émile Borel

1902

Émile Borel

1903

Henri Lebesgue

1904

René Baire

1905

Henri Lebesgue

1906

Guillaume Servant

1907

Pierre Boutroux

1908

Pierre Boutroux

1909

Ludovic Zoretti

1910

Émile Traynard

1911

Louis Rémy

1912

Jean Chazy

Albert Chatelet

1913

Arnaud Denjoy

1914

Édouard-René Garnier

Maurice Gevrey

1915

Édouard-René Garnier

1918

Gaston Julia

1919

Georges Giraud

Paul Lévy

1920

Léon Brillouin

Gaston Julia

1921

Maurice Janet

1922

René Thiry

1923

Robert Deltheil

Torsten Carleman

1924

René Lagrange

1925

Marcel Legaut

1926

Henri Milloux

1927

Joseph Kampé Defériet

Yves Rocard

1928

Szolem Mandelbrojt

1929

Jean Favard

1930

Wladimir Bernstein

1931

Jean Delsarte

1932

Henri Cartan

André Weil

1933

Jean Dieudonné

Paul Dubreil

1934

René De Possel

Jean Leray

1935

Marie-Louise

Dubreil-Jacotin

1936

Georges Bourion

Jean-Louis Destouches

1937

Jacques Solomon

Claude Chevalley

1938

Frédéric Marty

1941

Claude Chabauty

1942

Gérard Pétiau

1943

Jean Ville

Marie-Antoinette Tonnelat

1944

Hubert Delange

Jacques Dufresnoy

1945

André Lichnerowicz

1946

Laurent Schwartz

Jacqueline Ferrand

1947

Gustave Choquet

1949

Roger Apéry

1950

Jacques Deny

1951

Jean-Louis Koszul

Evry Schatzman

1952

Roger Godement

Michel Hervé

1953

Jean Combes

1954

Yvonne Fourès-Bruhat

1955

Jean-Pierre Serre

1956

Paul Malliavin

Maurice Roseau

1957

Jean-Pierre Kahane

1958

Marcel Berger

Alexandre Grothendieck

1959

Jacques-Louis Lions

Bernard Malgrange

1960

François Bruhat

1961

Pierre Cartier

1962

Jacques Neveu

1963

Jean-Paul Benzécri

Philippe Nozières

1964

Paul-André Meyer

1965

Marcel Froissart

Pierre Gabriel

1966

Yvette Amice

1967

Michel Demazure

Jean Ginibre

1968

Uriel Frisch

Pierre Grisvard

1969

Yves Meyer

Claude Morlet

Michel Raynaud

1970

Gabriel Mokobodzki

Roger Temam

1971

Jean-Pierre Ferrier

Hervé Jacquet

Gérard Schiffmann

1972

Louis Boutet de Monvel

Pierre Deligne

1973

Jean-Michel Bony

François Laudenbach

1974

Haïm Brézis

Michel Duflo

Jean Zinn-Justin

1975

Jean-Marc Fontaine

André Neveu

Robert Roussarie

1976

Alain Connes

Bernard Teissier

1977

Luc Tartar

Michel Waldschmidt

1978

Jean Lannes

Arnauld Beauville

1979

Bernard Gaveau

Grégory Choodnovsky

1980

Gilles Robert

1981

Michel Talagrand

Gilles Pisier

Christophe Soulé

1982

Jean-Bernard Baillon

Jean-Luc Brylinski

1983

Jean-Loup Waldspurger

1984

Pierre-Louis Lions

Guy Henniart

Laurent Clozel

1985

Joseph Oesterlé

1986

Jean-Pierre Demailly

1987

Jean-Michel Coron

Jean-Christophe Yoccoz

1988

Jean-Lin Journé

Jean-Claude Sikorav

1989

Bernard Larrouturou

Jean-François Legall

1990

Jean-Benoît Bost

Benoît Perthame

1991

Olivier Mathieu

Claude Viterbo

1992

Claire Voisin

Fabrice Bethuel

Noam Elkies

1993

Marc Rosso

François Golse

1994

Ricardo Perez-Marco

Frédéric Helein

1995

Éric Séré

Loïc Merel

1996

Laurent Lafforgue

1997

Christophe Breuil

Christine Lescop

1998

Andrei Moroianu

1999

Philippe Michel

Wendelin Werner

2000

Emmanuel Grenier

Raphaël Rouquier

2001

Vincent Lafforgue

Frédéric Leroux

2002

Denis Auroux

Thierry Bodineau

2003

Franck Barthe

Cédric Villani

2004

Laurent Fargues

Laure Saint-Raymond

2005

Artur Avila

Stefaan Vaes

2006

Laurent Berger

Emmanuel Breuillard

2007

Erwan Rousseau

Jérémie Szeftel

2008

Karine Beauchard

Gaëtan Chenevier

2009

Joseph Ayoub

Julien Dubédat

2010

Antoine Touzé

2011

Sylvain Arlot

Anne-Laure Dalibard

2012

Alessio Figalli

Vincent Pilloni

2013

Valentin Feray

Christophe Garban

Peter Scholze

2014

François Charles

Nicolas Rougerie

Loubat

119Par deux décrets en date du 16 avril 1902 et 28 juillet 1903, le Collège de France a été autorisé à accepter la donation faite par le duc de Loubat, membre associé de l’Institut de France, en vue de la fondation, dans l’établissement, d’un cours complémentaire d’Antiquités américaines.

120Ce cours a été confié à Léon Lejeal (1902-1907), puis au docteur Louis Capitan (1908-1929). Depuis 1939, les revenus de cette fondation ont permis de demander des conférences à des américanistes.

121Voici la liste des conférenciers invités par le Collège de France :

1939

Jacques Soustelle

1941

André Leroi-Gourhan

1942

Raoul d’Harcourt

1943

Maurice Leenhardt

1945

Marcel Giraud

1946

Henri Vallois

1948

Guy Stresser-Péan

1950

Claude Lévi-Strauss

1952

Paul Rivet

1953

Alfred Métraux

1955

Jehan Vellard

1965

Pierre Clastres

1969

Frédéric Engel

1973

A Laming-Emperaire

1974

Jean-Claude Quilici

1975

Georges Larrouy

1977

Nathan Wachtel

1980

Christian Duverger

1995

Serge Gruzinski

1996

Philippe Descola

1997

Carmen Bernand

1998

Jacques Galinier

2002

Danielle Lavallée

2004

Jon Landaburu

Michonis

122Par décret du 10 mars 1903, M. G. Michonis a légué au Collège de France une somme dont les revenus doivent servir à « faire faire, toutes les fois que ce sera possible, par un savant ou un penseur étranger désigné par les professeurs ou l’administrateur du Collège de France, et qui sera, autant que les circonstances le permettront, au moins une fois sur trois un philosophe ou un historien de sciences religieuses, une série de conférences ». L’exécution des volontés de M. Michonis a commencé en 1905.

123Voici la liste des conférenciers invités par le Collège :

1905

Édouard Naville

Franz Cumont

1906

Guglielmo Ferrero

1908

Charles Michel

Xénopol

1910

Christophe Nyrop

Édouard Montet

1912

Lorentz

Gomperz

1914

Maxime Kowalewsky

1915

Georges Doutrepont

Delannoy

Albert Brachet

1916

Charles de La Vallée-Poussin

1917

Joséphine Ioteyko

1918

Paul Frédéricq

1919

Henri Pirenne-Anesaki

1920

Michel Rostovtzeff

Jorga

1922

Albert Einstein

1923

Raffaele Altamira

1924

Ettore Pais

1925

Holger Pedersen

1926

Nicolas Alexeieff

1927

Ernest Muret

1929

Wolfgang Koehler

1930

Georges D Birkoff

1933

Magnus Olsen

1934

Harl Jaberg

Jacob Jud

1935

Stanislas Kot

1936

Jacques Pirenne

1937

Albert Michotte

1938

Giorgio Levi Della Vida

1940

Hrozny

1942

Jean Piaget

1943

Franz Cumont

1945

Alexandre Rosetti

1947

Georges Dossin

Hans Selye

1948

Charles Detolnay

1951

Étienne Lamotte

1956

Gino Luzzatto

Walter E Petrascheck

1961

Théodor W Adorno

1965

V.I. Abaev

1968

Théodor W Adorno

1973

Ludovico Geymonat

1984

Jean Rudhart

1989

David Wiggins

2002

Oleg Grabar

2007

Philippe Borgeaud

2010

Simon Price

2012

Glen Bowersock

Saintour

124Par décret du 25 juillet 1889, l’administrateur du Collège de France a été autorisé à accepter le legs fait au Collège de France par le Dr Saintour pour la fondation d’un prix. Ce prix, périodiquement revalorisé, est décerné tous les deux ans par l’Assemblée des professeurs, sur la présentation qui lui est faite, d’après un roulement déterminé, par l’une des trois sections instituées à cet effet. Chaque section regroupe les titulaires de chaire pour lesquels les différentes Académies composant l’Institut ont concurremment avec le Collège le droit de présentation. Les trois sections comprennent ensemble la totalité des professeurs.

125Ce prix a été attribué depuis sa fondation (1893) à M. Matignon, M. Chassinoit, M. Abel Lefranc, M. Philippe Glangeaud, M. Laurent, M. Chauvin, M. Hallion, M. Lenestour, M. Lacôte, M. Ernest Charles, M. Léon Lecornu, M. Homo, M. Jules Chauvin, M. Paul Langevin, M. Gaston Colin, M. Gaston Cohen, M. Pierre Leroux, M. Georges Mayer, M. Alexandre Dufour, M. Alfred Ernout, M. Louis Bodin, M. Paul Mazon, M. René Henry, M. Julien Barat, Mlle Chevroton, Mlle Loyez, M. Delaruelle, M. Valois, M. Chabot, M. Édouard Salles, M. Copaux, M. Claude Blanchel, M. Jules Bloch, M. Boudréaux, M. Gaffiot, M. Virolleaud, M. Brillaut, M. Henri Clouzot, M. Georges Lecarpentier, M. Achille Millien, M. Champy, M. Leroux, M. Lévy, M. et Mme Marouseau, M. Lejeune, M. Terroine, M. Roux, Mme Boudréaux, M. Ouveriaux, M. Foulet, Mlle Blanchard Demonge, M. Boulard, M. Bernard Leroy, M. André Pézard, M. Randouin, Mlle Ioteyko, M. Prosper Alfaric, M. Doutrepont, Mlle Maitret, M. Delapparent, M. Alfred Quinquaud, M. Meyerson, M. Henri Heine, M. Taha Hussein, M. André Vaillant, M. Marty, l’abbé Busson, M. Sartre, M. Fréjacques, M. Émile Benveniste, M. Sommerfelt, M. Caridroit, M. Misconi, M. baudot, M. Albert Houstin, Mlle Marie Cochet, M. Millon, Mlle Marchal, Mlle bezard, M. Contineau, M. Umbegaun, M. P. Noailhon, M. Boris Ephrussi, M. Casteras, M. Salovine, M. Samara, M. Martini, M. Paul Émard, Mlle Alice Hulubet, M. Robert Courrier, M. Jean Filliozat, M. Pierre Pascal, M. Marc Cohn, M. Maurice Leenhardt, M. Étienne Wolff, Mme d’Also, M. Chapire, M. Rolland, M. Biquard, M. Jean Fourquet, M. André Chevalier, M. Albert Dauzat, M. René Clozier, M. Jules Driessens, M. René Pintard, M. Klein, M. René Vallois, M. Charles Morazé, M. A. Jost, M. Marcel Simon, M. Lemagnen, M. Paul-Henri Michel, M. André Adam, Mme Skreb-Guilcher, Rév. Père Estugière, M. Yves Lecorre, M. Adigard des Gautries, M. Pierre Rancastel, M. Armand Hampé, M. Jacques Fontaine, M. Roger Guillemin, M. Louis-Charles Damais, M. Jean Pouilloux, M. Guy Lasserre, M. Paul Kessler, M. Paul Garelli, Mme Martha Spitzer, M. Henri Rolland, M. Paul Pelissier, M. André Landesman, M. Jean Riché, M. W. Streiff, M. Valentin Nikiprowetzky, M. Richard Gascon, M. Gilles Granger, M. Hans Glattli, Mlle Odette Taffanel, M. Michel Gaudin, M. Hervé Savon, M. Victor Goldschmidt, M. Neil Sullivan, M. Venceslas Kruta, M. M. Flato, M. R. Turcan, M. Daniel Estève, M. Jean-Pierre Mahé, M. André Langaney, M. Jean-Marie Durand, Mme Marianne Mahn-Lot, M. Loïc Merel, M. Willy Clarysse, M. Claude Ghesquière, M. Pierre Milza, M. Piemontese, M. Christian Giaume.

VI. Fondations

Fondation Hugot du Collège de France

126En 1977, l’Assemblée des Professeurs du Collège de France décidait à l’unanimité de créer une fondation dite Fondation Hugot du Collège de France consacrée, conformément aux intentions de ses bienfaiteurs, Hélène et Jean-Pierre Hugot, à favoriser au mieux de ses moyens et en étroit accord avec le Collège de France, « la rencontre de diverses disciplines qui œuvrent à la connaissance, à la formation et à l’épanouissement de l’homme, le rapprochement, par delà toutes les frontières, des meilleurs esprits animés de ce même souci ». Pour ce faire, la Fondation s’efforce de développer toutes études, recherches et activités ayant un double caractère à la fois humaniste et pluridisciplinaire.

127La Fondation Hugot promeut la coopération scientifique internationale en hébergeant les savants étrangers invités par l’Assemblée des professeurs du Collège de France et en accueillant des réunions de travail et des colloques restreints organisés par un professeur. Elle accorde également des subventions de recherche.

128Le Conseil d’État, par décret en date du 7 février 1979, faisait droit à la demande de l’Assemblée reconnaissant comme établissement d’utilité publique autonome ladite Fondation.

129En 2001, le Conseil d’Administration de la Fondation a décidé de la création d’un « Prix de la Fondation Hugot du Collège de France ». Ce « prix Hugot », attribué par l’Assemblée des professeurs du Collège de France, financé par la Fondation Hugot du Collège de France, récompense chaque année deux jeunes chercheurs, en général de disciplines différentes, sélectionnés parmi les maîtres de conférences associés et les ATER (attachés temporaires d’enseignement et de recherche) rattachés au Collège de France durant l’année précédente.

130Le premier lauréat, pour l’année 2003-2004, est un mathématicien mexicain, M. Ricardo Uribevargas. Les lauréats suivants sont : M. Han Hee-Jin, philosophe coréen (2004-2005) ; M. Wouter Henkelman, historien néerlandais (2005-2006) ; M. Jacques Boutet de Monvel, biophysicien de la cochlée (2007-2008) ; M. Igor Dotsenko, physicien ukrainien (2008-2009) ; MM. Luca d’Ambrosio, juriste italien, et Nicolas Roch, physicien français (2009-2010) ; Mme Émilie Frenkiel, doctorante en études politiques et M. Matthieu Vernet, doctorant en histoire et théorie littéraire (2010-2011) ; Mme Béatrice Lietz, doctorante italienne en histoire et M. Jernej Mravlje, physicien slovène (2011-2012) ; MM. Abihshek Banerjee, mathématicien indien et Yuji Murakami, maître de conférences japonais, associé à la chaire de Littérature française moderne et contemporaine (2012-2013) ; Mmes Lauriane Chomaz, physicienne, et Caroline Devaux, juriste (2013-2014).

Fondation du Collège de France

131Le décret de création de la Fondation du Collège de France, reconnue d’utilité publique, a été publié au Journal officiel du 7 avril 2008. Cette fondation a pour but, dans l’esprit du Collège de France et de son ouverture, le soutien, le développement et la valorisation des activités d’enseignement, de recherche, de formation, de diffusion des connaissances, en France et à l’étranger.

132Les fonds privés mobilisés permettront de répondre aux besoins de financement de projets de recherche de l’institution, d’accroître les ressources nécessaires à l’animation de la vie scientifique des chaires, de moderniser des laboratoires, d’acquérir des équipements techniques de dernière génération, d’amplifier la formation des jeunes chercheurs, de favoriser l’accès aux connaissances et aux dernières recherches menées par les chaires et par les équipes accueillies. Ils serviront l’exigence d’une recherche de haut niveau tournée vers la société.

133La Fondation est administrée par un Conseil constitué de 12 membres (le collège des membres fondateurs constitué de professeurs de l’Institution, le collège des personnalités qualifiées qui fait appel à des personnalités de la société civile et académique et le collège des donateurs). La composition du Conseil illustre la volonté de dialogue et d’échange de la Fondation avec la société civile et les acteurs du monde économique. Le Conseil d’administration est assisté d’un Comité d’orientation scientifique composé de 6 à 8 membres issus du corps professoral du Collège de France.

VII. Partenariats

Fondation de coopération scientifique « Paris Sciences et Lettres - Quartier latin »

134« Paris Sciences et Lettres - Quartier latin » (dit PSL) est un pôle de recherche et d’enseignement supérieur constitué sous la forme d’une fondation de coopération scientifique au sens de l’article L. 344-1 du code de la recherche, régi par les articles L. 344-11 à L. 344-16 du même code. Ses statuts ont été approuvés par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Mme Valérie Pécresse, par un décret daté du 8 juillet 2010. Cette fondation a pour objet d’assurer la coopération scientifique entre les établissements d’enseignement supérieur et de recherche suivants (membres fondateurs) : le Collège de France, l’École nationale supérieure de Chimie de Paris (ENSCP, chimie ParisTech), l’École normale supérieure, l’École supérieure de physique et de chimie industrielles (ESPCI ParisTech) et l’Observatoire de Paris.

135La fondation a pour missions :

– de favoriser la coordination des programmes de recherche et de formation des établissements d’enseignement supérieur et de recherche qui en font partie ;

– de renforcer l’animation de « Paris Sciences et Lettres - Quartier latin » en mettant à profit la proximité géographique des établissements membres, et de pérenniser ce quartier comme un « campus », lieu exceptionnel d’enseignement supérieur et de recherche ;

– de contribuer à offrir aux enseignants-chercheurs et aux étudiants fréquentant le campus des conditions de vie et de travail adaptées et à leur faciliter l’accès à des ressources scientifiques à la hauteur des standards internationaux et d’encourager les échanges internationaux d’étudiants, enseignants, chercheurs, post-doctorants et usagers des établissements implantés sur le campus ;

– d’accroître la visibilité internationale et l’attractivité des établissements membres ;

– d’exercer les compétences et de mettre en œuvre les activités communes que lui confient ses membres et le lieu de la coordination de leurs politiques d’établissement afin de contribuer, par la mise en commun d’activités et de services, à renforcer l’efficacité des actions de support à la formation et à la recherche.

136PSL peut être chargée de la coordination des politiques immobilières communes aux membres de la fondation. Elle assure également la gestion des équipements ou des services mutualisés que ses membres lui confient. Dans le cadre de ces politiques et pour la conception, la réalisation et la gestion des opérations immobilières prévues par le projet de la fondation, auquel l’État alloue une somme non consomptible dont les revenus rémunéreront les titulaires des contrats de partenariat public-privé souscrits à ces fins, la fondation est chargée de conduire, avec l’État, l’ensemble des opérations selon des modalités à préciser par convention. À ce titre, elle entretient toutes les relations nécessaires avec les collectivités territoriales concernées et tout établissement ou organisme public ou privé auquel elle confie tout ou partie de ces opérations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annuaire du Collège de France 2013-2014. Résumé des cours et travaux 114e année, Paris, Collège de France, juillet 2015, p. 5-71. ISBN 978-2-7226-0414-8

Référence électronique

« Le Collège de France », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 114 | 2015, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://annuaire-cdf.revues.org/11876

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page